Adieu Kenny Miller !

Il nous a quitté. 12 ans et 69 sélections sous le maillot écossais, 18 buts et un ultime cadeau à savourer à Wembley. Adieu Kenny Miller. 

Si l'annonce de la retraite internationale de Miller a été l'occasion d'entendre à nouveau beaucoup de vieilles critiques concernnt son talent, il y avait aussi une grande reconnaissance des services qu'il a rendu au football écossais. Le timing est impeccable. En l'absence de Coupe du Monde 2014 pour l'Ecosse, il quitte la sélection après un dernier moment magique en match amical contre l'Angleterre. Et il force Gordon Strachan à achever les qualifications sans son homme de confiance à l'avant. Cela l'oblige à se préparer à la vie sans Kenny Miller en vue des futures échéances.

Jusqu'à la fin, nous pourrions dire, Miller a servi la cause écossaise avec le plus grand dévouement quelques soient les circonstances. Un véritable homme de confiance. Il a souvent joué comme attaquant de pointe, mais faute de services, il a dû inlassablement courir, courir, en attendant le soutien de milieux de terrain qui ne sont jamais arrivés.

Il a traversé toute cette période de disette, sous sept sélectionneurs différents. Tous lui ont fait confiance. Miller ne les a pas déçu, ne décevant non plus jamais ce fervent public écossais. Il a rapidement écarté les quelques autres buteurs qui ont pu un court instant lui faire de l'ombre. Il a survécu à absolument toutes les circonstances sous la tunique bleue.

Il n'a jamais échappé aux critiques non plus, sa carrière dans des grands clubs n'ayant peut-être n'a pas aidé. Sa tendance à favoriser un transfert chez le plus offrant en est un exemple. Rangers-Celtic-Rangers n'était pas un itinéraire conseillé à tout footballeur souhaitant se faire apprécier des fans écossais. Certains ont même été jusqu'à dire qu'il n'était pas assez bon pour prétendre à enfiler le maillot de la sélection nationale.

Il aurait peut-être pu marquer plus de 18 buts avec l'Ecosse, ce qui lui permet d'occuper seulement la sixième place au classement des meilleurs buteurs. Kenny Miller, le Benzema écossais, qui endure de longues périodes sans marquer. Nous ne pourrons jamais prétendre qu'il était parmi les plus grands joueurs écossais de l'histoire, mais il n'a jamais eu de grands joueurs pour l'épauler non plus. Ses dix années comme titulaire ont coïncidé avec la traversée du désert de l'Ecosse. Pas de tournois majeurs depuis 1998 et des performances embarrassantes qui eurent des conséquences désastreuses.

Miller a fait partie de tout cela, mais les sélectionneurs successifs voyaient en lui le meilleur de ce qu'ils avaient à disposition, au sein d'un groupe de qualité médiocre. Il peut donc difficilement être blâmé pour les faibles résultats qu'il a obtenu sur le terrain avec ses coéquipiers. Et on ne peut pas lui reprocher d'avoir tout donné quand il a joué. Un joueur correct qui a toujours donné le meilleur de lui-même. Cela peut sembler peu spectaculaire, mais c'est la réalité du football écossais depuis 15 ans.

Sa carrière en sélection se résume à quelques bons souvenirs, quelques mauvais souvenirs aussi et pas grand chose à montrer dans les matchs où le dur labeur n'était tout simplement pas suffisant. L'histoire de Kenny Miller a été celle de son pays sur la dernière décennie. Si la nouvelle génération, on l'espère plus talentueuse, pouvait au moins s'inspirer de son professionnalisme...

En tout cas, merci pour tout Kenny. Tu as dis "stop" au bon moment.

1 comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :