Sign in / Join

Le God Sauzée

En 138 années d'existence, beaucoup de joueurs sont rentrés dans la mémoire des spectateurs d'Easter Road, mais peu ont été aussi populaires que Franck Sauzée. L'étranger devenu un héros local, surnommé Le God, retour sur le passage marquant du français à Hibernian...

Les fans des Hibs attendaient un nouvel idole depuis Pat Stanton (1963-1976, capitaine lors de la victoire en League Cup de 1972). Agé de 33 ans et sur la fin de sa carrière, Alex McLeish le recrute pour un an et demi en janvier 1999, sans que cela ne suscite un enthousiasme débordant dans les médias et les gradins du stade. Il sait ce que peut apporter le champion d'Europe 1993 avec Marseille. Son professionnalisme, son autorité et son application sur le terrain feront l'unanimité par la suite. Ce passage en Ecosse n'était pas une pré-retraite tranquille pour Sauzée, mais une nouvelle aventure, avec toujours cette ambition de gagner, encore et encore. Il refuse d'ailleurs des offres plus alléchantes du Rapid de Vienne, de Toulouse et du FC Bâle.
Il rejoint donc un club largement en tête de D2 écossaise à la mi-saison. La promotion en Premier League assurée, l'élite ne fait pas peur à Sauzée qui va mystifier toutes les défenses adverses avec son french flair. Il sait alterner jeu court et jeu long à la perfection pour déstabiliser des défenseurs écossais bien trop lents. Sa saison débute par deux boulets de canon lors d'une victoire 4-3 contre Dundee en août, mais après un nul 2-2 dans le derby contre Hearts, les Hibs subissent cinq revers d'affilée. Un nouveau derby a lieu bientôt, il faut vite se ressaisir : trois victoires suivront, avant un bijou de Sauzée face au voisin honni. Une frappe de 25 mètres qui transperce les filets adverses, quoi de mieux pour rentrer définitivement dans le coeur de la Hibee Nation ? La jouissance est à son comble. Le natif d'Aubenas traverse la pelouse pour fêter son but avec les fans massés dans la Roseburn Stand. C'est l'extase.
"C'est le moment idéal pour mettre fin à ma carrière"
Après une nouvelle pépite en Coupe d'Ecosse contre Clydebank (4-0), Sauzée surprend tout le monde en annonçant la fin de sa carrière. "Cela a été une fantastique expérience mais j'ai décidé que cela serait ma dernière saison. Je joue pour le plaisir, avec mes copains sur le terrain", déclare l'ancien sochalien. Il inscrira un nouveau but décisif dans le derby en mars 2000, mais y laissera quatre dents après un collusion avec la tête de son vis-à-vis. Après cet épisode pour le moins cocasse, Sauzée est devenu une véritable légende pour ses fans écossais. Il ne peut pas en rester là, l'envie est trop grande, il décide de prolonger sa carrière d'une année supplémentaire. Pour le récompenser, McLeish lui offre un nouveau contrat de deux ans, avec le brassard de capitaine à la clé. Sa relation avec le manager y est sûrement  pour quelque chose, expliquant que sa prolongation de contrat était liée à celle de son ami sur le banc, maintenu à la tête de l'équipe pour deux nouvelles saison lui aussi. "C'est le moment le plus heureux de ma carrière. Je me sens bien dans ma tête et dans mon corps", avouera-t-il pour justifier son choix.
A 35 ans, Sauzée semble plus libre que jamais sur le terrain. Il emmène ses coéquipiers jusqu'en finale de la Coupe d'Ecosse, leur première depuis 20 ans. Mais le Celtic brise son rêve. Le club achève néanmoins la saison à la 3è place et se qualifie donc pour la Coupe de l'UEFA. La suivante (2001-2002) est plus compliquée pour le français. Une blessure au tendon d'Achille le force à raccrocher les crampons en décembre 2001. Cette fois-ci sa décision est définitive, Sauzée ne refoulera plus la pelouse d'Easter Road. Il ne quitte pas le club pour autant. Si sa carrière de joueur s'arrête subitement, c'est aussi parce qu'AlexMcLeish délaisse le banc des Hibs et recommande au board de le remplacer par Sauzée en décembre 2001. Il ne restera en poste que 69 jours, avec un bilan famélique d'une victoire en 15 matchs, peut-être plus à son aise dans un rôle de consultant à la télévision. Mais honnêtement, qui lui en tiendra rigueur ? Il occupe déjà à tout jamais une place importante dans le coeur de ceux qui ont autrefois chanté son nom jusqu'à l'extinction de voix. Allez leur demander, tout le monde se souvient encore de The God là-bas...

6 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :