Sign in / Join

La vodka du diable : Le point sur la mi-saison en Pologne

En Pologne on ne rigole pas avec la trêve hivernale, les joueurs d'Ekstraklasa vont pouvoir profiter de presque deux mois de vacances. L'élite polonaise ne retrouvera les terrains que le 14 février. On en profite pour faire un point sur ce qu'il s'est passé pendant ces 21 journées de Szczecin à Białystok en passant par Gdansk et Bielsko-Biała.

C'est qui le patron ? C'est le Legia !

Doublé championnat-Coupe de Pologne, le Legia Varsovie avait dominé de la tête et des épaules la précédente saison. Cette fois encore le club de la capitale caracole en tête depuis le début des hostilités. Seul le Gornik Zabrze a réussi à s'incruster sur la première marche pendant 3 petites journées.

Cependant la vie n'est pas complètement rose pour le Legia Varsovie : Le coach, Jan Urban, a été démis de ses fonctions après une élimination en Coupe en 16ème de finales. Il faut dire que le bon président Bogusław Leśnodorski avait déjà été considérablement échaudé par la performance catastrophique du club sur la scène européenne. Pourtant l'été s'était bien passé, on a même cru assisté à une performance historique quand le Legia a frôlé la qualification en phase de poules de la Ligue des Champions face au Steaua Bucarest (1-1, 2-2, éliminé suite à la règle du but à l'extérieur). Et pour cause, plus aucun club polonais ne s'est hissé à ce niveau depuis le Widzew Lodz en 1997.

Reversé en Europa League les espoirs étaient grands, on se disait que le Legia pourrait peut-être réaliser un beau parcours, ce qui passait par s'extirper de la phase de poule. Espoirs rapidement déçus, 5 défaites consécutives, aucun but inscrit avant le dernier match et une victoire anecdotique contre Limassol : une performance catastrophique, qualifiée de "pire résultat de l'histoire de la Pologne"  par le quotidien sportif Przegląd Sportowy. Même si le qualificatif est un poil exagéré ce parcours aura tout de même coûté la peau de coach Urban qui sera remplacé par l'ancien joueur de Manchester United Henning Berg.

Le retour du Wisla

5 points derrière le Legia on retrouve son tombeur en coupe, le Gornik Zabrze qui confirme sa bonne saison de l'année dernière, terminée à la 5ème place. Cependant le club de Silésie a perdu son entraîneur et artisan de son succès, Adam Nawalka, parti prendre les rênes de la sélection nationale. Depuis son départ le Gornik a déjà concédé trois défaites et un match nul en 8 matchs, prudence donc, attention au relâchement !

Photo : Piotr Drabik

En troisième position on est heureux de retrouver le Wisla Cracovie, qui semble reprendre des couleurs après une saison très difficile durant laquelle on a même craint la relégation. Le Wisla a notamment eu le bonheur de retrouver l'enfant du pays : l'attaquant Paweł Brożek, revenu sur sa terre natale après de peu concluantes expériences à l'étranger. Revenu dans son jardin de Cracovie le trentenaire fait des miracles, le voici meilleur buteur du championnat avec 11 réalisations et 6 passes décisives.

De surprenants promus

Décidément le football à Cracovie se porte bien mieux que l'année dernière, le KS Cracovie, ennemi juré du Wisla réalise un très bon championnat après sa montée. Le club pointe à la septième place et affiche à son tableau chasse de belles victoires notamment contre le Gornik (0-1) ou le Slask Wroclaw (0-3).

C'est également le cas du Zawisza Bydgoszcz, qui retrouve la première division après 19 longues années passées à batailler dans les divisions inférieures polonaises. L'équipe reste notamment sur 6 matchs sans défaite et s'est même payé le luxe d'atomiser 6-0 le Piast Gliwice mais également de faire tomber le leader. A domicile Bydgoszcz est impressionnant et semble se diriger vers un très beau maintien.

A la traîne

Du côté des grosses déceptions on peut citer le Slask Wroclaw, finaliste de la dernière Coupe de Pologne, champion il y a deux saisons, qui pointe à une bien triste 13ème place, mais également le Widzew Lodz, club mythique, demi-finaliste de la C1 en 1983, qui clôt tristement la marche. Avec une défense catastrophique (40 buts encaissés, soit presque 2 par matchs) le Widzew pourrait bien retrouver la seconde division, qu'il a quitté en 2010 !

1 comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :