Johan Vonlanthen, l'histoire d'un prodige fragile

SuisseCarre

Bonjour !

Les championnats de Suisse étant en pleine pause hivernale, je suis obligé de trouver autre chose à vous raconter. Et cette semaine une nouvelle a attiré mon attention. Johan Vonlanthen rejoint le 3ème de la Challenge League, le FC Schaffhouse. Jusque là rien de bien intéressant pour ceux qui ne connaissent (ou plutôt ne se souvienne) pas du joueur. Plus jeune buteur de tous les temps, à 18 ans, en phase finale d'un Euro depuis 2004 et son goal contre la France, le petit Johan a grandi depuis et il n'a pas confirmé les attentes qui l'entouraient, bien au contraire. Retour sur un parcours "atypique".

Le petit Johan voit le jour le 1 février 1986 à Santa Marta en Colombie, père fribourgois mère colombienne. Binational il vient s'installer à ses 14 ans dans le pays de son père, la Suisse.

Le mec est fragile c'est évident.

Le mec est fragile c'est évident.

Les débuts :

D'abord inscrit dans le petit club de son village de Flamatt il rejoindra vite les rangs des Young Boys de Berne qui voit en lui un très grand talent. Précoce le lutin colombien fait ses débuts en pro à seulement 16 ans. 27 matchs et 2 buts plus tard, il rejoint les rangs d'un prestigieux club hollandais, le PSV Eindoven. Tout ça à seulement 17 ans, impressionnant. Dans le même temps il fréquente toutes les équipes de jeunes suisses.

La première saison au PSV (2003-2004) est encourageante, le Suisse marque 6 buts en 36 matchs. L'Euro au Portugal clôture cette saison, Johan est la surprise du groupe helvétique lui qui honore sa première sélection dans le dernier match amical avant l'Euro. Puis il devient la révélation de cet Euro grâce à son goal contre la France qui le fait entrer dans l'histoire (tu l'as déjà dit plus haut, note de l'éditeur). Malheureusement la belle histoire s'arrête la, la suite est une succession de mauvais choix.

L'étoile du football suisse commence à perdre pied :

De retour au PSV après un Euro qui l'aura fait éclore aux yeux du monde entier, le prodige va vite remettre les pieds sur terre. Après 6 mois à faire banquette il va se retrouver sur la liste de prêt. Hiddink ne comptant plus vraiment sur lui. Direction Brescia pour 6 mois, où il passera plus de temps à s'engueuler avec son entraîneur que sur la pelouse (9 matchs, 0 buts), puis la saison suivante, afin de rester visible pour son club, il acceptera un prêt au NAC Breda qui évolue également dans le championnat hollandais. Un bon choix au vu de la coupe du monde en Allemagne qui se profile en fin de saison : il doit bénéficier d'un temps de jeu important suite à sa saison 2004-2005 complètement ratée pour retrouver le groupe suisse. La saison au NAC Breda lui permettra de retrouver du temps de jeu et le chemin des filets (39 matchs, 11 buts), c'est tout naturellement que Vonlanthen est sélectionné dans la liste des 23 qui défendront les couleurs helvétiques chez son voisin allemand. Tout s'effondre quelque jours avant le début de la compétition, blessé Johan doit déclarer forfait, dur.

L'après 2006 : Et si j'allais me perdre en Autriche ?

Durant l'été 2006 Koeman remplace Hiddink à la tête du PSV. Bonne nouvelle tant Hiddink marchandait sa confiance au colombien. Malheureusement le nouveau coach ne compte même pas sur lui, vendu au nouveau riche du football autrichien le Redbull Salzbourg, Vonlanthen s'enterre gentiment. Durant 3 saisons Johan aligne des performances à la hauteur de ses adversaires, plutôt médiocre. Une centaine de matchs pour 12 buts, médiocre pour un attaquant devenu ailier avec le temps. Vonlanthen perd la tête après son transfert avorté en 2008 et passe la saison 2008-2009 à bouder. Ses dirigeants perdront patience à l'été 2009, Johan est définitivement mis à l'écart pour ses problèmes de comportement et retrouve son championnat suisse (en prêt au FC Zürich) qu'il avait quitté avec son étiquette de grand espoir. A 23 ans malgré sa mauvaise réputation il peut encore inverser la tendance et retrouver le chemin vers la lumière.

2010, le suicide religieux

Initié à la religion par son pote Alex lors de son passage au PSV, Johan se rend compte après tout ce temps que la Bible exige du repos le jour du seigneur qui correspond au samedi dans sa religion, problématique pour un footballeur. Son contrat arrivé à terme au Redbull Salzbourg, il se met à la recherche d'un club qui accepterait son interdiction de jouer le samedi, peine perdue : personne ne lui fera confiance. Une année plus tard il finit par rejoindre son pays d'origine et le Itagüí Ditaires qui évolue en première division ou la plupart des matchs sont joués le mercredi et le dimanche. Malgré ce cadre idyllique Johan ne fera pas long feu, 6 matchs plus tard il résilie son contrat et dégoûté du football il range ses crampons. Désormais il sera missionnaire et viendra en aide à des enfants démunis dans toute la Colombie. Triste fin pour le footballeur mais l'homme semble heureux.

2013 : La renaissance

L'enfant terrible réapparaît en début de printemps au FC Wohlen. Pas qualifié, il participe juste aux entraînements afin de reprendre gentiment le rythme. Comment quelqu'un d'autant décidé une année auparavant peut il changer autant radicalement d'avis ? Johan le sage avouera par la suite que son amour du football avait resurgit en regardant la Ligue des Champions à la télévision. Sa réticence à jouer le samedi ayant disparu, les Grasshoppers Zürich, vice champions de Suisse, lui font signer un contrat d'une année. Enfin le retour sur le droit chemin ?

Janvier 2014 : Le purgatoire, début de la fin ou début d'une fin heureuse ?

En tant que vice champion les Grasshoppers sont qualifiés pour les tours préliminaires de Ligue des Champions, Johan Vonlanthen foulera la pelouse contre l'Olympique Lyonnais en entrant en jeu. Reversé en Europa League suite à la défaite contre les lyonnais, GZ affronte la Fiorentina, une nouvelle fois Johan entrera en jeu (seulement au match retour cette fois ci). Après un début de saison encourageant pour un ex-retraité, il disparaît gentiment avant de finir avec les -21 du club zurichois. Michael Skibbe ne comptant plus sur lui il est prêté jusqu'au terme de la saison au FC Schaffouse, 6 mois pour renaître ou disparaître définitivement. Bonne chance l'artiste ...

6 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :