Sign in / Join

La dernière Samba

Depuis trois jours et cela pendant encore près d’un mois le Brésil est le centre du monde…

Parmi les 736 joueurs qui vont s’affronter, il y en a UN en particulier qui va vivre, lors de cette compétition, ses derniers moments de haut niveau. A y regarder de plus près, sa présence au Brésil a plus une valeur symbolique que sportive. En effet, Didier Deschamps a fait le choix de l’expérience en emportant dans ses bagages le « presque retraité » Mickael Landreau.

A moins d’un cataclysme, il y a quasiment aucune chance de voir Mika prendre part en tant que titulaire à un match de l’équipe de France. Il est officiellement là pour encadrer une équipe assez jeune et apporter son expérience du haut niveau.

Sa sélection n’est-elle pas tout simplement une façon de lui dire merci ?

Effectivement, même si sa notoriété n’a que très peu souvent dépassé nos frontières, Landreau c’est:  18 saisons au haut niveau et surtout le recordman du nombre de matchs disputés en ligue 1 avec 618 capes.

Pur produit de la formation nantaise, il est un talent précoce qui lors de son premier match disputé à 17 ans a l’insolence de repousser un penalty décisif de Moravcik à Bastia. Landreau et les penaltys c’est une vraie histoire d’amour avec des hauts (quand il les arrête), et des bas (quand il les tire)!

Au delà de tout ça, Mika c’est d‘abord une valeur sûre de notre Ligue 1. Une vraie publicité vivante pour un championnat qui en a bien besoin. C’est un titulaire en puissance partout où il est passé.

En 2006, après 10 ans dans son club formateur, marqué notamment par deux coupes de France et un championnat, il fait le choix de signer au PSG. Une façon de se tester dans un plus grand club. Et surtout, sortir du confort dans lequel il était enfermé au FC Nantes.

Malheureusement, Mika arrive alors dans une équipe en pleine crise de confiance et surtout de résultats. Son étape parisienne est dans l’ensemble assez mouvementée et quelques bourdes inhabituelles entachèrent notamment cette période. Malgré un parcours chaotique il arrachera tout de même une Coupe de la Ligue en 2008.

Afin de se relancer, Mika fait alors le choix de signer au LOSC, club en devenir de la ligue 1. Malgré une vilaine blessure qui entache ses premiers mois, son parcours lillois est un véritable succès.

Homme de confiance de Rudi Garcia, il retrouve alors un niveau de jeu digne de ses années nantaises. Libéré de son passage déprimant au PSG, il participe à l’émergence de Lille qui devient la place forte de notre championnat.

Epaulé par des joueurs d’expériences tels que Mavuba ou Balmont, et surtout emmené par un Eden Hazard plus que décisif, Mika remporte le doublé coupe championnat en 2011.

Pourtant son histoire à Lille tourne au vinaigre due aux relations tendues avec Rudi Garcia. Éjecté au profit de Steve Elana, Mika rompt son contrat à la trêve pour s’engager à Bastia. En parallèle, des clubs européens tels qu’Arsenal ou l’Inter lui font de l’oeil.

En signant en Corse, Landreau a pour seul objectif de dépasser le record de Jean Luc Ettori. Record qu’il attendra le 1er décembre 2013 contre Evian!

Sa relation avec Raymond Domenech? Une histoire d’amour difficile et tumultueuse aux yeux du grand public. Les deux hommes se sont toujours connus entretenant même un lien quasiment filial. Mais avant d’approfondir notre réflexion, il convient de noter que bien avant l’arrivée de Domenech à la tête des A, Landreau y avait déjà fait son trou.

Bien que remplaçant le plus souvent, il parvient à étoffer son palmarès avec deux coupes des confédérations en 2001 et 2003.

Lorsque Raymond reprend l’équipe, il l’appelle logiquement et systématiquement en tant que troisième gardien, derrière les deux monuments qu’étaient alors Barthez et Coupet.

Toutefois, la relation entre Raymond et son fils spirituel va peu à peu s’étioler avec le temps.

Pas forcément performant avec le PSG à l’époque, Landreau est une première fois être évincé de la sélection finale de l’Euro 2008 au profit de Mandanda. Une décision qui apparait alors comme une énorme surprise! Mais après tout Raymond est coutumier du fait (n’est-ce-pas Pascal Chimbonda), non?! Alors que l’on aurait pu penser que Raymond voulait surtout donner une petite leçon à son fils, il décide de le foutre à la porte de la maison en 2010.

Après avoir ronger son frein pendant des années et vu partir successivement Barthez et Coupet à la retraite, Landreau n’a jamais eu l’honneur de monter sur le trône...

Encore une fois présent dans la présélection finale, Landreau est sacrifié par l’ami Domenech au profit des jeunes loups LLoris et Mandanda mais surtout Carasso alors mis en lumière par l’équipe bordelaise.

Lâché en route par son père spirituel, on se dit alors que sa carrière internationale est déjà terminée. A noter d’autant plus que le nouveau sélectionneur Laurent Blanc accorde ses faveurs à Carasso, gardien qu’il a dirigé en club.

Bref l’histoire d’amour entre Mika et l‘équipe de France semble alors plus que morte .

Mais le foot dans le fond c’est un peu comme la politique et parfois il suffit d’un changement de gouvernement pour que les cartes soient totalement redistribuées.

L’arrivée de Deschamps va permettre à Mika de renouer enfin avec son premier amour et surtout de nouveau tutoyer le très haut niveau. Bien sûr, il n’aura jamais connu de grande compétition en tant que titulaire. Cela peut paraître injuste au regard de sa carrière. Après tout est-ce le plus important aujourd’hui?

Mika va pouvoir danser une dernière samba avec son premier amour. Mais n’est-ce point une façon de le remercier pour tout ce qu’il a donné et offert à notre cher et tendre championnat de ligue 1?

Obrigado Mika

3 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :