Sign in / Join

Qu’es-tu devenu Garry O’Connor ?

Après des passages à Hibernian, à Birmingham City et au Lokomotiv Moscou, Garry O’Connor signe à… Selkirk FC, un club amateur de D5 écossaise. Mais qu’est-il arrivé à l’ancien international écossais, qui croulait sous l’or quelques années auparavant ?

Garry O'Connor (Selkirk FC)

Derrière le repêchage du Celtic en Ligue des champions, c’est l’information la plus inattendue de l’été dans le petit monde du football écossais. Garry O’Connor a rejoint le club de Lowland League Selkirk FC. Les regards se tournant vers les Jeux du Commonwealth ces dernières semaines, la descente aux enfers de l’ancien international écossais (16 sélections) était tombée aux oubliettes. L’histoire d’un homme plein aux as mais qui a tout claqué dans l’instant. O’Connor a débuté sa carrière à Hibernian il y a 14 ans, avec la réputation d’un attaquant prolifique, prêt à tenter l’impossible pour marquer quelques buts. Au sein d’une équipe talentueuse et pleine de jeunes joueurs : Steven Whittaker, Scott Brown, Kevin Thomson et Derik Riordan. Avec ce dernier, il forme une attaque létale (42 buts à eux deux) qui propulse Hibs à la troisième place de Scottish Premier League lors de la saison 2004-2005.

Mais sa vie change du jour au lendemain en mars 2006. Le Lokomotiv Moscou lui offre un salaire mirobolant de £16000 par semaine. Une expérience de courte durée, essentiellement pour des raisons familiales. L’attraction de la Premier League est un autre facteur dans sa décision de quitter la Russie, avec une offre de £2,7m en provenance de Birmingham City, immédiatement acceptée par le club moscovite. Rapidement, son entraîneur écossais Alex McLeish lui reproche sa condition physique défaillante et O’Connor perd sa place de titulaire. Des blessures à répétitions s’ensuivent, dont une en 2010 qui daterait de son passage à Hibernian et qui aurait été aggravée sur les pelouses synthétiques russes. Mais en septembre 2011, un reportage de Channel 4 intitulé Dispatches révèle qu’en réalité, l’attaquant écossais aurait été testé positif à la cocaïne en 2009, sanctionné secrètement d’une suspension de deux mois par la Fédération Anglaise.

La rédemption avant la chute finale

Plusieurs prêts anecdotiques à Barnsley s’ensuivent. Mais pour son retour à Hibernian en 2011-2012, la carrière de Garry O’Connor semble prendre un nouveau tournant pour le meilleur. Le natif d’Edimbourg inscrit 12 buts sur 33 matchs, dont 10 au cours de ses 11 premiers matchs. Tout va pour le mieux, jusqu’à ce 1er juin 2012. Son contrat avec Hibs n’est pas renouvelé et le même jour, O’Connor est déclaré coupable de possession de drogue et de violence sur un agent de police. Alors qu’on lui demande son nom de famille lors de l’interpellation, après avoir été pris en train de fumer à l’arrière d’une voiture, O’Connor répond « Johnstone », mais épelle « J-O-S ». Il tente de s’enfuir après avoir asséné un coup à la policière mais il est rattrapé quelques mètres plus loin. Un retour en Russie à Tom Tomsk en 2012 puis un dernier passage à Greenock Morton s’opèrent alors dans l’anonymat le plus total (2 buts au cumulé).

A 31 ans, Gary O’Connor se retrouve aujourd’hui dans les bas-fonds du football écossais, avec un club amateur. Son nouvel entraîneur Steve Forrest raconte son recrutement. « Moi et Paul (Doig, son assistant) discutions de notre équipe de rêve pour la saison prochaine et Paul a mentionné le nom de Garry O’Connor pour rigoler, raconte-t-il. J’ai pensé qu’il serait parfait et j’ai dit : « Prenons-le ! » J’avais son numéro mais il l’avait changé depuis. J’ai réussi à obtenir son numéro actuel grâce à mes contacts à Hibernian notamment. C’était un véritable défi. Je lui aie demandé s’il voulait venir et nous avons discuté. Le reste appartient à l’histoire. » L’histoire aussi d’un talent gâché par les problèmes extra-sportifs et un manque de motivation certain mais pourtant indispensable au haut niveau. Ah sinon, il vient d’inscrire un doublé pour l’un de ses premiers matchs contre… Preston Athletic (2-2).

Laisser un commentaire