Sign in / Join

Mexique - Futbol Azteca : Ouverture 2014, J9

Vingt-neuf buts en neuf matches ont été inscrits lors de cette neuvième journée du tournoi d'Ouverture 2014. Et des golazos en prime. Une journée comme on les aime, avec des scores fleuves, de l'ambiance, des expulsions, des frappes de loin et des gestes technique improbables. Et du Ronaldinho, un peu.

mexique

Chivas de Guadalajara-Querétaro (1-4), Estadio Omnilife, Guadalajara.

L’un des clubs les plus populaires du Mexique recevait le Querétaro et sa nouvelle star brésilienne, alignée d’entrée. Ronaldinho, qui avait raté un pénalty en Copa MX en milieu de semaine a pu se racheter dès la 6ème minute de jeu. C’est Carlos Salcido, récent retraité international (124 sélections avec El Tri. Respect) qui a décidé de tester un nouveau poste, celui de gardien pour arrêter une frappe de Sanvezzo, alors que le portier, le vrai était battu. Carlitos a laissé ses copains joueur en infériorité numérique pour le reste de l’après-midi et est grandement responsable de la rouste reçue à domicile. Pour ne rien arranger, l’attaquant de Guadalajara Aldo De Nigris est sorti blessé à la 20ème minute.

En seconde période, le Ballon d’Or 2005 s’est mué en passeur offrant un caviar à Sanvezzo, qui n’avait pas pu marquer en début de match (69ème). Puis l’humiliation s’est poursuivie pour les Chivas sur un but de Willian de loin où le gardien Toño Rodriguez se troue complètement (76ème). Le jeune Giovani Hernanez a ensuite réduit l’écart sur un coup-franc sublime, que n’aurait pas refusé Ronaldinho. Lors de sa sortie, l’astre brésilien a été applaudi par les 38 000 spectateurs d’un Stade Omnilife aux trois-quarts plein, qui ne s’est pas non plus gêné pour se moquer de ses propres joueurs. Le coup de grâce a été porté par Othoniel Arce dans les arrêts de jeu, mettant fin à une véritable humiliation. Le club des Chivas se retrouve à la 15ème place et n’affiche clairement pas le niveau d’un quart de finaliste pour les play-offs.

Roni après son premier but

Roni danse la samba après son  but.               source: Récord

L’alchimie entre les vieux éléphants Fernando Arce, Aldo De Nigris, Omar Bravo et Carlos Salcido (tous d’anciens internationaux) et les jeunes Giovani Hernanez et Carlos Fierro (pourtant très en vue) ne prend pas et le coach Carlos Bustos est sur la sellette. Les supporters des rouges et blancs en veulent tout particulièrement au propriétaire honni Jorge Vergara qui ne cesse d’appauvrir le jeu de l’équipe par des choix de recrutement décevants. Celui qui s’est concentré sur le marketing et la gestion économique du club devrait se pencher sur ce qui fut la réussite du Rebaño Sagrado ( troupeau sacré), à savoir son centre de formation aujourd’hui décevant.

América CF-Pachuca (2-1), Monumental Estadio Azteca, Mexico DF.

La tôle infligée au Bayamon de Puerto Rico en Ligue des Champions de la CONCACAF en milieu de semaine a surement boosté la confiance des joueurs de l’América, qui n’avait pas remporté de match de championnat depuis un mois. 10-1 face à une colonie américaine, c’est bien, gagner en championnat contre un concurrent direct, c’est mieux. Face à une équipe de Pachuca dotée de jeunes joueurs talentueux, le club de la capitale a poussé, touchant la barre à deux reprises, sur une mine du latéral droit de la sélection Paul Aguilar et lors d’un cafouillage sur coup de pied arrêté.

C’est finalement grâce au but contre son camp de Daniel Arreola à la demi-heure de jeu que l’América CF a ouvert le score. Les « Tuzos » de Pachuca se sont ensuite réveillés grâce aux entrées des Argentins Nahuelpan et Buonanotte ( un ancien de Malaga). D’une talonnade, ce dernier à idéalement lancé l’action qui a mené au but de Nahuelpan. Mais dans la foulée, Miguel Layun, le latéral gauche titulaire de la sélection mexicaine a redonné un avantage mérité à l’América, faisant exploser le Stade Aztèque. Avec cette victoire, le club de la capitale conforte sa première place et relaie le Pachuca à la septième place.

Léon CF-Veracruz (3-1) Estadio Nou Camp, Léon.

Grâce à un doublé de l’Argentin Mauro Boselli et un but de l’Équatorien Marcos Caicedo, le champion en titre s’est difficilement débarrassé de Veracruz, club qui se bat pour ne pas descendre. Alors qu’ils menaient 2-0 grâce aux Sud-Américains, les joueurs du Léon CF se sont fait bêtement rejoindre avant la mi-temps. Durant la seconde mi-temps, les joueurs du port de Veracruz ont poussé mais Cristian Martinez a été décisif dans ses cages. C’est finalement Boselli qui, en dribblant un défenseur et le gardien les laissant le cul par terre, a redonné deux buts d’avance au Léon CF. Cette victoire replace le champion en titre dans la lutte pour les play-offs, mais elle n’enlève pas les nombreuses carences de l’équipe, qui souffre toujours du départ de Marquez et de l’absence de Luis Montes son meneur de jeu blessé depuis le mois de mai.

Atlas-Cruz Azul (2-1), Estadio Jalisco, Guadalajara.

Guillermo Allison, le gardien remplaçant du Cruz Azul n’a pu empêcher la défaite et l’enlisement de son club, malgré une bonne prestation. Le jeune Arturo Gonzalez, titulaire en sélection lors du titre mondial U17 en 2011 et désormais titulaire avec l’Atlas a d’abord ajusté le gardien Celeste, inscrivant son quatrième but de la saison (6ème). S’en est suivi une démonstration de football, où les Rojinegros ont baladé les joueurs du Cruz Azul durant une bonne partie de la première mi-temps. C’est pourtant Dominguez qui a égalisé en propulsant un coup-franc dans les cages du gardien de l’Atlas (54ème).

L’égalisation a permis au match de s’emballer, et les joueurs de l’Atlas ont monopolisé le ballon tentant de reprendre l’avantage, tandis que ceux du Cruz Azul se lançaient dans des contres risqués. A la 79ème, Rodrigo Millar a hérité du ballon au point de pénalty et a fusillé Allisson, redonnant l’avantage à l’Atlas et faisant explosé le Stade Jalisco. Le con a ensuite retiré son maillot lors de sa célébration, afin de faire le bonhomme devant la tribune et de montrer les tatouages sur ses pecs. Il avait juste oublié qu’il était déjà averti, et à donc du laisser ses coéquipiers à dix pour les dernières minutes du match. Avec cette victoire, le club de Guadalajara grimpe à la deuxième place avec 18 points, tandis que ceux de la capitale stagnent à une sale quatorzième place.

Millar, buteur tatoué ... et expulsé !

Millar, buteur tatoué ... et expulsé !                                  source: Récord

Morelia-Pumas (2-3), Estadio Morelos, Morelia.

Les Papillons Monarques de Morelia et les Pumas de l’Université de Mexico ont proposé un très beau match en ouverture de la 9ème journée de championnat. Surtout, les Pumas ont l’air d’avoir définitivement oublié leur début de tournoi catastrophique. Ce sont eux qui ont ouvert le score à la 22ème grâce au défenseur de Morelia José Antonio Olvera, qui, sentant la pression dans son dos a taclé le ballon dans ses cages. Puis Herrera a doublé la mise sur une belle reprise au point de pénalty juste après la pause. Ismaël Sosa, très bon sur l’aile droite a donné un avantage encore plus conséquent aux « Universitarios » d’une belle frappe croisée du droit. On pensait alors les joueurs de Morelia au fond du trou, eux qui végètent à la dernière place du classement, mais les Pumas se sont salement relâchés. Aux 25 mètres, d’une magnifique frappe qui a d’abord tapé la barre avant d’entrer, Erick Aguirre a relancé les siens (64ème). Dans les arrêts de jeu, Romagnoli le vieux puma a détouré un centre venu de la droite, réduisant l’écart malgré lui.

Malgré sa dernière place au classement, Morelia n’est pas inquiété pour la descente, son pourcentage de point étant assez élevé, mais c’est de loin l’équipe la plus faible du moment, celle qui produit le moins de jeu. Les Pumas qui stagnait au fond du classement il y a trois journées vient de prendre 7 points en trois matches, et à le droit de rêver à une qualification.

Tigres- Universidad de Guadalajara (1-0), Estadio Universitario, Monterrey.

Gerardo Lugo a marqué l’unique but de cette rencontre à la 13ème minute d’un plat du pied létal après un bon centre venu de la droite. Ce match restera comme le plus ennuyant de cette 9ème journée. Les « Leones Negros » de Guadalajara restent derniers au pourcentage tandis que les Tigres de Monterrey remonte à la sixième place. Le jeu procuré par les « félins » ne leur garantit pas l’accession aux play-offs pour le moment.

Jaguares-Puebla (1-1), Estadio Victor Manuel Reyna, Tuxtla-Gutiérrez.

Le club de l’état du Chiapas a partagé les points avec Puebla, dans un match très serré. Les joueurs de Puebla, avant-derniers au pourcentage ont longtemps bataillé pour égaliser, et c’est Luis Noriega qui a marqué à la 68ème, après l’ouverture du score de Vuoso, le buteur maison (34ème).

Toluca-Rayados (1-0), Estadio Nemesio Diez, Toluca.

Dans ce match de haut de tableau, Diablos Rojos de Toluca et Rayados de Monterrey ont globalement déçu, surtout en première mi-temps où les deux équipes plutôt frileuses n’ont quasiment rien montré. C’est une merveille de frappe des 30 mètres du vétéran Lucas Lobos à la 58ème qui a permis aux locaux de l’emporter et de dépasser leur rivaux au classement. Les Rayados restent à l’affut à la quatrième place tandis que Toluca est troisième. Malgré leur prestation, ça sent bon les play-offs pour ces deux formations.

Tijuana-Santos (4-1), Estadio Caliente, Tijuana.

Le « club de la frontière » a clairement réalisé son meilleur match du tournoi en dominant le club de Santos. Dès la 3ème, les locaux menaient 1-0 grâce à Alfredo Moreno qui a marqué dans le but vide après avoir dribblé le gardien Oswaldo Sanchez, tout juste âgé de 41 ans. Juan Pablo Rodriguez a ensuite converti un pénalty à la 35ème, marqué son centième but en Liga MX et égalisé pour son équipe. Mais en deuxième mi-temps, les Xolos de Tijuana ont repris l’avantage grâce à Alfredo Moreno, encore lui, bien lancé dans l’axe. Benedetto l’argentin et Dayro Moreno ont finalement clos la marque pour donner plus de consistance au résultat. Malgré ce résultat, Tijuana est toujours empêtré au milieu de tableau et Santos se retrouve à la cinquième position, toujours bien placé pour les play-offs.

Laisser un commentaire