Sign in / Join

« Les Suisses de demain » – Saison 2 – E08 – Breel Donald Embolo : L'homme qui portait mal son prénom

suisse

Dans l’espoir de mieux vous faire connaitre le football suisse et sa relève nous partons chaque semaine à la découverte d’un jeune espoir helvétique, débutée la saison passée cette suite d’épisodes est à retrouver ici

Saison 2 – E8 : zoom sur un espoir de nationalité suisse (-21 ans)

Breel Embolo – 17 ans – Attaquant – FC Bâle – International -21 ans

embolo (1)

Parcours junior :

Né le 14 février 1997 dans la capitale du Cameroun (Yaoundé) le jeune Breel semble viser juste dès le début, quoi de plus beau qu'un futur diamant comme cadeau pour la fête des amoureux ?

Embolo rejoint la Suisse à 6 ans, quelques temps plus tard il intègre son premier club dans la région bâloise. FC Nordstern BS aura la chance de voir évoluer le petit durant 2 saisons avant qu'il ne rejoigne le BSC Old Boys, club plus huppé. En 2010 le talent qui se dégage du jeune Embolo étincelle au point d'attirer le regard du  FC Bâle, qui l'invite à rejoindre son giron de formation.

Très vite le natif du Cameroun semble au dessus du lot. Un premier contrat pro est signé en été 2013 quelques mois à peine après son 16ème anniversaire. Talent précoce.

Parcours professionnel :

Elu "Basler youngster of the year" en 2013 il est clairement dans les petits papiers de Murat Yakin, alors coach du club rhénan.

Ses débuts en pro ont lieu pendant la 25ème journée du dernier championnat de Super League, le FC Bâle domine largement le FC Aarau (4-0) quand à la 85ème minute le jeune Breel Donald Embolo est lancé dans le grand bain. Bien servi par un autre joueur sorti du centre de formation balois (David Degen) Breel trompe le gardien à la 89ème, soit 4 minutes après son entrée. Une étoile est née.

S'ensuive de nombreuses entrées en jeu, que ce soit en Super League ou en Europa League, il engrange gentiment du temps de jeu.

Le renvoi du coach qui l'a lancé et son remplacement par Paulo Sousa aurait pu mettre un frein à son éclosion, mais c'est tout le contraire, le coach portugais est sous le charme. Titularisé en championnat et même face au grand Liverpool en Ligue des champions il fait désormais partie à part entière de l'effectif pro du plus grand club actuel de Suisse, pas mal pour un espoir n'ayant même pas atteint la majorité.

Régulièrement comparé (à tort) à Balotelli la comparaison aura fait du mal à l'italien lors du récent Bâle-Liverpool tant la fouge, l’insouciance et la joie du jeune Embolo aura rayonné sur la morosité et la gauchitude de celui qu'on (sur)vendait comme un futur grand.

Premier match, premier but

Premier match, premier but

Sélection nationale :

C'est le point épineux dans le dossier Embolo, arrivé très jeune en Suisse il ne bénéfice pas encore de la nationalité Suisse. Cette faille administrative a éveillé l’intérêt du coach camerounais Volker Finke  qui lui fait désormais une cour assidue, sur ordre direct de Samuel Eto'o sans doute.

Ayant évolué avec les différents équipes de jeunes helvétiques, Breel devrait en toute logique choisir de défendre les couleurs de sa nation d'adoption qui lui a permis de devenir la diamant brut qu'il est aujourd'hui. L'attente autour de son passeport semble interminable  (il devrait arriver au plus tard au printemps 2015) espérons qu'elle n'entamera point son envie de jouer avec la Suisse.

TEAM SCHWEIZ, EQUIPE SUISSE, NATI, NATIONALMANNSCHAFT, KADER, SCHWEIZER

Avenir :

Parfaitement bilingue (français et allemand) il dégage une joie de vivre qui force le (télé)spectateur à ressentir une affection immédiate pour ce jeune homme qui semble gérer sa fulgurante ascension avec une facilitée déconcertante.

Très talentueux il doit désormais s'imposer durablement sur le front de l’attaque du FC Bâle, car comme tous les jeunes talents actuels de l'équipe Suisse s'imposer en Super League est la condition sinequanone pour partir et avoir sa place dans un plus grand club étranger. Gageons que si le garçon y arrive une grande carrière l'attende par la suite.

Pareil sur le plan international où le compartiment offensif de la Nati a rarement été autant fourni, à lui de se rendre indispensable. Mais ça c'est de la musique d'avenir et malgré son talent et sa précocité phénoménale attention à ne pas brûler les étapes et les ailes du jeune Edelweiss ... !

L'avenir nous réserve de nombreuses surprises, pour ma part je vois bien Breel (Mac) Donald Embolo marquer la goal décisif de la Suisse en finale de Coupe du Monde 2022 ... face au Cameroun.

Wait and see.

 

3 comments

  1. « Les Suisses de demain » – Saison 2 – E11 – Albian Ajeti : La Suisse a son triple A - TLM S'En Foot 30 octobre, 2014 at 09:51 Répondre

    […] Cet été le départ de Murat Yakin et son remplacent par le portugais aux grandes idées Paulo Sousa aura mit un frein à la progression familiale, tant Arlind qu’Albian se retrouvent bien loin de leur statuts sous l’ère de l’ex grand défenseur international Suisse. « Renvoyé » faire ses gammes avec la « 2 » Albian enchaine les prestations de haute facture, 12 matchs et 12 buts en 1er Ligue promotion. Nul doute qu’avec des performances de ce niveau il devrait vite retourner en première équipe où en son absence un autre grand espoir du club a fait son trou et cet homme vous le connaissez désormais tous, c’est Breel Embolo. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :