Sign in / Join

TLMSF interviewe Nicolas Jover - Analyste de la performance

Rencontre avec Nicolas Jover, garçon au profil très particulier dans le staff du MHSC. Passionné et très impliqué dans son métier, il se livre très simplement et fait part à toutlemondesenfoot de ses expériences. Découverte, entre Montpellier, Croatie et Brésil, d'un mec qui a la tête sur les épaules.

 kovac? nicolas

Salut Nico, ton âge, ta profession ?

32 ans, analyste de la performance en football

 

Comment devient-on "analyste de la performance" ? Par vocation, passion, un peu des deux ?

Le foot a toujours été ma passion, et alors que je bossais pour un club au Canada (2007-08), je me suis rendu compte que la vidéo et les stats occupaient une place importante dans tous les sports US, ce qui n’était pas le cas dans le foot français. Je me suis donc formé, et j’ai investi dans du matos avant de revenir tenter ma chance en France.

 

Et donc, tu intègres les rangs du MHSC en 2009, avec en point d’orgue le titre en 2012

J’ai effectivement été embauché en 2009, et j’ai eu la chance de vivre de l’intérieur la saison du titre. Mais depuis que je suis au club, j’ai vécu aussi de nombreux autres grands moments (LDC, finale coupe de la Ligue, tournée aux USA…).

 

Tu as profité d’une nouvelle expérience l’an passé avec l’équipe nationale croate, en quoi est-ce différent d’un club ?

La principale différence avec mon quotidien au MHSC, c’est le nombre de personnes qui gravitent autour de l’équipe. Pour un entraînement lors du stage de préparation, j’ai compté jusqu’à 18 personnes mobilisées (préparateurs physiques, kinés, médecins, vidéo, GPS, entraîneurs…).

 

Ce doit être un régal de bosser avec des gars qui ont une grosse intelligence de jeu comme Modric ou Rakitic non ? Tu échanges beaucoup avec les joueurs ?

J’apprends déjà beaucoup des discussions que je peux avoir avec certains joueurs à Montpellier. Avec la Croatie, j’ai pas mal échangé avec Rakitic et notamment sur les phases de jeu arrêtées. C’est un thème qui nous plait à tous les 2. Au passage je peux te dire que Rakitic n’est pas intelligent uniquement sur le terrain, lui, c’est la grande classe.

 

Tu as vécu la Coupe du Monde au Brésil, le rêve de tout être masculin normalement constitué. Tu sais que tu fais partie d’une élite ? Tu as en conscience ? Racontes-nous un peu ce que tu as ressenti…

C’est tout récemment que j’ai réalisé que j’avais participé à une Coupe du Monde, et que j’avais vécu des moments incroyables (le transfert entre l’hôtel et le stade lors du match d’ouverture contre le Brésil, match amical en Croatie, super discussions avec le staff…). Avant ou même pendant la compétition, j’étais vraiment focalisé sur mon boulot, et je n’avais d’ailleurs pas le temps de penser à autre chose.

 

Tu me disais que tu allais intervenir dans la Data Room sur Canal +, à quel niveau ?

Je vais participer à 1 ou 2 émissions par mois. En plus d’intervenir sur les différents sujets abordés lors de l’émission, je présenterai un sujet où je me servirai des stats pour analyser un thème bien précis.

 

Est-ce que tu côtoies des professionnels d’autres sports, et si oui, est-ce un plus dans ton boulot?

J’échange régulièrement avec certains analystes qui bossent dans le rugby notamment. Je pense qu’il est important de voir ce qui se fait ailleurs. Cela me permet de prendre du recul par rapport à mon travail, et ça me donne souvent des idées.

 

Si tu dois remercier quelqu’un, ou quelqu’une, ce serait qui ? Et pourquoi ?

De très nombreuses personnes m’ont aidé et continuent à m’accompagner dans mon quotidien. Mais si j’avais une personne à citer, ce serait ma femme. Je bosse beaucoup, et ce n’est pas facile pour elle.

 

Passons aux questions un peu moins sérieuses : en tant que membre du staff, tu es soumis aux mêmes règles que les joueurs ou t’as le droit d’aller picoler au bar après une victoire ?

Les soirées se font assez rares pendant la saison. J’essaie de consacrer le peu de temps que j’ai à mes enfants, mais je me rattrape un peu pendant les vacances 😉

 

Les femmes sont plus belles en Croatie qu’en France, on le sait tous. Mais pourquoi ?

Je n’ai passé que trop peu de temps en Croatie (2 jours) pour confirmer ou infirmer tes propos. Si tu m’avais posé la question sur les sud-américaines, je t’aurai volontiers donné mon avis…

 

Tu as visité plein de stades, vécu de nombreuses ambiances, quel est ton souvenir le plus marquant ? Ou ton anecdote la plus croustillante ?

La plus grosse ambiance que j’ai vécue, c’est lors de notre défaite à l’Olympiakos en LDC avec Montpellier. Sur le 3e but, j’ai vraiment cru que le stade allait s’effondrer.

J’ai une petite anecdote à te raconter qui s’est passée en juin au Brésil. C’était lors de Croatie-Australie à Salvador de Bahia (dernier match amical). Pour des raisons techniques, je ne pouvais pas bosser en live. Je rejoins donc le reste du groupe de la Croatie en loge pour assister au match. Une petite faim pointe le bout de son nez, et je commande dans la salle de réception une petite spécialité locale. Je la mange tranquilos puis je m’en vais. Et là, on m’agrippe par le bras et on me fait comprendre que ce n’est pas gratuit et que je dois payer… Le problème, c’est que je n’ai pas d’argent sur moi. Je demande à mes collègues croates et eux n’ont plus n’en ont pas. J’ai du demander au président de la fédération, un certain Davor Suker, de régler l’addition…

 

Je reviens sur le titre de Montpellier en 2012, est-ce que comme moi, tu t’es dit « Mais putain, je peux dire que de mon vivant j’ai vécu Montpellier Champion de France de Ligue 1 », même en rêve je voyais ça impossible, et vous l’avez pourtant fait !

C’est la preuve qu’avec du travail et un peu de réussite, tout est possible. Se fixer des limites ne sert à rien.

 

Dernière question, Rolland Courbis ou René Girard ? (Ah ah !)

Roberto Sedinho évidemment !

 

 

Merci Nico pour toutes tes réponses et ton amabilité. A bientôt et go MHSC !!!!

 

6 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :