Sign in / Join

Lettre à Radamel Falcao Garcia

Cher Radamel, on ne se connaît pas et tu ne liras probablement jamais ce papier, ce n'est pas grave. Tout d'abord, je tiens à te remercier pour tout ce que tu as apporté à l'Atletico Madrid, que ce soit par tes buts ou par l'argent qu'a rapporté ta vente, le fan que je suis t'en sera reconnaissant à vie. Mais je ne t'écris pas pour ça,  j'ai quelque chose de plus important à te dire, quelque chose que j'ai sur le coeur et qu'il me faut te dire.

Le Numéro 9 Vrai : une espèce en voie de disparition

Le Numéro 9 Vrai : une espèce en voie de disparition

Je t'ai découvert sur Football Manager, en 2004 ou 2005, je ne sais plus exactement, tu étais une sacré pépite, jouant pour River Plate, difficile à recruter, bien qu'avec Montpellier j'y sois arrivé. Et oui ça fait maintenant environ 10 ans que je te connais et que je suis tes performances. Une ascension progressive, linéaire, te faisant atterrir à Vicente Calderón via un passage atomique au FC Porto.

Tu me diras, ton passé, tu le connais, et tu dois te demander où je veux en venir.

La presse t'a surnommé "El Tigre", tu es un attaquant assoiffé de buts, jamais rassasié, toujours à l'affût du moindre ballon à envoyer au fond des filets, et peu importe la manière, le plus important étant "el golazo".

Radamel, tu était en 2013 le meilleur attaquant au monde, je parle du numéro 9, du buteur, du tigre. Je ne connais pas ton passé, je ne sais pas quel ton objectif en carrière, mais cet été 2013, il s'est passé quelque chose, comme une cassure. Du moins, c'est ce que je ressens.

Tu as quitté Madrid pour Monaco.

Je me dis qu'à ce moment-là il y a un truc qui cloche. Ok Monaco a beaucoup d'argent, d'ambition, mais Radamel, pourquoi? Pourquoi quitter l'Atletico, club populaire, qui t'a élevé au rang de roi, qui avec Simeone aux commandes retrouvait de l'ambition lui-aussi! Pourquoi signer à Monaco, rocher certes bien ensoleillé, bien gardé, mais avec un stade vide, et participer à une Ligue 1 qui ne fait plus partie du haut de tableau européen, sans Ligue des Champions, compétition à laquelle tu n'as jamais participé, pourquoi? Pourquoi Radamel? Je me suis dit qu'il devait y avoir une clause ou quelque chose dans le style et que ce ne serait un bref passage. Exact, un an plus tard, je te vois t'engager avec Manchester United.

Là, tu m'as énervé. Mais à quoi tu joues? Ok tu retrouve un club ambitieux, habitué à jouer le haut du tableau, un stade plein, mais toujours pas de Ligue des Champions, et de toute façon ce n'est pas un club pour toi Radamel, et on sait tous les deux pourquoi.

Radamel, une chose que tu ne pourras jamais t'enlever, et ce parce que tu l'as dans le sang, c'est que tu es latin. Tu es colombien, tu as le sang chaud, tu as besoin de sentir la passion, le feu autour de toi. A River, Porto ou à l'Atletico tu avais cet instint de tueur, porté par la foule, les cris, la chaleur humaine émanant des tribunes, comme un tigre dans l'arène. Représenter ces clubs t'apportait de la fierté, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, tu avais l'oeil du tigre, ce regard déterminé, cette envie de tout casser. Ce que je vois depuis Monaco, et encore cette année à Manchester (quand tu joues), c'est un gros matou, un chat bien gras qui a eu raison du tigre. Un regard vide, une nonchalance prononcée sur la pelouse, limite je m'en foutiste. Je veux bien que l'argent soit devenu un peu (trop) le nerf de la guerre, mais tout de même, tu me sembles être à l'abri financièrement, ta famille aussi je suppose...

Où est le buteur colombien que l'on a vénéré? A Calderón tu te battais comme un chien, à Porto tu volais au-dessus des defenseurs pour marquer de la tête, tu avais cette grinta typique aux joueurs sud-américains!

"El Tigre" me manque, je suis malheureux de te voir sur ce banc de touche mancunien, derrière ce coach batave aussi rigide et borné qu'un manche à balai. Il te faut retrouver un club chaud, un stade plein, des fans passionnés et un entraîneur qui saura te comprendre, il te faut un club latin.

Viens Radamel, le sud de l'Europe t'attend, va à Naples, revient à l'Atletico, au pire vient à l'OM, mais barre-toi de ce nord de l'Angleterre qui t'a rendu froid et nul, oui tu es nul. Je ne te connais pas Radamel, mais par respect pour les amoureux du foot comme moi, rends-nous le tigre, tu t'en fous du pognon maintenant, vient t'éclater et faire vibrer des stades remplis de supporters, de fans, et non des spectateurs, reviens Radamel, ça fait deux ans qu'on ne t'as pas vu! Rappelles-toi quand ce que tu ressentais quand ton bus traversait la foule avant de rentrer dans l'enceinte le matin du match. Tu bouillonnais, tu avais envie de te déchirer pour nous, tu nous sortais un match de malade et tu étais heureux, tu puais le bonheur Radamel... Aujourd'hui,  je ne sais pas où tu en es, si tu es heureux, tu es plat...

Ton avenir t'appartient, tu as 28 ans, il ne te reste pas beaucoup d'années à faire à très haut niveau, alors s'il-te-plaît, ne les passes pas sur ce foutu banc de touche, la Ligue des Champions t'attend Radamel, Cristiano et Leo aussi, rejoins-les! Laisse parler ton football et non ton porte-monnaie, vire-moi ce gros chat et ramène le tigre sur le pré, une somme incalculable d'amoureux du football t'en seront reconnaissants.

Radamel, on ne se connaît pas, mais on connaît le football, et ça suffit pour en parler.

Éric Manzanares, un fan parmi d'autres...

12 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :