Sign in / Join

Dans l'oeil de Van Gaal : le Boxing Day

Avant de démarrer mon analyse des trois matchs de Noël, je vous vois venir avec vos « mais le Boxing Day c’est seulement la journée du 26 décembre, pas le reste ! ». Sachez, vous, mauvaises langues, que je n’ai que faire de vos remarques. Paroles de Louis Van Gaal.

/Van Gaal

Manchester United – Newcastle

« HE IS A CHILD OF EVERTON, BUT WE DON’T CARE AND PRETEND HE IS ONE OF US, WAYNEEEE ROONEY, WAYNEEEE ROONEY ». Ce chant, Old Trafford devrait le mettre à l’ordre du jour. Le « Captain » a été partout sur le terrain, marquant deux fois et offrant un bijou de passe décisive à Van Persie.

Etant en galère de milieu de terrain suite aux nombreuses blessures, j’aligne Wayne en numéro huit. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne m’a pas fait regretter mon choix. A l’inverse, j’ai eu de la chance que l’attaque de Newcastle soit aussi fragile que les genoux, la cheville, les hanches, le nez…enfin tout le corps d’Abou Diaby. Parce que la charnière Paddy-Evans : merci mais non merci.

Au final une victoire 3-1 sans trop de soucis vu la faiblesse de l’adversaire. Trois points et puis c’est tout. Et c’est bien là le principal.

.

Tottenham – Manchester United

48 heures après le succès contre Newcastle, je me retrouve à Londres pour y affronter Tottenham et Benjamin Stambouli. Je fais semblant aujourd'hui de savoir qui c’est, mais honnêtement, avant match, même la crête de Rémy Cabella était plus connue que lui.

On commence très fort ce match. Une balle sauvée sur sa ligne par Vertonghen, un poteau de Mata sur coup-franc, puis un but refusé pour une position de hors-jeu de Phil Jones. Et pour finir en beauté ce premier acte, Ashley Young réussit sa première frappe de la saison mais Lloris décide de sortir le grand jeu. En bref, ça sent pas bon.

La deuxième mi-temps est assez facile à résumer : le néant. Ayant reconduit le même onze que contre Newcastle (faute de choix, jetez juste un œil au banc de touche vous comprendrez), mes joueurs sont carbonisés et ne mettent plus un pied devant l’autre. Tottenham pousse mais on résiste bien. 0-0 des familles plutôt logique au coup de sifflet final.

.

Stoke City- Manchester United

Vous voyez la deuxième mi-temps de Tottenham ? On a fait exactement la même chose pendant 90 minutes à Stoke. Le non-match par excellence. Exactement le même que nous avions livré lors de la deuxième journée à Sunderland. On commence le match de la pire des façons en encaissant un but dès la deuxième minute. Jonny Evans livre une prestation digne d’un joueur de district un lendemain de cuite. Heureusement pour nous, Falcao marque un but de renard sur un corner de Rooney dévié par Carrick. La suite du match est très compliquée pour nous tant Stoke nous marche dessus.

4209320321908 corners plus tard pour les locaux, l’arbitre siffle la fin d’un calvaire. Un nouveau match nul pour nous, le troisième consécutif à l’extérieur, qui permet à Chelsea et Manchester City de s’échapper aux deux premières places.

Bilan :

Bilan très mitigé donc. Pas de défaite (une série de 10 matchs d’invincibilité quand même) mais des points bêtement laissés en route. Ca jouera peut être en fin de championnat. Côté joueurs, des satisfactions : Rooney (as usual), Young (pour changer) et Carrick. Mais aussi des « confirmations » : Evans et McNair sont toujours loin du niveau Championship, et Van Persie a retrouvé ses jambes de 72 ans après un mois plutôt intéressant.

Rendez-vous le week-end prochain pour un terrible déplacement à Yeovil en coupe. Je dis terrible parce que j’ai encore en tête le claque prise contre Milton Keynes Down. Oui, je sais que vous aussi. Et bonne année quand même.

Laisser un commentaire