Sign in / Join

Retour aux sources : 1ère partie

La Ligue 1 est comme la France : chargée d'Histoire. De petites, de grandes, de banales et de surprenantes. On connait la grande période de Reims, la surpuissance de Saint Etienne dans les années 70, puis les grands moments marseillais, parisiens, nantais, lyonnais et tant d'autres. Chaque club passé dans l'élite aura marqué l'histoire, du jeu à la nantaise jusqu’à  la débâcle Arles Avignonesque. Chaque club a son identité propre. Et souvent, ses surnoms. Mais si la plupart sont rentrées dans le jargon habituel, certaines appellations méritent d'être expliquées car elle sont parfois elles aussi, lourdes d'histoires.

Petit revue d'effectif club par club.

AS Monaco.

Logo du AS Monaco FC

Seule appellation connue pour le club d'Albert : L'ASM. Pas besoin d'épiloguer, l'explication est assez simple. L'ex-club d'Arsène Wenger est aussi parfois appelé Les rouges et blancs, en raison des couleurs historique du club. Et si on parle bien "d'Association Sportive", c'est que fût un temps, Monaco abritait d'autres clubs de sports, de natation ou même de polo par exemple. On ne se refait pas. Pas de réels surnoms donc pour l'AS Monaco, même si on parle souvent du "Rocher", mais ce surnom est davantage lié à la géographie de la ville qu'à la réputation défensive du club lui même. On ne se refait pas. On aurait pu penser  que l'arrivée des Russes Vasilyev et Rybolovlev allait motiver les railleries et autre surnoms douteux ("As Monacov" ?), mais pour l'instant ce n'est pas le cas. Patience.

ASSE

Logo du AS Saint-Étienne

Qui c'est les plus forts ? Evidemment, c'est les Verts. Si l'appellation est devenu un classique, les non stéphanois ne savent pas forcément que cette couleur à une histoire encore plus ancienne que le club. En effet, on doit ce choix à Geoffroy Guichard, qui avant d'être un stade était un entrepreneur, qui possédait notamment une épicerie appelée "Casino". Installée au coeur de Saint Etienne, la petite boutique grandit et au fil du temps, Geoffroy finit par fonder le groupe Casino qui deviendra l'un des principaux groupes français actuels de grande distribution. C'est ce groupe qui lancera une association sportive (l'AS Casino, aux couleurs vertes comme le logo de l'épicerie) comprenant des clubs d'athlétisme, de basket et donc de football pour les employés de Geoffroy Guichard. Club qui par la suite deviendra une Association Sportive, puis plus tard encore l'un des clubs majeurs du foot français. Voila pour le vert. Pas d'autres surnoms particuliers pour le club de Platoche et d'Erding, si ce n'est l'abréviation Sainté qui n'a rien à voir avec l'instrument de musique, précisons le.

En Avant de Guingamp

Logo du En Avant de Guingamp

Là aussi, il est question de club de sports. Ou plutôt, d'EPS pour être précis. Car si l'on dit bien En Avant DE Guingamp, c'est que l"En Avant" était la section omnisport d'une école primaire dans les années 1910. Le club ne connaîtra le haut niveau qu'avec l'arrivée de Noël Le Graet dans les années 70. Fidèle à son mythique Roudourou, le nom du club de Gourvennec est suffisamment atypique (même si il existe quelques autres "En Avant" en France) pour ne pas se voir affubler d'autres sobriquets. Il en existe pourtant un, des plus cruels. On a souvent entendu parler "des paysans" pour pointer du doigt les Guingampais, joueurs et supporters. Un surnom permis par le caractère "simple" (plus petite ville de Ligue 1 en termes d'habitants), le peu de ressources financières et la combativité de l'équipe, petit club qui veut croquer les plus gros en Ligue 1 et même en Europe cette saison. Mais cette appellation semble convenir aux Bretons, puisqu'ils s'en servent régulièrement dans leurs banderoles et autres tifos.

tifos-guingamp-zlatan

FC Lorient

On reste en Bretagne avec l'ex club de Christian Gourcuff. Longtemps amateur, c'est l'arrivée du technicien et père de, qui permettra à Lorient de connaitre l'élite du football français. On le sait, le club est très connu par son appellation de "merlus". Et pour le coup, il s'agit vraiment d'un club de pêcheurs. Initialement créé en 1926, le FCL débute sous le nom de "La Marée sportive", regroupement de pêcheurs sportifs. Littéralement. Le premier emblème du club est un poisson peu connu et pas très esthétique : un grondin (rien à voir avec le gardien Nantais). Changement de logo quelques années plus tard, Lorient opte finalement pour le merlu, poisson plus noble et très prisé des bretons. Le logo de la Bretagne sera ajouté sur la dernière version connue du logo (en 2010) pour renforcer encore davantage le côté terroir du club.

Football Club de Metz

Bien avant la couleur grenat, surnom le plus répandu du FC Metz, le club joue en noir et blanc, couleurs qui sont celles du blason de la ville de Metz. Le changement de couleur interviendra en 1936, suite à des insultes de supporters qui assimilent le noir et blanc au maillot de l'équipe d'Allemagne. Metz, l'Allemagne, les comparaisons douteuses vont bon train (sans mauvais jeux de mots). Pour bien se distinguer, le club opte alors pour le grenat, couleur du Cercle Athlétique Messin. Le grenat quittera pourtant régulièrement les maillots du club de Cyrille Pouget, pendant la Seconde Guerre mondiale, où l'équipe joue le championnat allemand, et pendant la présidence de Dumartin  qui opte pour un retour du blanc et noir. Couleurs qui resteront celle du maillot extérieur, en alternance avec le jaune, couleur historique de la ville de Metz puisque c'est celle de la pierre de Jaumont (qui sert pour la construction de la plupart des bâtiments de la ville). Plus rarement, on appelle les joueurs "les Graoullys", animal mythique qui aurait jadis détruit la ville, et qui figure désormais sur le blason.

Football Club de Nantes

Peut être l'un des surnoms les plus connus du foot français : les canaris. Depuis la création du club, le jaune et le vert représentent le club. Il s'agit des couleurs de la casaque du jockey montant Ali Pacha (célèbre canasson) , lui même sous la houlette du premier président nantais : Jean Le Guillou. Ces couleurs flashy valent aux joueurs nantais le surnom de « Canaris » (et toutes les blagues que cela peut susciter), qui vient de Norwich , club aux mêmes couleurs, dont le canari est l'emblème depuis 1900 pour des raisons liées à l'histoire de la cité anglaise. Plusieurs équipes utilisant des couleurs identiques ou proches partagent ce surnom volatile, comme la Jeunesse sportive de Kabylie ou Fenerbahçe. Pendant quelques jours, le FCN a même été jusqu'à utiliser l'oiseau comme mascotte : Riri Le Canari. Qui bizarrement, a disparu depuis et c'est bien regrettable.

Riri Le Canari. Je ... Enfin voila, c'est Riri.

Football Club des Girondins de Bordeaux

Crée en 1881, le FCGB n'a pas de réel surnom. On parle parfois du "club au scapulaire" en référence à son blason. Scapulaire qui signifie : "adjectif qui souligne la relation avec les épaules.". Est ce alors un hommage au jeu de tête de Marouane Chamack ? Nul ne le sait. Enfin si. Pour les Girondins, le scapulaire fait aussi référence à un vêtement, une sorte de cape portée par les évêques et hommes d'église. Pour imager, c'est ce qui correspond au "V" sur le maillot et le blason des Bordelais encore aujourd'hui, petit détail esthétique devenu emblématique

LOSC

Le Lille Olympique Sporting Club  (fusion entre l'Olympique lillois et le SC Fives) a connu bon nombre d'appellation différentes. Nordistes, Lillois, Loscois ... Et surtout une comparaison animale : les dogues. Second emblème du club après la fleur de Lys, l'origine canine de ce surnom n'est pas très claire. Une version voudrait que ce nom est dû à la femme de l'un des anciens président lillois, qui promenait son chien sur les terrains d’entraînements. D'autres disent que c'est un journaliste qui aurait comparé certains joueurs à des roquets, à cause de leur engagement et leur rage sur le terrain. Au final, ce sobriquet est resté et a visiblement plu aux dirigeants successifs, qui ont été jusqu’à l'inclure sur le logo du club, depuis 1981 et ont même crée une statue devant le siège.

Sans titre

Un dogue et une chèvre.

Montpellier Hérault Sport Club

Pas de bête sauvage cette fois ci, quoique certains comparent parfois le fameux Loulou Niccolin à bien des animaux. Le président montpellierain est tellement charismatique et omniprésent, qu'on surnomme quelquefois le club "Loulou FC". Mais l'autre surnom connu du club, c'est bien sur : La Paillade. Il s'agit simplement d'un quartier de ville, au sein même d'un autre quartier : La Mosson, qui accueille le stade du MHSC. Pour l'anecdote, on appelle parfois la ville de Montpellier " la surdouée". Aucun rapport avec Geoffrey Jourdren à priori.

Olympique Gymnaste Club Nice Côte d'Azur

OGCN, OGC, "Gym", le nom à rallonge du club permet de varier les appellations. Comme son nom l'indique, la première pratique de l'OGC est bien la gymnastique. Si aujourd'hui on voit mal Didier Digard en justaucorps, le football ne viendra pourtant que tardivement s’insérer dans l'association niçoise (en 1924, alors que "l'olympique" existe depuis 1904). Très vite, on associe les footballeux aux "aiglons". Pourquoi l'Aigle ? Car il s'agit simplement de l’emblème de la ville et du symbole du Saint-Empire romain germanique. Hé ouais.

La suite, au prochain épisode.

8 comments

  1. SophieGB 6 janvier, 2015 at 11:40 Répondre

    Dites, sans vouloir chipoter (quoique), c’est Chamakh et pas Chamack ! Sinon article très intéressant 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :