Sign in / Join

Musique et foot : les années 1960

La musique. Le football. 

Pele

Deux arts diamétralement opposés et pourtant. Bien souvent, les deux se sont croisés. Bon nombre de groupes, d'artistes ont chanté sur le football ou ses joueurs. Et à l'inverse, bon nombre de sportifs à crampons se sont essayés, avec plus ou moins de succès, à pousser la chansonnette.  Des rythmes yéyé aux clips de gangsta rap, les mœurs musicales ont évolué, et les stars du ballon rond ont évolué aussi. Des tourne-disques aux casques Sony vissés sur les oreilles, la musique est un excellent moyen d'analyser une époque. C'est aussi pour certains, une manne financière et pas un simple moyen artistique, hélas. Mais les ponts entre chansons et ballons sont légions (désolé pour cette pathétique tentative de slam) et nous allons, en plusieurs parties pour digérer le tout, passer en revue les grands classiques sonores, ou les petites pépites introuvables qui relient les époques à nos tympas. De Just Fontaine à Pitbull et Shakira, c'est parti pour le tour du monde des chansons liées au football.

Pour cette première partie, nous nous intéresserons aux chansons sorties entre 1960 et 1970. Musicalement, l'après guerre est propice aux chansonniers, aux ballades enjouées, et surtout en France. Les enfants du Baby-Boom ont grandi, et ils écoutent de plus en plus d'artistes. Les juke-boxes fleurissent dans les troquets, et avec eux les grands mouvements musicaux de l'époque : le rockabilly et surtout, la période yéyé. Claude Francois, Sheila puis Johnny bien sur, et son grand rival Antoine. Les tubes sont nombreux (Bardot, Dutronc, Nougaro ...) et la fin des années 196o est mouvementée, avec évidement mai 68 mais aussi l'arrivée du mouvement hippie, symbolisé par le concert géant et bordélique de Woodstock, aux USA.

Sportivement, les années 1960 en France, sont bien évidement celle du club de Reims, champion de France par exemple en 1960 et 1962. Reims pratique un jeu révolutionnaire, qui plait beaucoup aux artistes, que l'on retrouve parfois dans les travées du stade Auguste Delaune. L'autre rockstar de Reims, c'est évidement Just Fontaine et ses 145 buts en 152 matchs, excusez du peu. Véritable star en France, Fontaine peut faire tout ce qu'il veut. C'est surement pourquoi il s'essaye à la chanson en 1961, avec Gil Bernard, chanteur et ami d'enfance de Justo.

https://www.youtube.com/watch?v=jNcQyZLSDjs

Mais les 4 titres enregistrés ne rencontrent pas le succès, et Fontaine retourne se consacrer pleinement au ballon, avec le succès que l'on sait. D'autres chanteurs renderont hommage au Stade de Reims, avec toujours beaucoup d'enthousiasme. C'est le cas de Jean Patart. Oui, Jean Patart. Le titre principal étant quand même présenté par Albert Batteux, alors entraîneur du Stade de Reims. Des paroles inoubliables :  "Allez Reims, Allez Reims. Champion des champions. Allez Reims, Allez Reims. Champion du Ballon Rond."

005_Allez_Stade_Reims_cf.0917698d

Après le succès de Reims, c'est Saint Etienne qui commence à faire parler de lui, sportivement et dans les charts. Quatre titres de champion de France consécutifs, entre 1966 et 1970. Mais curieusement, c'est dans les années 70 que l'on entend le plus la douce voix de joueurs comme  Rocheteau ou Bathenay. On retrouve tout de même un single sorti après le titre stéphanois de 1964. On vous conseille vraiment d'écouter cette petite merveille de chanson française, très solennel et très émouvante.

http://45football.com/assets/components/sound/176_AS_Saint_Etienne_64.mp3

D'autres artistes s'essayeront à l'hommage au football. Antoine dont nous parlions tout à l'heure, sort un single : Le match de Football, en 1968. Evidemment, les événements du moi de Mai et le titre fait un bide monumental.

Mais la France n'est pas la seule à mettre ses champions en musique, évidement. Un certain Franz Beckenbauer né en 1945 est considéré comme le joueur allemand le plus prometteur de l'époque, à juste titre. Pas sûr par contre qu’il soit aussi prometteur dans le domaine de la musique. Dans sa chanson Gute Freunde kann niemand trennen (les bons amis ne peuvent jamais se séparer), réalisée en 1966, il nous fait une ode à l’amitié alors qu'il a tout juste 21 ans. Un Franz tout en charme, avec sa voix suave et sa charmante langue natale, idéale pour jouer la carte de la séduction. Le clip vaut le coup d'oeil, notamment pour le clapping magistrale de ses coéquipiers. Le bon Franz retentera l'aventure en 1967 avec son second single Du bist das Glück (Tu es le bonheur). Ca sera hélas le dernier enregistrement du Mike Brant munichois.

https://www.youtube.com/watch?v=kQUJfpcSRQ0

jsi11375a

Et quand les clubs allemands n'ont pas de stars : ils ont des idées. C'est le cas du club de Duisburg, qui demande à ses supporters d'enregistrer une chanson de soutien, qui sera plus tard vendue aux abords du stade et qui aidera beaucoup les finances en berne du club teuton. Musicalement, on est proche du Twist (c'est d'ailleurs le titre de la chanson) ce courant hyper populaire en France également, qui permet aux jeunes de se lâcher sur les dancefloors. Ou "discodance", à l'époque. Un tube enregistrée en 1964.

https://www.youtube.com/watch?v=VBiP2ivOGHQ

En Angleterre, le même principe de vente de singles sera appliqué. A Tottenham par exemple, à défaut de laisser le micro aux supporters, c'est les joueurs eux mêmes qui enregistrent la chanson du club : Glory Glory Hallelujah. Et il faut bien reconnaître que c'est tout bonnement dégueulasse.

068_Spurs_marching_in_cf.0917698d

Mais comment conclure un article sur le foot des années 1960 sans parler de Pelé ? Champion du monde en 1958 puis en 1962, le brésilien est une star mondiale, même en restant dans son club de Santos. Bien sur, les producteurs ne tardent pas à le solliciter. "Je suis né pour le football, tout comme Beethoven est né pour la musique." disait il. Très bon guitariste, Edson Arantes do Nascimento est un passionné d'instruments et de musique et c'est tout logiquement qu'il accepte de faire un duo avec la chanteuse Elis Regina, une des grandes voix de la musique populaire brésilienne, en 1969. Cette petite ballade bossa-nova est un gros succés au Brésil.

https://www.youtube.com/watch?v=ZJMq9Ta95TE

Ainsi se termine notre ballade sélective dans la musique footballistique des années 1960. Il existe bien d'autres morceaux célébrant notre sport préféré, et pour les passionnés, nous vous conseillons le site  http://45football.com/ , une bible pour tout passionné de musique et de ballons.

Suite du voyage avec le prochain article à paraître, qui s’intéressera aux années 1970.

3 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :