J.League 2015 : Nouveau format de championnat en place

Pour la saison 2015 de J.League 1 qui commence dans trois semaines, un changement majeur est à noter. En effet on oublie le format de championnat classique à l'européenne pour revenir au système qui avait été mis en place lors de la création de la J.League en 1993. C'est à dire, un format à deux phases distinctes et avec des play-offs pour désigner le champion en fin de saison.

Pas mal de subtilités sont à noter. On y reviendra juste après. Mais avant tout il y a une question qu'il faut se poser...

Pourquoi ce changement ?

Plusieurs raisons ont poussé les dirigeants à cela. La première c'est la baisse des audiences télé depuis plusieurs années. La J.League au Japon est beaucoup moins cotée que les grands championnats européens malgré le fait qu'il soit le local de l'étape. Et ça se ressent au niveau des diffuseurs. Pour relancer l’intérêt quoi de mieux qu'un championnat avec trois grosses échéances distinctes au lieu d'une. Plus de suspense attire plus de téléspectateurs. Avec en point d'orgue les play-offs pour le titre et le côté dramatique qui va avec.

reds

Les Reds d'Urawa, meilleure affluence de J1 avec plus de 37000 de moyenne.

Plus de téléspectateurs donc, mais aussi plus de spectateurs tout court. Les affluences dans les stades stagnent elles-aussi. On est a environ 17500 spectateurs de moyenne pour les trois dernières saisons. Ce qui est moins que ce que l'on avait vers la fin de la décennie 2000 (environ 19000). La saison 2011 devant être mise à part à cause du séisme et du tsunami meurtrier de Mars de cette année là et qui a provoqué par ricochet une chute de la fréquentation des stades pendant plusieurs mois. Là encore apporter plus de suspense et plus de matchs à vrai enjeu devrait ramener plus de monde au stade.

AFC_Champions_League_crestEnfin le fait d'avoir deux phases distinctes peut aussi être un coup de pouce envers les clubs japonais qualifiés en Asian Champion's League. Compétition un peu délaissée par les clubs car se déroulant, pour les phases de groupes, en plein début du championnat. Mais le fait de conserver toutes ses chances de titre sur une seule phase retour pourrait motiver les représentants nippons à la faire passer en priorité lors de la phase aller. Et il serait temps, parce que depuis un bon nombre de saisons la J.League ne se distingue plus à l'échelle continentale...

Et donc comment ça marche ?

Il faut déjà distinguer ce qu'on appellera la "saison régulière" en opposition avec les play-offs. Elle se dispute donc en deux phases égales. Dans les faits, une phase aller et une phase retour. Même nombre de matchs, et on joue les 17 autres équipes une fois par phase. Là où ça change c'est en haut de classement. En effet, les vainqueurs de chaque phase se qualifieront directement pour les play-offs. On voit donc de suite les possibilités. Un favori ratant complètement une phase peut très bien rester dans la course au titre en repartant fort sur l'autre moitié de saison. Rien ne sera figé sur une mauvaise série même si elle dure 10 matchs. Mais la régularité restera néanmoins très bien récompensée.

Car pour les autres tickets pour les play-offs, c'est sur la saison entière qu'ils seront attribués. Les trois équipes ayant le plus de points sur la saison régulière entière seront elles-aussi qualifiées. Et il fera bon être l'équipe numéro 1 car elle sera directement en finale de championnat où elle affrontera le vainqueur des play-offs qui se feront entre les quatre autres ! Récapitulons :

L'équipe avec le plus de points sur la saison régulière Team A
L'équipe vainqueur de la phase aller Team B
L'équipe vainqueur de la phase retour Team C
La 2ème équipe avec le plus de points sur la saison régulière Team D
La 3ème équipe avec le plus de points sur la saison régulière Team E

poj&

 

Et là vous vous demandez : "Mais enfin, que se passe t-il si l'équipe avec le plus de points sur toute la saison gagne une phase?". Hypothèse fort probable s'il en est. Et bien dans ce cas elle garde son statut de Team A et elle n'est pas remplacée en tant que Team B ou C. Et comme il y a une équipe en moins en play-offs ceux-ci ne compteraient que 2 matchs (une demie-finale et la finale). Dans le cas moins probable (mais possible) où l'équipe avec le plus de points sur toute la saison gagne les deux phases, il n'y aurait que la finale en guise de Play-offs. Entre les équipes D et E.

Quelques dernières précisions. Le vainqueur de la phase aller n'est pas automatiquement la Team B. C'est entre les deux vainqueurs de phase celui qui a eu le plus de points qui obtient cette place plus avantageuse. Celui qui a le moins de points est la Team C.

Enfin si les matchs de play-offs se jouent tous sur un seul match, la finale du championnat se jouera en match aller-retour avec match retour sur le terrain de la Team A. Le vainqueur est sacré champion du Japon.

Alors oui être champion de la saison régulière n'offre plus directement le titre, mais il offre cependant une position très avantageuse pour l'obtenir ! Ce qui est en soit un bon compromis avec le système traditionnel.

Enfin en ce qui concerne la relégation, c'est bien simple : rien ne change. Tout se joue sur le nombre de points sur la saison régulière entière. J'insiste aussi sur le fait que cela ne concerne que la 1ère division. Rien ne change en J.League 2 qui conserve un format plus traditionnel.

Vous voyez, c'est pas si compliqué.

Et en passant, les infos fraîches du mercato !

bothroys

Un anglais en J2.

Quelques mouvements notables pendant la semaine. En J.League 2, le Jubilo Iwata de Daisuke Matsui a officialisé l'arrivée de Jay Bothroyd, attaquant anglais qui était alors en Thaïlande. L'avant-centre de 32 ans compte une sélection avec les Three Lions (elle date de Novembre 2010, face à l'équipe de France).

A l'étage supérieur, Kashima a rapatrié le milieu offensif Mu Kanazaki qui était perdu en D2 portugaise à Portimonense. L'ancien de Nagoya est lui aussi un ancien international (5 capes entre 2008 et 2010).

Du côté de Shimizu S.Pulse, l'australien Mitchell Duke est bien arrivé en provenance de Central Coast Mariners. Il a été suivi très rapidement d'un autre avant-centre. Le nigérian Peter Utaka a signé au club dans la foulée, il évoluait en Chine au Beijing Guoan. Les oranges tiennent enfin plusieurs possibilités offensives en plus du jeune Koya Kitagawa, doué mais probablement trop tendre pour la J1.

Au rayon des départs, l'ailier Atomu Tanaka en fin de contrat à Niigata s'est envolé vers l'Europe pour le HJK Helsinki. Dans la même situation, l'ancien buteur brésilien de Shonan Wellington est lui rentré au pays à Ponte Preta.

8 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :