Preview MLS: La Formule

usa

Si tout se passe bien, la saison 2015 de Major League Soccer commencera ce week-end. Avant de regarder les previews de chaque conférence, voici quelques détails sur la nouvelle formule de la MLS.

On n’a qu’une fois 20 ans. Alors autant en faire une énorme fête. Pourtant, la vingtième édition de la Major League Soccer a failli être gâchée par une grève des joueurs. En effet, 2015 est une année charnière pour la ligue: début du nouveau contrat TV, deux nouvelles franchises très ambitieuses mais surtout un nouveau Collective Bargaining Agreement à mettre en place. Le CBA est un accord collectif  entre les joueurs,  les propriétaires et la ligue. Il permet le bon fonctionnement du championnat. Si le cas Lampard a déjà entamé la crédibilité de la MLS pendant l’inter-saison, les difficiles négociations du CBA ont mis en exergue l’attentisme voire l’immobilisme de celle-ci sur différentes questions cruciales, comme l’augmentation des salaires les moins élevés, la free agency et plus de liberté des joueurs de manière générale. Etonnant pour une ligue qui souhaite devenir une des meilleures ligues au monde dès 2022.

Finalement, l'accord a bel et bien eu lieu. Voici donc l'annuelle présentation de la MLS. Si un papier sur chaque conférence sortira demain, commençons celle-ci dès aujourd’hui avec l’explication de la formule 2015. En effet, celle-ci a encore changé par rapport à la saison 2014.

 

- Saison Régulière

 

Cette année, le paysage de la MLS change. Ainsi, les Chivas USA, subissant une gestion désastreuse depuis de nombreuses années, ont été démantelés par la ligue. Dans le même temps, deux nouvelles franchises rejoignent la ligue majeure: le New York City FC et Orlando City SC. Si la première franchise a été créée de toutes pièces, la seconde est une nouvelle étape d’un club qui a connu de belles heures en USL ces dernières années.

Tous ces changements entraînent évidemment une réorganisation. Plutôt que de s’orienter vers un format classique (20 clubs = 38 journées), la MLS a souhaité garder son âme américaine et compliquée. Les 20 équipes sont donc réparties en deux conférences de dix, selon le modèle suivant.

Conférence EST Conférence OUEST
Chicago Fire Colorado Rapids
Columbus Crew FC Dallas
D.C. United Houston Dynamo
Montréal Impact Los Angeles Galaxy
New England Revolution Portland Timbers
New York City FC Real Salt Lake
New York Red Bulls San Jose Earthquakes
Orlando City SC Seattle Sounders FC
Philadelphia Union Sporting Kansas City
Toronto FC Vancouver Whitecaps FC

Il ne s’agit pas ici de poules de première phase dont les premiers seraient réorientés vers un autre groupe pour le titre, à l’instar de l’Ecosse ou de la Belgique. Non, ces conférences resteront en vigueur pendant toute la durée de la saison. De ce fait, chacune de ces vingt formations disputera 34 rencontres. Oui, vous avez bien lu, 34, selon la distribution suivante:

- Chaque équipe affrontera les neuf autres adversaires de sa conférence deux fois, une  fois domicile et une fois à l’extérieur (18 matchs).

- Chaque équipe affrontera les dix équipes de l’autre conférence une seule fois. Cinq adversaires seront affrontés à domicile, les cinq autres à l’extérieur (10 matchs).

- Chaque équipe disputera un troisième match contre seulement six équipes de sa conférence, trois à domicile et trois à l’extérieur (6 matchs).

Si ce modèle de calendrier est courant dans les autres ligues américaines, il est parfois ici critiqué pour son manque de lisibilité dans un sport global, habitué aux choses simples. Ici, ce sont surtout les six extra-games qui sont pointés du doigt. Certains aficionados auraient aimé garder 28 rencontres pour une meilleure lisibilité et pour une meilleure importance de la saison régulière.

A l’issue de la saison régulière, l’équipe comptant le plus de points remportera le Supporter’s Shield. Ce trophée couronne le vainqueur « européen » de la MLS. En 2014, les Seattle Sounders s’étaient adjugé ce titre avec 3 points d’avance sur le Galaxy.

-  Play-offs.

L’un des charmes de la MLS. En Amérique, il est plus fréquent qu’en Europe que le titre de champion soit attribué par un système de play-offs. C’est également une constante des ligues nord-américaines (NBA, NHL, NFL, MLB). La MLS ne pouvait donc pas échapper aux séries éliminatoires. D’ailleurs, l’organisation de la ligue oblige quasiment à passer par ce système.

Cette année, le passage de 19 à 20 franchises a vu une augmentation du nombre de qualifiés pour la phase finale et donc, un nouveau format. Ainsi, douze formations seront récompensées par un billet pour la post-saison, soit les six premières de chaque conférence. Ces dernières verront leur tableau de play-offs être organisé selon le modèle de la NFL (alors que c’était plutôt le modèle MLB auparavant). D’ailleurs, l’USL, la division inférieure affiliée à la MLS, a également choisi ce modèle de play-offs (mais avec 24 équipes).

 

 

Le Knockout Round, un premier tour souvent laissé de côté par les média français, se déroulera sur une seule rencontre (3v6 et 4v5). Les demies-finale et les finales de conférence se disputeront sur deux matchs.

La MLS Cup, le duel du titre, sera organisée un seul match sur le terrain de l’équipe qui a obtenu le plus de points en saison régulière.

 

- Qualification en CONCACAF Champions League

 

Arlésienne de la MLS, la CONCACAF Champions League engagera quatre clubs américains, choisis de cette manière:

- Le champion MLS (Los Angeles Galaxy en 2014)

- Le vainqueur du Supporter’s Shield  (Seattle Sounders en 2014)

- Le vainqueur de conférence n’ayant pas remporté la saison régulière (D.C. United en 2014)

- Le vainqueur de l’US Open Cup (Seattle Sounders en 2014)

 

 

Les performances de la saison 2015 désigneront les qualifiés pour la CCL 2016-17. Si un club occupe plusieurs des quatre tickets (comme Seattle l’année dernière), son (ou ses) remplaçant est décidé par le classement du Supporter’s Shield, en envoyant la première équipe non qualifiée. Grâce à a quatrième place au général, le Real Salt Lake est ainsi qualifié pour l’édition 2015-16 de Champions League.

 

Le représentant canadien, quant à lui, sera choisi par une compétition domestique, le championnat canadien, où les cinq clubs professionnels du pays (3 en MLS, 2 en NASL) se disputeront le sésame. A partir de cette année, cette compétition sera organisée en juillet et en août. Ainsi, le vainqueur de l’édition de l’année n arrache un billet pour l’édition n+1. Si Montréal conserve son titre en 2015, l’Impact se qualifiera pour l’édition 2016-17. Après sa victoire en 2014, les Québécois s’étaient engagés pour l’édition 2014-15 (où ils sont toujours en course).

En 2015-16, le représentant canadien sera les Vancouver Whitecaps. De loin la meilleure équipe canadienne en MLS la saison dernière, Vancouver a profité de cette année de transition.

 

FatVince

3 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :