Liga MX: Ronaldinho met l'Azteca à ses pieds et Blanco se retire du foot

Rares sont ceux qui ont eu le droit à une ovation de tout un stade alors qu'ils ne jouaient pas pour l'équipe locale. Ronaldinho est de ceux-là, lui qui a illuminé le Stade Azteca. Lors de son entrée, durant et après le match, les fans de l'América n'avaient d'yeux que pour le joueur de Querétaro. Pour le reste, les Tigres ont confirmé leur statut en écartant les Rayados dans le Clasico regiomontano.

« Une grande émotion dans ma vie, ça m’était arrivé au Bernabéu, et maintenait ici, dans l’Azteca. Jamais je ne l’oublierai ». Ronnie a les larmes aux yeux. Après le public du rival madrilène lors de sa période barcelonaise, c’est cette fois-ci le monumental Stade Azteca qui l’a ovationné, malgré la défaite de l’América. Ce stade aura vu les plus grands soulever le trophée mondial et en fin connaisseur, il salue l’immense carrière d’un des derniers à considérer le football comme une fête.

Ronaldinho adulé

Dès la 82ème minute, déjà, et alors que la modeste équipe de Querétaro mène 2-0 face au grand Club América, les applaudissements couvrent les sifflets envers les joueurs locaux. La raison pour laquelle 55 000 âmes se sont rendues au Stade Azteca va enfin apparaitre. Avec cette avance confortable, Vucetich fait rentrer celui qu’il ne considère que rarement comme un titulaire indiscutable. Ronaldinho Gaucho a alors dix minutes pour profiter de l’ovation dans un stade qui l’aura vu jouer 16 ans plus tôt, lorsque le Brésil avait perdu la Coupe des Confédérations contre le Mexique en 1999 (4-3).

Ronaldinho met l'Azteca à ses pieds

Ronaldinho met l'Azteca à ses pieds    (IMAGO7)

Et durant ces dix minutes, l’astre brésilien aura joué les meilleurs minutes de sa saison. Sur un contre éclair mené par Danilinho, Ronnie va inscrire son premier but du tournoi. Puis sur une frappe vicieuse au ras du poteau après un une-deux avec Sepulveda, il signe un doublé et part célébrer son but, abasourdi et surpris de l’acclamation d’un temple comme l’Azteca. Ses coéquipiers, bien conscients du contexte de cette rencontre vont jusqu’à se prosterner devant leur idole. Dans les tribunes, la lourde défaite des americanistas est atténuée par le spectacle offert par Ronaldinho (0-4).

Le Clasico regiomontano pour les Tigres

Lors de cette 14ème journée, avait lieu dans le nord du pays l’un des derbys les plus chaud. Les Tigres de l’Université du Nuevo Leon recevaient les Rayados, à Monterrey pour le Clasico regiomontano. En forme après la première place obtenue dans leur groupe de Copa Libertadores, où ils ont notamment écarté River Plate, les Tigres n’ont fait qu’une bouchée de leurs voisins de la Sultana del Norte. Avec Rafael Sobis auteur d’un nouveau pion, Gerardo Lugo et Enrique Esqueda ont inscrit les deux autres buts (3-0). Une nette victoire et la confirmation qu’après la finale perdue en décembre lors de l’Apertura 2014, les Tigres sont bien favoris pour ce Clausura 2015.

En haut du classement, les Chivas de Guadalajara ont quant à elles conservé leur place de leader après l’égalisation du vétéran Omar Bravo alors que Chavez avait ouvert le score pour Tijuana (1-1). Ces derniers aurait pu reprendre la première place en cas de victoire mais une qualification en Liguilla pour les Xolos serait déjà une belle récompense ne serait-ce que pour le jeu produit par l’équipe de la frontière. Le dauphin Veracruz a quant à lui finalement concédé le nul sur la pelouse de Chiapas (1-1).

Dans les autres matches, ont a eu le droit à quelques surprises comme la victoire des Monarcas de Morelia, la plus faible équipe du tournoi face au Cruz Azul (2-0). Toluca a également arraché un point à l’extérieur sur la pelouse de Léon (1-1). Les buts de Guisao et du Gullit Peña valent le détour ! La UdeG a également partagé les points avec Pachuca (1-1) et les Pumas sont sortis victorieux de leur duel avec Santos (1-0).

Cuauhtémoc Blanco, le dernier saut du crapaud

L’Atlas aussi conserve ses chances de qualification en Liguilla après sa victoire à Puebla (0-1) dont les joueurs avait probablement la finale de Copa MX en tête. Ils l’ont joué trois jours plus tard face aux Chivas et l’ont remporté brillamment (4-2). Dans les rangs de Puebla, Cuauhtémoc Blanco, 42 ans, est entré en jeu pour une vingtaine de minutes. On le savait, il s’agissait des dernières minutes de sa longue et belle carrière, qu’il aura ponctué de coups de folie comme son saut du crapaud au Mondial 98 à Gerland mais aussi de coups de sang, comme ses innombrables embrouilles avec ses coaches, adversaires et supporters. Blanco va désormais disputer un autre match, sur un terrain bien plus glissant que les pelouses mexicaines, puisqu’il va tenter de briguer la mairie de Cuernavaca, au sud de Mexico.

Cuauhtémoc Blanco célèbre la Copa MX lors du dernier match de sa carrière (MEXSPORT)

Cuauhtémoc Blanco célèbre la Copa MX lors du dernier match de sa carrière (MEXSPORT)

En une semaine, on aura donc assisté au dernier match d’un des plus grands joueurs du football mexicain ainsi qu’aux derniers pas de Ronaldinho, autre artiste adulé dans les plus grand stade de football. Dans une période où l’aseptisation du football guette, voilà que deux tête brulées du football, qui longtemps ont daigné faire le spectacle au détriment parfois de l’argument comptable ont offert leur derniers pas de danse.

Résultats:

América 0-4 Querétaro

Tigres 3-0 Monterrey

Tijuana 1-1 Chivas

Chiapas 1-1 Veracruz

Morelia 2-0 Cruz Azul

Léon 1-1 Toluca

Udeg 1-1 Pachua

Pumas 1-0 Santos

Puebla 0-1 Atlas

1 comment

  1. Liga MX: Un tournoi plus serré que jamais - TLM S'En Foot 1 mai, 2015 at 14:01 Répondre

    […] Dans le Stade Omnilife de Guadalajara se déroulait le Clasico Nacional entre les deux clubs les plus titrés du pays. Deuxième ville du pays, la très catholique Guadalajara vit dans l’ombre de la géante Mexico. Une victoire dans le Clasico Nacional est une façon de lutter contre le leadership de la capitale, dans ce pays très centralisé. En plus, les Chivas avaient l’occasion de conserver leur première place alors que le Club América se devait de se racheter après sa lourde défaite 4-0 à domicile face à Querétaro ( à voir ici). […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :