Sign in / Join

On était à Lech Poznan - Slask Wroclaw

pologne

Lech-Poznan Lech Poznan vs Slask Wroclaw Slask_Wroclaw1

Les Kolejorz

Aujourd’hui c’est jour de match dans la capitale régionale de la Vielle Pologne : Poznan. Quatrième ville de Pologne, Poznan est en perpétuels travaux. Elle est à l’image de la Pologne : en pleine expansion. Sous un beau soleil d’avril, c’est en tram que l’on se rend au stade. Départ du Lac Malta l’un des nombreux espaces de verdure de la ville évidement accompagné de son immense centre commercial… C’est parti pour 25 minutes de tram où chaque arrêt va voir grossir les rangs des supporters bleu et blanc. Le public est varié des enfants accompagnés de leurs grands-pères aux jeunes ultras en passant des jeunes femmes tout le monde est paré de blanc ou bleu. En se rapprochant du stade, l’ambiance dans le tram se fait plus chaude et l’on commence à ouvrir quelques Lech (la bière locale) ainsi qu’à chanter des chants à la gloire des Kolejorz. Évidemment les ennemis historiques en prennent aussi pour leur grade en particulier le Legia Gdansk dont les supporters sont alliés du Legia. Un système d’alliance entre groupes de supporters assez….étrange pour un français.

Le célèbre Lech vs Juventus

Enfin arrivé à l’Inea Stadium, je retrouve le père et le frère d’une amie avec qui je vais aller au stade. Avant d’entrer à l’intérieur détour par la buvette près d'un bois qui borde le stade. Autour d’une Lech, on discute de l’histoire du club en particulier d’un match du Lech contre la Juventus en 2010 en coupe de l’uefa par -10° et sous la neige. À l’issu du match, les Polonais s’étaient qualifiés. Dans le bois le groupe de supporters du Lech se chauffe un peu à coup de bombe agricole et de chants.

Après avoir descendu la bière et entré dans le stade. Chaque supporter a sa carte personnelle avec photo. Cela fonctionne comme un badge qui permet l’ouverture de la porte et l’accès aux tribunes. Ce dispositif a été mis en place pour mieux intervenir et sanctionner les hooligans… Sinon l’Inae Stadion est vraiment une superbe enceinte moderne, complètement refaite à neuf pour l’euro 2012. Tout le monde a donc son siège même si une partie du stade, nous inclus, passe son match debout.

Les mascottes de Poznan deux béliers

Un mur bleu et blanc :

Dans la tribune sud se masse les supporters bleu et blanc sur deux étages : particularité tous ceux à l’étage sont vêtus de blanc ceux d’en dessous en bleu. En face d’eux les supporters de Wroclaw se font attendre. Il semble que la police les contrôle un à un avant leurs entrées dans le stade. Alors que je mange tranquille mon sandwich local (pain/saucisse agrémenté de rondelle de gros cornichon) trois types jaune et bleu débarquent de derrière. Ce sont des supporters de l’Arka Gdynia qui sont venus supporter le Lech contre Wroclaw. Poznan à deux clubs « amis » : le Arka Gdynia et le Ks Cracovia. Et vous connaissez la célèbre maxime : les amis de mes amis sont mes amis. Et bien ici c’est pareil donc les supporters de Poznan détestent le Legia Gdansk (rivaux de Gdynia) ainsi que le Wisla Cravovie (l’autre club de Cracovie). C’est bon tout le monde suit ? Donc les supporters de chaque équipe font le déplacement pour venir supporter l’équipe « amie ». Et oui ici ça ne déconne pas ! On sent vraiment qu’il y a une réelle culture de club et d’appartenance bien loin de nos petits footix hexagonaux… Sinon les deux équipes entrent sur le terrain accompagnées de deux béliers qui sont les mascottes locales (au passage toujours pas de supporter de Wroclaw en vue).

Le sandwich local

Le sandwich local

Le match commence timidement et se cantonne au milieu de terrain même si c’est Wroclaw qui se procure la meilleure occasion. Du côté de Poznan ce sont les deux ailiers Pawlowski et Lovrencsics qui s’illustrent le plus, mais sans réellement inquiéter le gardien de Wroclaw. Après 30 minutes de jeu, les supporters de Wroclaw font leur entrée assez timidement d’ailleurs, mais sont directement accueillis par les bleus et blancs.  Wroclaw nie jest polska (en français: Wroclaw ce n’est pas la Pologne). Nationalisme polonais quand tu nous tiens… Surtout qu’historiquement les deux villes ont longtemps été sous la coupe de la Prusse. Même s’il faut reconnaitre que Poznan n’entra dans la Prusse qu’en 1792 (petite digression historique). On s’achemine tranquillement vers la mi-temps dans un match équilibré, mais où Wroclaw semble être plus à son avantage.

Le stade se remplit peu à peu

La seconde période reprend sous la chaleur des fumigènes et bombes agricoles du kop de Wroclaw, vous savez ceux que la police a contrôlé avant de rentrer. Cela entraine une petite pause pour que les fumigènes se dissipent et que les pompiers évacuent ceux qui ont été balancés sur le terrain ! Malgré ce soutien de leurs supporters Wroclaw s’éteint peu à peu à l’image de Paxaio, l’attaquant du Slask que l’on n’a absolument pas vu en seconde période. Le Lech pousse et trouve la faille sur une belle construction et qui finit en centre que reprend Haemaelaeinen ! 1-0 le stade et les supporters sont soulagés, car avec cette victoire les Kolejorz reviennent à deux points du rival honni le Legia ! D’autant plus que les joueurs de Wroclaw s’éteignent complètement face à leur adversaire du soir. Étonnant pour une équipe qui d’habitude produit un jeu bien huilé et marque toujours au moins un but par match. Mais il faut dire que les joueurs du Lech sont plus mordants qu’en première période et récupèrent très haut les ballons en particulier par l’intermédiaire de la paire de milieux défensifs Linetty et Tralka. Sur un coup franc à l’entrée de la surface, Arajurri propulse le ballon dans la lulu. 2-0 à la 83ème minute, la messe est dite. Le stade peut exulter, le Lech revient sur le Legia et tape un rival à l’Europe une belle soirée ! Les locaux se payent un tour d’honneur sous les applaudissements des supporters.

Le kop de Wroclaw chaud bouillant

On rejoint le centre-ville par tram comme à l’aller. Malgré la fatigue et la voie rauque les supporters continuent à chanter à la gloire du Lech et à invectiver le Legia. Le tout en faisant sauter le tram à l’unisson ! La soirée se finira posé dans un bar du centre-ville. La Pologne n’a certainement pas le championnat le plus attrayant d’Europe, mais elle dispose assurément de l’un des publics les plus fervents du vieux continent. C’est donc un vrai pays de football ce qui tranche clairement avec notre cher hexagone !

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

1 comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :