Sign in / Join

Les frères "DE" : E1 - Das alles ist Deutschland

L'été passé, la Mannschaft est devenue championne du Monde pour la quatrième fois de son histoire. Baffant et se vengeant par la même - lors d'une demi-finale qui restera dans les annales - sur ces prétentieux brésiliens qui l'avait battue en 2002. Et ce avant d'aller empêcher Lionel Messi de rejoindre El Pibe de Oro sur le toit du monde. Belle histoire n'est-ce pas ? Rajoutons à ce cadre idyllique que le goal de la victoire vient des pieds d'un homme au visage poupin, le jeune Mario Götze qui, en délivrant tout un pays durant la prolongation vient confirmer ce que Gary Lineker concédait hilare :

Le football est un sport qui se joue à onze contre onze, mais à la fin c’est toujours l’Allemagne qui gagne

Loin de moi l'idée de partager cette boutade réductrice et d'en faire une apologie malheureuse car aujourd'hui pour vous prouver le contraire, je vous emmène dans les bas-fonds de l'Allemagne, dans l'Allemagne qui perd, qui se bat , qui survit dans l'ombre. Dans l'ombre de son frère champion du Monde, car oui plusieurs de ces messieurs ont un frère qui évolue au haut niveau, ou pas loin, dans le pays de Goethe, étonnant, intéressant et surement difficile à vivre pour ses derniers. Imaginez un seul instant : Ah tu es le frère de X qui vient de gagner la Coupe du Monde et tu joue au SpVgg Unterhaching ? Alors mettons un terme à cette période de vache maigre pour ces quidams du football moderne, braquons nos objectifs sur ces "frères DE".

N°1 Fabian Götze - SpVgg Unterhaching

Mon éducation m'oblige à faire preuve de clémence devant ce parcours chaotique, pensionnaire d'un club miteux qui se bat pour survivre en 3. Liga, l'ainé de la famille Götze semble avoir laissé - par charité sans doute - quelques (si ce n'est tous) chromosomes "talent de footballeur" à sa mère pour le petit Mario, ce sens du collectif mérite le respect. Notons qu'il a fait sa formation au Borussia Dortmund avant de bifurquer par Mainz, sans jamais fouler une pelouse de Bundesliga 1 oder 2. Encore jeune, il peut remonter la pente, dans le pire des cas il y a surement une place libre de la seconde garniture du Bayern ou de Dortmund, quitte à être un second couteau au nom flatteur, autant en profiter un minimum.

Fabian Götze      BVB-A-Junioren     24.07.07 Foto: Peter Ludewig

Fabian Götze

Autre membre de la fratrie, Félix Götze, qui joue avec les U17 du Bayern doit, lui, sentir une "certaine"pression sur ses épaules ...

N°2 Tobias Schweinsteiger - FC Bayern München II

Il faut vous expliquer le principe du pistonnage ? En cas de doute tapez Steven Ribéry ou Saadi Kadhafi sur Google.

tobias-schweinsteiger-27023_1

N°3 Félix Kroos - Werder Brême

Surement le plus talentueux de ces frangins "DE", Félix Kroos, 24 ans totalise plus de 50 matchs en Bundesliga. Gageons que dès la saison prochaine vous vous pencherez plus spécifiquement sur les matchs du Werder Brême, qui hormis le fait d'avoir eu sous contrat le magnifique Ludovic Magnin, possède un stade qui vaut le détour. Pour les suisses ça sera également l'occasion d'aller lâcher un mollard sur "notre" ex-superstar Izet Hajrovic (tapez traitre à la nation sur Google si-toutefois vous ne connaissez pas encore ce fuoriclasse).

kroos8-1416302390

N°4 Rani Khedira - RB Leipzig

Le petit frère de Sami - qui va bientôt faire son retour en terre promise - est une énigme, comme son club en fait. Le RasenBallsport Leipzig est une hérésie sur le plan sémantique, littéralement ça donne : Club de balle de pelouse, tout ça parce que c'est interdit de mettre un nom de marque (Redbull) directement dans le nom du club chez nos chers voisins, quand je vous dit que la bureaucratie ça peut tuer un peuple. Pour en revenir au rejeton, Rani Khedira, après un début de carrière hésitant au Vfl Stuttgart, rejoint la Bundesliga 2 où le club de Leipzig et le trésor de guerre de Dieter Mateschitz l'attendent avec de grandes ambitions.

Khedira-1213-273x437

N°5 Jonas Hummels - SpVgg Unterhaching

Décidément ce club, au nom imprononçable pour un francophone allergique à la suave langue allemande depuis sa plus tendre enfance (oui c'est de toi que je parle, sale gosse), semble être une sorte d’entrepôt de produits de seconde main. J'ose à peine imaginer quel esprit tordu est en place à la tête de la cellule de recrutement, si quelqu'un lui glisse que le frère de Ribéry est libre en juin il risque de le signer ... Remarque ils sont coutumier du fait en Allemagne, même le Borussia Mönchengladbach s'y est mit avec Thorgan Hazard (certes il a une once de talent lui).

131944

N°6 Niklas Ginter - FC Denzlingen

Comment ça tu connais pas de joueur allemand qui s'appelle Ginter ?

N°7 Timo Mertesacker - Retraité

Retraité à 27 ans, six mois après le titre mondial de son frère, la seconde perche de la famille a rangé ses crampons, si seulement son grand frère pouvait prendre exemple, Arsène Wenger aurait peut-être encore une chance de revoir un jour un vrai titre en plus dans son armoire à trophée devenue poussiéreuse avec le temps.

D'autres frères "DE" doivent vivre des weekends pénibles sur les pelouses allemandes, une pensée notamment pour le frère de Neuer, arbitre, qui doit fatalement réprimander les gardiens qui sortent dangereusement et qui argument "oui mais j'ai vu Neuer faire la même chose à la télévision". Est-il réellement nécessaire d'écrire quelque chose au sujet de la famille Boateng ? Rappelons qu'ils viennent à peine d'enterrer les reins du benjamin et que l'ainé est nouvellement placardisé à Schalke, respectons leur deuil.

Laisser un commentaire