Débat Oranje #1 : 1/4 - La domination du PSV : faiblesse de la concurrence ou vraie domination?

Après le succès des débats sur le foot Italien, l'expérience a été étendue à d'autres pays, notamment aux Pays-Bas.

A ce titre, nous avons décidé de réunir plusieurs experts, supporters de différents clubs, afin de récolter leurs avis sur différents sujets d’actualité.

Pour ce premier numéro de Débat Oranje, 4 sujets seront mis en lumière.

1/4 : La domination du PSV : faiblesse de la concurrence ou vraie domination?

2/4 : Le cas Richairo Zivkovic

3/4 : La collaboration entre Chelsea et le Vitesse fausse-t-elle le championnat?

4/4 : Quel futur pour l'Eredivisie ? Vraie force en Europe ou tremplin pour jeunes ?

paysbas

La domination du PSV : faiblesse de la concurrence ou vraie domination?

@manelo_Quatre saisons de domination de l'Ajax terminées, cette saison le PSV Eindhoven remporte son premier titre depuis la saison 2007/2008. Outre ces années de disette en championnat, c'est avec un joueur que le PSV est allé chercher ce titre, Memphis Depay.

Alors ce PSV 2014/2015 est champion dû à la faible concurrence où ce fut une vraie domination ? Pour moi, c'est un mélange des deux. Premièrement, la concurrence n'était pas forcément faible, mais seulement pas au point. L'Ajax a perdu, suite à la coupe du monde, deux de ses maîtres à jouer, Daley Blind et Siem de Jong. Deux joueurs qui n'ont pas été remplacés. Le Feyenoord, a lui eu un peu de mal cette saison suite au départ de Graziano Pellè, notamment. L'Italien a laissé un vide sur le front de l'attaque. Heerenveen a aussi perdu ses joueurs clé, Alfred Finnbogason s'en est allé, tout comme Hakim Ziyech et cet hiver Sinkgraven. Tout comme Twente qui devait faire sans Dusan Tadic et Quincy Promes.

Résultat, aucune de ces équipes n'a pu freiner un PSV qui a su garder ses cadres, Depay et Wijnaldum notamment. Cela nous a offert un PSV avec des joueurs qui se connaissaient très bien et certain d'entre eux ont continué sur la lignée de la coupe du monde. Aujourd'hui, le championnat est terminé et l'équipe d'Eindhoven truste tous, leader en championnat, avec 14 points d'avance. La meilleure attaque avec 82 buts inscrits (goalaverage de +58) et avec un Memphis Depay meilleur buteur avec 21 buts. Et le deuxième meilleur passeur avec Jetro Willems et ses 12 passes décisives.

Maintenant, il faudra gérer avec les départs au PSV pour confirmer la saison prochaine et ça, ce n'est pas encore fait.

@rhayddeUn peu des deux en fait. C'est vrai que le niveau en Eredivisie n'est pas très élevée, notamment en ce qui concerne les défenses, mais ça veut pas dire pour autant que c'est simple de gagner. On peut le voir en regardant la saison du PSV sur son ensemble (cf image ci après), le PSV a réalisé un quasi sans faute contre les équipes les plus faibles du championnat, réalisant même un grand chelem contre les équipes entre la 9e et la 18e place.

ss+(2015-05-11+at+01.03.49)

La performance est remarquable de régularité, et c'est ça qui leur permet d'être champion. Maintenant quand le niveau s'est un peu élevé, l'équipe a de suite eu du mal et les résultats s'en sont ressentis. En championnat, avec les matchs contre Feyenoord et l'Ajax, où ils font 1 victoire et 1 défaite à chaque fois, mais surtout en Europa League, où ils sortent à l'arrache d'une poule pourtant normalement largement à leur portée, et où le Zénit a été beaucoup trop fort pour eux. Alors savoir si c'est une question de talent de l'équipe (contre le Zenit OK, mais pas contre Feyenoord ou l'Ajax), de maturité (déjà plus plausible) ou bien si c'est les lacunes de Cocu qui sont mises à jour ...

Quoi qu'il en soit, le gros gros point noir de la saison du PSV restera l'élimination en Coupe contre Roda.
@bowlk : Le PSV a dominé le championnat, le classement le montre. Est-ce que ça signifie pour autant que la concurrence a été faible ? En partie. Le PSV a joué toute sa saison en contre profitant de ses avants, très rapides, pour prendre de court les défenses adverses.
Honnêtement, s'ils ont dominé le championnat, ils n'ont jamais vraiment proposé un jeu incroyable, profitant plus de leurs qualités individuelles et des concurrents qui, s'ils se sont fait prendre au piège en confrontation direct, ont surtout laissé les fermiers s'envoler par leur incapacité à proposer des résultats réguliers le reste du temps. On dit souvent aux Pays-Bas que le championnat se gagne face aux petits, le PSV a réussi. Face aux plus grosses équipes, ils ont eu plus de mal.
Mais l'Ajax et Feyenoord n'ont jamais fait rythme égal. L'Ajax a fait une seconde partie de saison catastrophique, prenant des points quasi-miraculeusement, et Feyenoord a encore fait une saison incompréhensible alternant très bon jeu à absence de jeu. Je finirais par dire qu'une des forces du PSV, c'est le mental. Cocu a apporté en tant qu'entraîneur ce trait si caractéristique du PSV lorsqu'il était joueur : la capacité à toujours réussir à revenir au dernier moment. Quelque part c'est peut-être les seuls qui n'ont jamais rien lâché.
@ceesnipes : Tout d’abord, quelle que soit la réponse à la question, le PSV est à féliciter pour une saison exceptionnelle. Ils ont fait une saison remarquable, ont su passer outre deux défaites importantes (Ajax à l’aller et Feyenoord au retour) sans s’écrouler mentalement et ont aussi su profiter de la chance du champion, celle qu’on provoque, comme face à Willem II. Cependant, force est de constater que la concurrence n’a pas été à la hauteur cette année. Dans le Top 3, le PSV est la seule équipe qui a progressé par rapport à l’année dernière.
L’Ajax a perdu Daley Blind et Christian Poulsen, qui ne semblent pas avoir été réellement remplacés. Feyenoord a subi une saignée cet été, mais si les nouveaux, ou revenants, se sont avérés indispensables (Kazim, Manu, El Ahmadi, Toornstra, Vermeer), le jeu prôné par Fred Rutten s’est avéré bien trop de fois inefficace, bien que très agréable.
De ce fait, le PSV, seule équipe à avoir bien travaillé cet été, voire même depuis l’hiver dernier où, dans la mouise, les dirigeants ont confirmé Philip Cocu au poste d’entraîneur au lieu de le virer comme de vulgaires Palerme, reçoit les dividendes de ce travail. Titre absolument mérité.
@polprins : Depuis quelques années maintenant, l’Eredivisie s’était habituée à avoir un champion par défaut, l’Ajax. Un championnat où à la fin, la moins mauvaise des 18 équipes remportées le titre.
Cette année, les choses ont bien changé. Le PSV a su montré une réelle domination, avec un système de jeu adapté au football moderne et surtout aux qualités des joueurs sous contrat à Eindhoven. Cocu a montré qu’il est un bon entraîneur avec des ressources tactiques que son homologue Franck de Boer a dû perdre au fil des saisons. Ils ont écrasé un championnat moyen, largement en dessous de leur niveau. Les concurrents habituelles n’ont pas su haussé leur niveau de jeu et ont laissé la voie libre au PSV pour remporter un titre amplement mérité. C’est le seul point négatif de ce titre du PSV, la forte domination des hommes de Cocu n’a pas remis en question les autres entraîneurs d’Eredivisie de Rutten à FDB (qui lui est le seul à disposer d’un effectif au niveau de celui du PSV). Restes à savoir s’il y aura un impact dans le futur, en poussant un groupe de clubs qui pourraient faire remonter le coefficient UEFA de l’Eredivisie.

18 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :