Sign in / Join

On était à AJ Auxerre - Paris SG

Samedi 31 Mai, lendemain de fin d’examens, bonne gueule de bois, le cocktail est parfait pour aller vibrer au stade de France. Un supporter Parisien entouré de 3 auxerrois, l’ambiance monte, et soyons franc, on croit à l’exploit ! (Certes, nous avons aussi un peu peur de se prendre le petit set de tennis en hommage à la terre battue parisienne)

Venant d’Amiens, 1h30 de route pour approcher le stade de France, 30min pour trouver une place aux alentours… Une petite pinte + un américain pour se remettre d’aplomb, des parisiens qui chantent « paysans, paysans… » et d’autres, forcément plus appréciables, entament un « Auxerre en Ligue 1 » et nous pénétrons dans l’enceinte. La pression monte, une petite Marseillaise et un joli protocole plus tard le coup d’envoi est donné par les hommes en blanc. ALLEZ AUXERRE !

Les compos :

AJA : Leon – Aguilar – Fontaine – Puygrenier (cap) – Djellabi – Mulumba – Ait Ben Idir – Berthier – Baby – Sammaritano – Diarra

PSG : Douchez – Van der Wiel – Thiago Silva (cap) – David Luiz – Maxwell – Thiago Motta – Verratti- Matuidi – Ibrahimovic – Cavani – Lucas Moura

IMG_20150530_204219

Profitons du coup d’envoi en notre faveur pour toucher le ballon car cela risque de ne plus arriver beaucoup lors des 90 prochaines minutes. Après 15 secondes de jeu, premier d’une longue série de longs ballons. La tactique auxerroise est claire et net : on se pose derrière, on blinde l’axe, on fait le dos rond et on envoie devant voir ce qu’il se passe. Les 2 latéraux parisiens jouissent d’une belle liberté pendant que Verratti et Motta régulent tout le jeu parisien à une vitesse nous rappelant que finalement Ronald Pognon ne courait pas si lentement que ça. Les auxerrois subissent, mais on ne tremble pas et la lenteur du jeu parisien ne nous déséquilibre pas.

Quelques corners et coups-francs mal tirés font enrager, seul véritable espoir de faire trembler parisiens. Cheick Diarra et Sammaritano se démènent devant pour tenter de secouer la crinière de David Luiz, mais malheureusement les frappes qui peuvent en résulter terminent loin du cadre. Cheick Diarra trouvera quand même le poteau ….de corner, Thiago Motta répond sur le vrai poteau. Comme tout match qui se respecte, un joueur s’effondre dans la surface (Lucas Moura), les supporters parisiens meuglent, le petit bouboule, quand je te pousse tu roules, de 10ans devant nous se lève de son siège en même temps que son majeur se dresse au milieu des autres doigts tout en hurlant des mots doux à l’intention de l’arbitre. Soyons francs, de la tribune, nous n’avons aucune idée de la véracité de la faute ou non. Pendant ce temps-là, Donovan Leon est impérial dans les airs et son départ de l’AJA quasi-acté commence à puer les regrets. La mi-temps est sifflée sur le score de 0-0. 1ère victoire pour l’AJA, le virage donne de la voix pour encourager les 11 valeureux guerriers présents sur le terrain.

Petite animation de mi-temps pendant qu’on refait le match en tribunes. Les gamins auxerrois sont incapables de tromper le gardien parisien tandis que les jeunes du PSG régalent : première défaite de la soirée : 8-3 pour le PSG.

Alors que la 2e mi-temps repart, le coup d’envoi nous permet de réaliser que Zlatan Ibrahimovic est en fait sur le terrain.

Bien entendu, la physionomie du match ne change pas. Cavani place un premier coup de tête puissant sous la barre que Leon capte directement d’un saut de cabri nous rappelant Thomas Price. Mais ce qui devait arriver…arriva… à la 65e minute, Van Der Wiel toujours autant esseulé, décide de réussir son centre, l’impérial Puygrenier jusque-là laisse un peu trop d’espace à Cavani. La tête est puissante, bien placée, barre rentrante, Leon ne peut absolument rien : magnifique ; 0-1. Ça se lève autour de nous, ça scande le nom de Cavani, un bon nombre de supporters retournent leur veste l’espace d’un instant. Nous…on reste assis, et on se prend la tête à 2 mains, mais il reste 25 minutes d’espoir. Cheick Diarra toujours aussi peu avare d’effort tente tout son possible, et Auxerre s’offrira sa plus belle occasion du match sur un contre, le ballon passe à droite, le centre de Sammaritano est coupé par Amara Baby mais Thiago Silva se jette au duel pour contrer en corner. Nous étions déjà debout.

Les premiers changements arrivent à 10 minutes du terme. Berthier, révélation de la saison et Baby pourtant homme fort de la saison en L2, mais plutôt en deçà ce soir, sortent, remplacés par Livio Nabab et Julien Viale, puis Alexandre Vincent, autre produit du centre de formation, remplace un Rémi Mulumba fatigué par son abattage au milieu du terrain.

Malheureusement, les pseudo-occasions trouvées ne terminent pas au fond. Nous nous levons sur un corner bien tiré vers le premier poteau dévié que Julien Viale ne peut reprendre au second. Ait Ben Idir prend sa carte jaune hebdomadaire, et Sammaritano s’offre le dernier rush du match, bien rattrapé par Thiago Silva.

Les 3 coups de sifflets mettent un terme à cette magnifique épopée en coupe de France. On aura vibré pour les blancs et bleus jusqu’au bout, quelques regrets forcément, même si Paris est quasi-intouchable. Etant un peu maso, nous restons pour la remise de la coupe et le tour d’honneur parisien, notre ami supporter parisien l’ouvre enfin, au final bien rassuré de la courte victoire. Blaise Matuidi et Lucas Moura squattent le micro de la sono pendant que les auxerrois sont salués et remerciés par le virage bleu et blanc. Un joli feu d’artifice clôt la soirée, et c’est déjà l’heure de rentrer, comme des âmes en peine, au milieu des 80 000 autres personnes quittant l’enceinte du Stade de France.

IMG_20150530_234022

Retour à la voiture, 1h de bouchons pour retrouver l’autoroute et au dodo, même pas le courage d’aller boire des coups pour oublier la défaite. Maintenant, objectif remontée en Ligue 1 la saison prochaine, car elle commence à nous manquer, et il ne fait pas bon s’habituer aux joutes de la 2e division.

Mes Top auxerrois du match : Donovan Leon, Thomas Fontaine et Cheick Diarra

Par @JiBoulet

1 comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :