EAFF Cup 2015 : l’ennui mortel

         L’EAFF Cup 2015, la Coupe d’Asie de l’Est, a fermé ses portes dimanche après-midi sur la victoire de la Corée du Sud, avec une seule victoire mais aucun match perdu. Autant vous dire qu’on a été déçu de ces 6 matches qui auraient dû être la fête du football est-asiatique. Mais comme on l’a vu en début d’année pendant la Coupe d’Asie, cette partie du monde est en pleine reconstruction et ça ne va pas en s’arrangeant.

 2015EAFF

Le Classement Final

  1. Corée du Sud 5 pts
  2. Chine 4 pts
  3. Corée du Nord 4 pts
  4. Japon 2 pts

La Corée du Sud :

Y a pas de quoi sourire… (zimbio)

Y a pas de quoi sourire… (zimbio)

         La Corée du Sud semble avoir maîtrisée sa coupe, même avec une équipe de joueurs qui ne jouent que sur le continent, tant elle n’a jamais été dérangée durant celle-ci. C’est clairement le Japon qui lui a posé le plus de problèmes, si tant est qu’on puisse appeler ça des problèmes. Après une victoire 2-0 face à la Chine lors du premier match (qui rétrospectivement lui donne la Coupe), victoire totalement méritée face à une Chine qui perd toujours ses moyens face à des gros adversaires, la Corée a ensuite concédé deux matches nuls sans relief, face à un Japon blessé (1-1) et face à une Corée du Nord (0-0) bien trop contente d’être là, à ce niveau. Au final, elle s’en sort avec le meilleur défenseur (Kim Young-Gwon du Guangzhou Evergrande) et le meilleur joueur de la compétition (Jang Hyun-Soo du Guangzhou R&F), tout ceci un peu par défaut. Car c’est ce qu’on retire de la participation et de la troisième victoire de la Corée du Sud à cette EAFF Cup : un vainqueur par défaut, la seule équipe réellement prête des 4.

La Note : ­7/10

La Chine :

Pour faire les malins face à la Corée du Nord, y a du monde (the-afc)

Pour faire les malins face à la Corée du Nord, y a du monde (the-afc)

            N’enlevons rien à Alain Perrin. Il abat un vrai bon boulot avec la Chine. Sa Coupe d’Asie était plutôt bonne, son entrée en matière pour les éliminatoires de la Coupe du Monde l’est tout autant. Mais une chose reste marquante : sa Chine est affreusement frileuse lorsqu’on arrive face à un adversaire censé être plus gros. On l’a clairement vu dès le premier match de la Coupe avec cette défaite 0-2 en seconde période face à une Corée du Sud supérieure, mais pas forcément imprenable. Lorsqu’ils ont dû jouer face à la Corée du Nord, étrangement, c’était beaucoup mieux en termes de jeu et il y eut victoire à l’arrivée, 2-0. Mais le plus marquant, c’est ce match face au Japon, qui n’avait, quoiqu’il arrive, plus aucune chance de gagner la Coupe. Après une ouverture du score en début de match  par l’intermédiaire de l’excellent Wu Lei qui leur offre virtuellement la Coupe, la Chine recule et finit par prendre l’égalisation de Yuki Muto. Il reste alors 45 minutes à la Chine pour marquer ce deuxième but et rafler le sésame, à domicile qui plus est. Et là, Alain Perrin ne fait rien, les joueurs ne font rien et en dehors de deux occasions dans les dernières minutes, se contentent d’une deuxième place dans une Coupe dont tout le monde se fout… Très triste. A améliorer.

La Note : 5.5/10

La Corée du Nord :

Devoir accompli. (pix123)

Devoir accompli. (pix123)

            La Corée du Nord est l’équipe qui s’est qualifiée grâce à un tour préliminaire. On l’attendait comme victime expiatoire des A’ de la Corée et du Japon, histoire de se montrer pour les matches suivants et comme un adversaire de la Chine pour la troisième place, surtout avec l’absence de Pak Kwang-Ryong, joueur du FC Bâle. Elle démarre d’ailleurs bien mal sa Coupe avec un but de Yuki Muto au bout de 3 minutes. Sauf que la Corée du Nord n’était pas là pour ça. En continuant de jouer leur jeu et en restant concentrés, ils finissent par faire tourner la tendance et battent le Japon en match d’ouverture 2-1, avec deux buts dans le dernier quart d’heure. Ceci ne continue pas lors du match face à la Chine où ils sont battus 2-0 sans être ridicules. Ils finissent leur Coupe avec un 0-0 absurdement ennuyeux face à l’autre Corée et finissent la Coupe 3e à cause de la défaite face à la Chine. Mais pour le coup, impossible de ne pas les imaginer heureux de leur performance.

La Note : 8/10

Le Japon :

K.O. debout.

K.O. debout.

            Comme il y a 2 ans, le Japon s’est pointé avec une équipe de joueurs du pays, de jeunes aux dents longues, là pour choper une place dans une sélection qui a cruellement besoin d’un renouvellement Il y a 2 ans, ils avaient gagné. Cette année, ils ont démarré par une défaite 1-2 face à la Corée du Nord (et une colère de Vahid Halilhodzic en français à la TV japonaise) après avoir mené dès la troisième minute, grâce à un but du meilleur buteur de la compétition, Yuki Muto, pensionnaire des Red Diamonds d’Urawa. Alors qu’ils semblaient solides, à défaut d’être efficaces, les Japonais ont encore failli en défense, preuve que Tomoaki Makino et Masato Morishige ne constituent pas une charnière centrale capable de gagner quelque chose. On pense alors à l’accident de parcours, mais le match face à la Corée du Sud qui se termine sur un 1-1 grâce à une égalisation venue d’ailleurs d’Hotaru Yamaguchi en fin de première période clôt leurs chances de garder leur titre. Le dernier match face à la Chine démarre très mal, mais les Japonais parviennent encore à égaliser par Yuki Muto. Le reste du match est anecdotique. Comme leur Coupe. Il y a encore énormément de travail pour cette équipe et il y a déjà du retard sur les qualifications de la CdM.

La Note : 3/10

            En conclusion, on s’est bien ennuyé pendant 6 matches et on n’a pas découvert grand-chose quant au football est-asiatique sinon qu’il est vraiment dans le creux de la vague. La Coupe du Monde est dans 3 ans. Il y encore le temps d’y remédier. Mais il ne faut pas tarder.

Laisser un commentaire