Sign in / Join

Le CFA C, Saison 2 : Présentation de la saison 2015-2016 (Partie 2)

Ce dernier 15 août, week-end de l'Assomption, débutait un championnat dont vous n'en avez probablement que peu de choses à foot, si ce n'est lorsque l'un d'entre eux affronte votre club favori en Coupe de France. Derrière la sur-médiatisée Ligue 1, la Ligue 2 et le National se trouve le CFA, le 4ème échelon, repaire des clubs de villes champêtres et des réserves des équipes de Ligue 1. Vous y trouverez des joueurs à l'image de leurs clubs : des futurs pros, grands espoirs pour certains, des ex-futurs pros, qui ont loupé la marche, des vieux de la vieille, ceux ne peuvent décidément pas arrêter le foot mais qui ne sont pas assez forts pour garder un haut niveau comme l'a fait Francesco Totti, ou tout simplement des joueurs moyens mais au niveau tout de même assez haut pour en faire leur métier. Le fonctionnement est simple : 16 équipes, le 1er est promu en National, les 3 derniers sont relégués en CFA 2, jusqu'à ce que la DNCG décide d'en faire autrement. 4 points pour le vainqueur du match, 2 points pour un nul, 1 point pour une défaite. En cas d'égalité, les confrontations directes priment sur la différence de buts générale. J'ai pas vraiment compris l'intérêt d'utiliser cette manière de compter les points puisque les écarts restent les mêmes mais bon, bienvenue chez les meilleurs clubs amateurs du Sud de la France, bienvenue dans le CFA groupe C. Qui sera cette saison une fusion des groupes du sud-ouest et du sud-est de la saison dernière. Cette année pas de Lyon, plus de Ludovic Giuly, de Grenoble, pas de vrai gros favori, mais c'est ce qui augmente le suspens de la saison. La chaleur, les cigales et les accents du sud seront les symboles de ce championnat. Vous verrez on s'amuse bieng.

Comme dit dans la partie 1, il s'agit de la suite de la présentation du championnat de CFA, l'article se révélant être trop long. Je vous invite donc à lire la première partie, publiée précédemment, contenant la présentation des trois équipes réserves et l'histoire du très long été 2015 d'Arles-Avignon.

CFA

Le Pontet : Petit club de la campagne vauclusienne, dont les efforts finaux de la fin de saison dernière n'auront finalement servi à rien puisqu'ils auraient été sauvés de toute manière. Et si vous ne connaissez pas la ville sachez qu'il possède le plus grand centre commercial Auchan de France. Retour au foot donc dans un club qui comporte de vieilles connaissances comme Sébastien Piocelle, ancien d'Arles-Avignon entre autres et qui pourrait s'asseoir sur le banc en qualité de coach adjoint, et Fabien Laurenti (Ajaccio, Marseille et Lens). Pas mal de départ au court du mercato, peut-être les joueurs sentent-ils qu'il vaut mieux se barrer avant de se retrouver en position de relégué et qu'il ne soit trop tard. Six départs à l'horizon mais aucune arrivée. Parmi les départs celui de Arnaud Farras, qui aurait dû être un héros si cela avait vraiment été utile de marquer ce but à l'ultime journée, et de Jérémie Clément, pourtant joueur expérimenté de Ligue 2 et de National. Ajoutez à cela les recrutements de joueurs internationaux andorrans, qui seront au nombre incroyable de trois. Des internationaux en 4ème division, pourquoi pas ... Changement aussi sur le banc puisque Kader Ferhaoui quitte le club et est remplacé par l'ancien de Cannes Manu Nogueira. Ce dernier est un ancien pro lui aussi, passé par Cannes (à l'époque où ils valaient quelque chose) et Nice. Il vient de terminer une saison 2014-2015 faste avec Cannes puisque le bilan (en DHR) est de 20 victoires, pour 5 nuls et 4 défaites. Cette équipe sera probablement peu intéressante à suivre.

Marignane : L'un des plus grands clubs secondaires des Bouches-du-Rhône se retrouve dans la même division que son rival de Martigues et que la réserve du géant marseillais. En haut de tableau l'année passée au point de pouvoir se mêler à la lutte pour la montée,  le club a fait une fin de saison médiocre dû à un manque de réussite devant le but et a donc fini dans le ventre mou. Si l'équipe a une forte défense, parmi les meilleures des quatre CFA, l'attaque est très faiblarde. Un peu plus d'allant offensif ferait gagner des points bienvenus. C'est en partie ce problème qu'a essayé de régler le mercato : deux recrues en attaque dont Anthony Arlaud, élément de Marseille-Consolat en National, et des nouveaux milieux pour se créer des occasions. Un seul défenseur s'ajoute à l'effectif en place. A priori le banc est toujours occupé par Patrice Eyraud, lui aussi ancien joueur décidément qui a pas mal bourlingué mais tout en restant en France : l'OM où il a remporté 3 championnats et 1 Coupe de France, Nantes, Toulouse, Toulon, Metz ... Reconverti entraîneur pendant six ans de Martigues, il a rejoint le rival marignanais en 2014, toujours avec succès.

priou

Franck Priou à sa grande époque cannoise de joueur.

Martigues : L'un des plus grands clubs secondaires des Bouches-du-Rhône se retrouve dans la même division que son rival de Marignane et que la réserve du géant marseillais. Eux aussi en haut de tableau, le club de la Venise provençale pouvaient mathématiquement encore prétendre à monter à l'avant-dernière journée. Ils sont donc les grands favoris cette année, malgré des changements au sein de la formation. Si plusieurs départs se sont faits en direction des clubs voisins, les arrivées sont plutôt prometteuses. J'en tiens pour compte les noms ronflants des provenances : Marignane, Le Havre, Rouen, Sedan, Marseille Consolat. On vit une grosse volonté de la part du club de toujours chercher à viser plus haut que leur condition actuelle. Peut-être pas au point de revenir en Ligue 1 comme c'était le cas au cours des années 90, mais au moins de revenir en National, quitté en 2012. D'un autre coté, c'est assez déprimant de se retrouver dans le stade Francis Turcan, qui fait plus de 11.000 places avec une équipe amateur, les tribunes sonnent désespérément creux. Coaché par Franck Priou, toujours un ancien pro, attaquant très prolifique passé par Lyon, Istres, Cannes et ... Martigues. Il entraîne depuis dans la région, et même à Marignane. Les deux clubs se veulent rivaux mais le nombre d'échange de joueurs et d’entraîneurs et assez fou.

Un événement inattendu a perturbé la préparation de la saison. Le 11 août dernier, à la suite de différends entre les joueurs et le comité directeur notamment sur le plan concernant les primes de matches, les joueurs ont tout simplement décidé de boycotter l'entraînement. Pas de quoi débuter dans la meilleure ambiance possible ...

Les stages de préparation c'est plus ce que c'était ...

Les stages de préparation c'est plus ce que c'était ...

Mont de Marsan : Maintenu en CFA pour la quatrième année consécutive (avec un repêchage in extremis en 2013), les landais auront à coeur de poursuivre la dynamique de l'an dernier qui les avait vu finir à la 9ème place du groupe D, meilleur classement depuis la remontée qui date de 2011. La ville d'origine d'Alain Juppé a vécu un été extrêmement tranquille, surtout lorsqu'on le compare avec celui des adversaires de la saison. D'après son président, le club n'a pas les finances pour aller chercher des joueurs à l'extérieur, donc seulement deux transferts, un dans chaque sens; dans le sens des départs on voit Michael Letard, 24 matches la saison dernière, qui souhaitait poursuivre l'aventure mais qui n'a pas pu trouver d'accord avec les présidents. L'arrivée et celle d'Antoine Abrassart, ancien de la maison et beau bébé d'1,97m pour 95kg, le genre de personne qu'on a pas envie de croiser tout seul dans la rue. L'effectif est donc presque en totalité issu de l'année passée, pourquoi changer une équipe qui a fait de bons résultats ? Surtout avec un an d'expérience et de vécu ensemble. Equipe entraîné par (oh mon dieu quelle surprise) un ancien pro en la personne de Pierre Aristouy. Très peu connu lui, formé à Nantes il n'a connu que 11 matches de L1, 2 de coupes d'europe et 112 en National. Joueur montois depuis 2009, il a décidé d'aller s'installer sur le banc avec sa retraite.

 Sans vouloir mettre la pression, il [le président] précisa que l’idéal serait d’avoir une première en CFA et une réserve en DH, mais que le principal reste que le groupe s’éclate

Pau : En National durant presque toutes les années 2000, le bilan depuis se veut plutôt étrange : dans l'ordre, le club a fini 3ème-12ème-3ème-13ème-14ème-5ème-6ème. Quoiqu'il en soit les palois devraient à priori viser la montée cette année, surtout dans un groupe pas forcément tip top et où il y a un bon coup à jouer. Pas d'affaire rocambolesque mais beaucoup de transferts. Déjà huit arrivées au compteur à toutes les lignes. Un réserviste de Laval mais surtout trois jeunes joueurs en provenance des voisins de Tarbes. Hasard ou non, un match amical devait avoir lieu la semaine dernière entre les deux équipes, mais la veille les tarbais ont décidé soudainement de refuser venir jouer. On va dire que c'est un hasard ... Coté départs, huit aussi. C'est tellement parti dans tous les sens qu'il y a même Iliesse Lamhaf qui va rejoindre Tours en Ligue 2. Et quand on voit les noms des départs on se rend compte que la plupart sonnent d'origine "africaine". HASARD AUSSI. L'objectif serait de faire les meilleures performances possibles, avec si possible une montée. Le stade du Hameau fait près de 14000 places et il risque de sonner très creux. L'équipe première sera coachées par David Vignes, qui n'a connu que ce club dans sa carrière d'entraîneur. D'abord entre 2007 et 2011, malgré une relégation. Même si il faisait une saison correcte qui débouchera sur une 3ème place, il avait été écarté. Revenu la saison dernière après 10 matches pour une mission sauvetage il est conservé après l'intersaison.

peyrelade

Mais oui, LE Laurent Peyrelade coach de Rodez!

Rodez : Attraction de la saison passée avec son attaque de feu compensé par une défense passoire, le Rodez AF devrait continuer à jouer un rôle important cette saison. Le club avait raté la montée de peu en 2012 puis en 2014, cette année sera une année paire et on devrait donc les voir roder près du podium pendant un petit moment. Pour viser haut, autant prendre des joueurs qui ont connu le haut. Cet adage qui vient d'être inventé a été suivi à la lettre par le club qui a pris dans les fonds de tiroir des clubs de Ligue 2. Dans les espoirs perdus plutôt : Mohamed Camara du Mans (le seul défenseur du tas, allez comprendre), Erwin Zelazny de Nantes, Edouard Daillet et Charly Pereira de Clermont, et Damien Da Silva de Mulhouse, l'intrus. Malgré une dernière saison en demi-teinte, le dernier cité a marqué 23 buts en moins de 60 rencontres sur les trois dernières années, et devrait remplacer le départ de Mansour Boutabout, déjà cité plus haut. Lui ainsi que le jeune espoir Ismaël Chrifi, qui revient d'une année passée chez les U19 de l'OM, étrange. Nouveau coach ici aussi, Laurent Peyrelade. Ancien pro de Lille et du Mans, une grosse blessure l'a forcé à se reconvertir sur un banc. D'abord chez les jeunes du Mans, désormais dans une équipe première de CFA. Il tentera d'imposer sa philosophie de jeu sur ses hommes et viser la première place. C'est faisable, autant le faire.

Sète : Alors qu'ils pouvaient viser haut, leur fin de saison dernière a été médiocre et il s'est avéré que le club héraultais, le seul cette année, servait surtout à embêter le trio de tête et à faire remonter les relégables. Du coup cette saison devrait à priori être dans la même veine que les précédentes, à savoir le maintien en ligne de mire et pas forcément de grandes ambitions, même si cela était possible. Les ambitions seront d'ailleurs peut-être plus faibles cette saison, le club n'est en quatrième division que depuis la saison dernière et a encore peur de faire l'ascenseur. Trois éléments titulaires s'en vont vers d'autres horizons; Kevin Testud rejoint le National avec Béziers, Geoffrey Doumeng va se dorer la pilule à La Grande Motte et Steven Dal Molin part tenter sa chance aux Etats-Unis. Pas grand chose d'intéressant à dire, le club n'a pas vraiment de particularité si ce n'est un défenseur âgé de plus de 40 ans. Après on est jamais à l'abri d'une surprise, mais rien ne laisse envisager une surprise à l'heure actuelle. Toujours entraîné cette saison par Laurent Scala. Présent sur un banc sétois en 2002 puis depuis 2006. D'abord en équipe réserve, il a pris en main l'équipe une en DH en 2011, et l'a amenée à ce stade de compétition.

Tarbes : La non plus pas de grandes affaires qui ont secoué le club et son fonctionnement. C'est dans les vestiaires que se sont joués de grands changements durant l'été. Peu satisfaits par une 12ème place dans le groupe D de la CFA la saison passée, très flatteuse puisqu'en realité Tarbes se situant un seul point au-dessus de la zone rouge, il s'agit davantage d'un coup de chance de s'être maintenu, les dirigeants ont opté pour un changement radical de l'effectif. Six départs au compteur, dont cinq à destination d'autres membres de ce groupe de CFA, avec des adversaires comme ça ... Face à neuf arrivées, d'horizons divers et variés. Citons au hasard Hery Randrantasra (1,60m le pauvre), du centre de formation d'Auxerre, Valentin Delanys de Lourdes en DH, et Farid Benramdane d'Amiens. A noter en plus de tout ça le recrutement de Marco Calamaro, formé à Chelsea ! Et qui au lieu de rejoindre le Vitesse Arnhem a poursuivi sa carrière à Boulogne, au Mans et en Belgique. L'équipe sera entraînée par Ludovic Pollet, ex-pro du Havre et de Wolverhampton. En poste depuis 2012 malgré la saison passée. Autant être direct, l'objectif de la saison est assurément le maintien, si tant est que cela est possible ...

Toulon Le Las : A ne pas confondre avec l'autre club de Toulon, qui s'appelle Toulon tout court, ou alors le Sporting de Toulon. Quoiqu'une fusion entre les deux entités est possible. Les comptes du Sporting, resté en CFA 2, sont dans un fort déficit, on parle de quelques 800.000 euros, ce qui est gigantesque, et le maire de la ville a décidé de couper la subvention municipale qui représente un huitième de cette somme (faites le calcul), parce qu'il en a un peu marre de faire raquer le contribuable à cause de dirigeants qui savent pas gérer un budget de club convenablement. Un partenariat est envisagé pour créer le club du "Sporting club de Toulon et du Las", qui ramènerait les comptes à l'équilibre vu que le Las se porte plutôt bien. Le président de ce dernier est favorable à une fusion immédiate, celui du Sporting n'en voit pas encore l'intérêt mais serait prêt à discuter pour une fusion dans les deux ans à venir. Pour l'instant statu quo. Peut-être le Sporting attend-il de voir si le Las va d'abord se maintenir dans le CFA, niveau atteint pour la première fois dans l'histoire du club. Car il faudra d'abord valider la montée acquise la saison passée. Pour cela sept arrivées au compteur, dont deux en provenance de réserves professionnelles, tous de moins de 25 ans. Un départ du coté du voisin toulonnais, déjà cité auparavant il y a une minute. Et on me souffle dans l'oreillette un transfert de Ludovic Uraï, milieu de terrain formé à Caen qui rejoint ... le Lanexang Utited, leader du dernier championnat du Laos. C'est peut-être le transfert le plus TLMSenFoot de l'histoire des transferts TLMSenFoot. On peut l'expliquer cependant par le fait que Uraï ait des origines laotiennes, un mélange entre un retour aux sources et le fait qu'il pourrait éventuellement porter les couleurs de la sélection nationale, ce qui serait forcément une énorme fierté pour un joueur amateur.

Et voilà c'est tout pour le moment. Le championnat a repris ses droits, mais vous le verrez dans le résumé dans deux semaines. En effet toutlemondesenfoot.fr et le Championnat de France A peu près Correct passent cette saison au format mensuel, afin d'avoir une analyse plus poussée et large du championnat concerné (voire une analyse tout court). Tout ce que je peux vous dire c'est qu'il y aura des surprises, pas de surprises, et pas mal de buts. A la revoyure !

Henri Death

PS : Merci à Professeur Urbain (@urbastaga), l'ASMousquetaires et aux sites officiels des clubs concernés pour leur participation (in)volontaire à ce roman.

Laisser un commentaire