Sign in / Join

TLMSF interviewe Thomas Dos Santos (Ergotelis Héraklion)

De Bayonne à la Grèce en passant par le centre de formation du FC Nantes ou encore l'équipe réserve du RC Lens, Thomas Dos Santos montre, à seulement 23 ans, un impressionnant CV. Après une très bonne saison avec l'Aviron Bayonnais, débouchant sur une montée en CFA, le jeune attaquant a pris la direction de la deuxième division grecque, signant avec l'Ergotelis Héraklion, tout juste relégué de Superleague.

TLM S'en Foot s'est entretenu avec ce nouveau-venu du côté des Hellènes, pour évoquer sa carrière ainsi que ses différentes expériences.

Thomas Dos Santos (en bleu ciel) lors d'une rencontre avec l'Aviron Bayonnais. Crédits photo : JD. Chopin / Sud-Ouest

Thomas Dos Santos (en bleu ciel) lors d'une rencontre avec l'Aviron Bayonnais. Crédits photo : JD. Chopin / Sud-Ouest

 

Bonjour Thomas. Peux tu te présenter rapidement à nos lecteurs?
Bonjour à tous. Je suis Thomas Dos Santos, 23 ans et originaire de Bayonne dans le Sud-Ouest de la France.

Quand est-ce que tu as commencé à tâter du ballon ?
J'ai commencé à tirer dans le ballon dès que j'ai su marcher et courir. Sinon plus concrètement, c'était à l'âge de sept ans dans le club de Saint Pierre d'Irube.

Déjà attaquant à cet âge là ?
Pas du tout ! A l'époque, j'ai commencé en défense contre mon grè bien évidemment. Je voulais jouer aux avants postes mais j'étais, à cette époque, plus grand que mes coéquipiers.

A quel moment tu commences à te faire remarquer par les recruteurs du FC Nantes ?
A l'âge de seize ans, lorsque je jouais avec l'Aviron Bayonnais chez les 16 ans nationaux.

Quand on regarde ton parcours, on voit que Bayonne a occupé une grande place dans ta carrière.
Oui. J'ai passé de belles années avec les mêmes copains que ce soit la montée en 16ans nationaux ou encore tous les tournois que l'on a pu remporter ensemble comme le tournoi international d'Artix. Pareil pour la saison dernière durant laquelle nous sommes montés en CFA alors que le club venait de se faire repêcher en CFA 2 . Une saison superbe sur tous les points !

Comment se passe ta formation au sein du FC Nantes ?
Elle se passe super bien. Je réalisais enfin le rêve de tout petit footballeur. Un complexe sportif magnifique et des saisons complètes avec des phases finales chez les U19, une demi finale et une finale de Gambardella!

Malheureusement, tu n'es pas conservé par le club malgré cette belle aventure.
On va dire ça comme ça oui. Il y a eu des mésententes et des changements de coachs. Et puis c'est le football, la fin d'une histoire et le début d'une nouvelle.

Thomas Dos Santos (à droite) avec Ojé Apo (à gauche) lors de la Coupe Gambardella 2010-2011. Crédits photo : A.D. / FC Nantes.

Thomas Dos Santos (à droite) avec Ojé Apo (à gauche) lors de la Coupe Gambardella 2010-2011. Crédits photo : A.D. / FC Nantes.

Après cette déception, comment est-ce que tu arrives à rebondir ?
Difficilement. Je change de club souvent. Je signe à Bayonne mais une pubalgie et un groupe national au complet m'éloignent des terrains. Je signe six mois plus tard à l'US Corte en CFA 2. Puis en Espagne, en troisième division, au CD Puertollano où je ne fais que cinq mois en raison de problèmes financiers. Je reste ensuite six mois sans club à m'entraîner tout seul et puis je signe finalement en DH aux Croisés de Bayonne avant de signer trois mois après pour le RC Lens suite à un essai concluant.

Tu y vas avec le rôle de renforcer la réserve. Est ce que tu vas voir une différence avec ce que tu as connu à Nantes ?
Exact. J'arrive pour la CFA où il y a beaucoup de bons jeunes joueurs contrairement au FC Nantes qui faisait évoluer aussi des joueurs professionnels expérimentés. J'étais aussi plus jeune. Sinon en termes d'infrastructures, les deux clubs sont supers.

Néanmoins, tu n'es pas retenu chez les Sang et Or. Tu n'es pas un peu déçu ?
C'était un choix commun. L'accession au groupe pro était bloquée et c'était donc mieux pour moi de partir

En tout cas, tu retournes à l'Aviron Bayonnais où tu fais une saison canon !
Quoi de mieux que d'être près des proches et dans un club qui vous connais bien pour se relancer ? J'arrive dans un super groupe, constitué de joueurs revanchards. On reste la dernière équipe invaincue de France au niveau national après la défaite du PSG en Ligue 1 en février ! Et sur le plan personnel, j'effectue ma meilleure saison.

Avec notamment 7 buts et 8 passes décisives. Est-ce que ta saison te permet de te faire un peu remarquer ?
Elle a en effet suscité quelques intérêts en France.

Comment tu arrives à nouer des contacts avec la Grèce et plus particulièrement avec l'Ergotelis ?
Dès le mois de janvier, mes agents me parlent de la Grèce et de l'Ergotelis où ils ont déjà quatre-cinq joueurs qui donnent satisfaction en Superleague ! Puis en fin de saison, malgré la descente de ce club en deuxième division, l'opportunité s'est présentée à nouveau après que les dirigeants aient parlé avec mes agents et visionné quelques vidéos et matchs de ma saison.

Comment se passe ton arrivée dans ce club ? L'adaptation n'est pas trop dure ?
Elle se passe super bien. Les joueurs sont essentiellement Grecs. Ils sont très accueillants et les dirigeants font tout pour me mettre en confiance. Malgré le manque normale de ma famille, tout s'est bien passé. On va dire que l'environnement a bien aidé avec la plage et le soleil vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Thomas Dos Santos lors de l'annonce de sa signature à l'Ergotelis.

Thomas Dos Santos lors de l'annonce de sa signature à l'Ergotelis.

Est-ce que la communication n'est pas trop difficile ?
Alors je parle anglais avec les joueurs grecs et portugais avec deux Brésiliens. Je travaille mes langues !

Après huit journées de championnat, l'Ergotelis est onzième au classement. L'objectif est-il la montée et un retour en Superleague ?
Onzième mais avec beaucoup d'égalités de points et très peu d'écart avec les premières places du tableau. La saison est encore longue. L'objectif du club est, bien sûr, la montée.

Tu as eu l'occasion de jouer quatre matchs. Que penses-tu du niveau de la deuxième division grecque ?
J'ai commencé avec une blessure puis une lourde fatigue qui m'a éloigné un peu des terrains. Concernant le niveau, il dépend en fonction des équipes. Je dirais que le bas de tableau équivaut à de la bonne CFA ; et le haut, à du National ou de la Ligue 2.

Pour conclure, un petit pronostic pour le choc de ce week-end entre le Panathinaikos et l'Olympiakos ?
Franchement, je ne vois pas l'Olympiakos perdre cette saison. Ils sont vraiment au-dessus de toutes les équipes. Mais pourquoi pas une surprise ? Allez, 2-2 et du spectacle pour les fans grecs !

Laisser un commentaire