Sign in / Join

Mythes et légendes galloises : le règne du Cygne au pays du Dragon, deuxième partie.

Cet article est la suite directe de la merveilleuse histoire de Swansea City, que vous trouverez ici ! Oh la belle première partie.

A la fin de l'article précédent, je vous avais laissé alors que le club venait tout juste d'être sauvé de la faillite par les supporters. Pourtant, les ennuis ne sont pas encore terminés. Certes les Swans ont pu être rachetés, mais cela n'enlève rien au fait que des mesures drastiques avaient été prises par Tony Petty. Ainsi, c'est avec un effectif amoindri et un budget rachitique que le coach Addison doit gérer le retour en League Two.

Valse des entraineurs, tigres et déménagement.

    Heureusement pour le club, l'entraineur et les joueurs vont réussir à faire abstraction des problèmes en interne. Swansea City va ainsi se positionner tranquillement en milieu de tableau. Mais le manque de moyen va vite se faire ressentir puisqu'en mars le club est obligé de se séparer d'Addison. Pour le remplacer, c'est Nick Cusack qui est intronisé. En fin de carrière, ce dernier est bien connu à Swansea puisqu'il y a disputé pas moins de 200 matchs. Malheureusement l'alchimie ne prend pas, les mauvais résultats s'enchainent et Swansea termine la saison à la 20e place du classement, évitant de peu la relégation.

  Le début de la saison 2002-2003 est catastrophique. Au bout de huit matchs et une nouvelle défaite 1-0 chez les promus de Boston United, Cusack est viré. Pour la première fois en 91 ans, Swansea est dernier en League Two. La descente sonnerait la fin du club, malgré tous les efforts du Trust et de l'ensemble des supporters.  C'est un coach local qui est appelé pour sauver l'équipe : Brian Flynn. Né à Port Talbot, ville industrielle voisine de Swansea, il n'a jamais joué pour les Jacks mais a une solide expérience internationale avec 66 sélections. Flynn va se rendre compte de la tâche qui l'attend puisque sa première rencontre en tant qu'entraineur de Swansea City va se terminer par une défaite 0-1 à domicile contre Torquay United. Prenant conscience de l'ampleur du défi, le Gallois va lancer pas moins de 21 joueurs dans la saison, notamment le jeune ailier Leon Britton prêté par West Ham. Finalement, le destin du club sera décidé à la dernière journée. Pour être certain de se maintenir, les Swans ont besoin d'une victoire, et c'est au Vetch Field face à Hull City que tout va se jouer.

  Ce 3 mai 2003, un homme va entrer dans la légende du club : James Thomas.  Auteur d'un triplé, l'attaquant permet à Swansea de sauver sa tête en Football League grâce à une victoire 4-2 face aux tigers. Pourtant l'affaire était mal embarquée puisque Hull City menait 1-2, et avait manqué de peu le 1-3. Heureusement, Thomas égalise sur son deuxième pénalty du jour juste avant la mi-temps. Avant que Johnrose ne propulse au fond des filets un coup-franc de Roberto Martinez (oui, le coach d'Everton, mais nous y reviendrons) dès le retour des vestiaires. Thomas marquera son triplé historique d'un superbe lob à la 57e minute. 4-2, la messe est dite Swansea City termine 21e de League Two et sauve sa tête. Le Vetch Field est en fusion. Le résumé vidéo de ce match historique.

Thomas, la Northstand et la pluie. Swansea City.

Thomas, la Northstand et la pluie. Swansea City.

  Personne ne le sait alors, mais la période la plus difficile de l'histoire du club vient de se terminer.

  A l'intersaison 2003, les Swans signent un buteur évoluant dans les basses divisions de non-league : Lee Trundle. Le joueur né à Liverpool va devenir "Magic man", une légende de Swansea. Avec 83 buts inscrits en 166 rencontres avec les Jacks il est l'un des plus grands attaquants de l'histoire du club. Ses coupes de cheveux fantasques (coupe mulet et cheveux décolorés...) inspirent tous les gamins de la ville. Trundle est connu pour sa capacité à marquer, mais surtout pour son sens du spectacle, régalant la foule de gestes techniques toujours plus impressionnant. Surtout pour un public habitué aux joutes physiques de la Football League. Je vous laisse vous faire une idée sur son niveau.

   L'arrivée de ce joueur va coïncider avec le début du renouveau pour Swansea. La saison 2003-2004, se déroule plutôt bien et les Swans jouent la première partie de tableau. L'équipe atteint même le cinquième tour de la FA Cup pour la première fois depuis 24 ans. Mais une perte de vitesse assez flagrante va conduire à l'éviction de Brian Flynn en avril. C'est l'assistant de QPR qui est choisi pour le remplacer, un certain Kenny Jackett. Les débuts sont difficiles puisque le nouvel entraineur va débuter par une série de six défaites consécutives. Annihilant ainsi toute chance de promotion. Sous sa direction les Jacks termineront la saison 10e. A l'intersaison, la nouvelle tombe : ce sera la dernière année d'utilisation pour le Vetch Field. La mairie a lancé les travaux du tout nouveau Liberty Stadium situé plus haut dans la ville, là où se trouvait jadis les usines de cuivre. Le club se mobilise alors, il faut rendre mémorable cette ultime saison dans ce stade historique.

Vect field

  Jackett a une idée précise du football qu'il veut mettre en place. Il recrute ainsi un grand nombre de défenseurs afin de construire une base solide dans une division où il faut souvent jouer des coudes pour s'en sortir. La tactique est payante puisque Swansea enchaine sept victoires consécutives à domicile sans encaisser le moindre but. Au bout de la saison, le club termine troisième et est promu en League One. Pour sa dernière saison dans l'enceinte de l'historique Vetch Field, le contrat est rempli. Le club en termine avec ses années noires pour enfin se tourner vers un futur plus heureux. Il suffit de voir cette superbe vidéo pour se rendre compte de l'ambiance dans l'équipe. Surtout, restez bien jusqu'à la fin.

L'envol du Cygne.

    Pour le premier match officiel de son histoire dans l'enceinte du Liberty Stadium, Swansea City dispose de Tranmere Rovers 1-0. Cette victoire sera loin d'être la seule de la saison 2005-2006 puisque les Swans vont profiter de leur dynamique positive pour terminer sixième de League One et ainsi accrocher les play-offs.  En demi-finale, les Jacks réussissent le petit exploit de sortir Brentford malgré le désavantage du terrain. Le club n'est plus qu'à une victoire de retrouver la Championship, division qu'il n'a plus connu depuis 1984. La finale se dispute chez le voisin et ennemi juré, à Cardiff dans l'enceinte du Millennium Stadium. Malheureusement la marche est encore trop haute et c'est Barnsley qui arrache aux tirs-au-but son ticket pour la montée. Les Swans vont tout de même se consoler en remportant pour la première fois depuis 1994 le Football League Trophy (coupe regroupant les League One et League Two) toujours au Millennium stadium. Lee Trundle et Alan Tate en profitent même pour parader avec un drapeau du Pays de Galles orné d'un "Fuck Off Cardiff" du plus bel effet. Le fantasque buteur se permettant même d'arborer un tee shirt où un Swan urine sur le maillot de Cardiff. Ils prendront 2000£ d'amende chacun ainsi qu'un match de suspension.

Bel exemple pour la jeunesse, messieurs les évolués.

Bel exemple pour la jeunesse, messieurs les évolués.

_41515780_trundle203

   La saison suivante est plus compliquée. L'équipe est totalement inconstante et la pression est mise par les fans mais aussi la direction du club. L'entraineur est malgré tout soutenu par les directeurs, lui-même insiste sur le fait qu'il soit l'homme de la situation pour permettre à Swansea de retrouver l'élite du football britannique. Mais le 15 février 2007, à la surprise générale il quitte ses fonctions estimant "ne plus avoir à 100% le support de toutes les personnes en lien avec le club, des fans aux directeurs en passant par les joueurs et l'encadrement". Jackett et Swansea City se séparent donc d'un commun accord. Le club se met alors à la recherche du candidat idéal et très vite un homme se dégage du lot. Une semaine après le départ de son prédécesseur, l'espagnol Roberto Martinez est nommé entraineur du club. Il est loin d'être un inconnu chez les Jacks. En effet, avec plus de 120 matchs disputés entre 2003 et 2006 il fait partie des leaders de l'équipe qui a sauvé sportivement Swansea. Poussé dehors par Jackett à l'intersaison, il était parti gratuitement à Chester City.

  L'arrivée de Martinez est un déclic pour les joueurs. La grande majorité ayant évoluée aux côtés du tacticien il met un point d'honneur à faire respecter la hiérarchie avec ses anciens coéquipiers. Sous ses ordres l'équipe se met à jouer, étrennant une formation en 4-2-3-1. Les résultats sont immédiat, Swansea ne perd qu'une seule fois lors des onze premiers matchs de Martinez, permettant ainsi aux gallois de jouer une "finale" contre Blackpool pour les play-offs. Malheureusement, les Tangerines (les oranges) vont étriller 6-3 Swansea au Liberty. Ce n'est que partie remise pour Roberto Martinez. A l'aube de la saison 2007-2008, il annonce jouer la montée et renforce ainsi son effectif. Ashley Williams, 23 ans, est recruté à Stockport (League Two) pour 420k£, Angel Rangel, 24 ans est acheté à Terrassa en Segunda division B pour 70k£, Joe Allen, 17 ans, est promu de l'équipe U18 à l'équipe première. Avec ses nouveaux joueurs, Martinez insiste sur le rôle de premier relanceur des défenseurs, l'équipe doit jouer au sol, rapidement, en utilisant les ailes. Sa tactiques est payante, Swansea enchaine les succès et 24 ans après, l'équipe obtient le droit de rejoindre la Championship après avoir terminé première de League One. L'Espagnol est un héros, il a été élu entraineur du mois d'octobre, de décembre et de janvier en League One et est finalement élu entraineur de l'année. Il signe alors un nouveau contrat qui le lie pour quatre ans avec le club gallois.

Sport........Tate Gallery......pic 9.... Special congratulations for Alan Tate from skipper Robert Martinez.....060124/5288/HD

   La saison 2008-2009 est historique pour le club qui renoue ainsi avec un glorieux passé. Si le championnat débute mal avec une défaite 2-0 à Charlton, la suite est bien plus belle puisque l'équipe ne perd que quatre des trente matchs suivants. La campagne de FA cup procure aussi son lot d'émotion,  les Jacks sortant Portsmouth alors membre de la Premier League mais aussi tenant du titre. Finalement, Swansea termine huitième, manquant les play-offs d'un seul petit point. Mais ce retour en championship est aussi l'occasion de retrouver l'ennemi juré : Cardiff. Depuis 35 ans, les supporters des deux clubs se haïssent. Certains hooligans allant même jusqu'à se battre lors de réunions hippiques situées à mi-chemin des deux villes. Les deux duels sont âpres, dangereux et même sanglants. Le même score à l'aller et au retour : 2-2. Un expulsé par équipe à l'aller au Liberty, un arbitre en sang (Mike Dean) au retour après avoir reçu un projectile lancé par un "fan" de Cardiff. Surtout, deux derbys où Swansea passe proche de la victoire mais échoue à offrir ce plaisir à la Jack army. Le retour est le plus frustrant, les Swans menant deux fois au score avant de se faire rattraper suite à un penalty extrêmement litigieux à la 90e minute. Finalement la saison se termine en laissant place à un futur prometteur. Mais à l'intersaison, Roberto Martinez est courtisé par le Celtic Glasgow ainsi que Wigan, qui vient d'obtenir son ticket pour la Premier League. Le 15 juin 2009, la nouvelle est officielle et c'est tout Swansea qui pleure le départ de son entraineur vers un des promus de l'élite. Martinez ayant déclaré au cours de la saison passée qu'il faudrait qu'il soit "forcé" de quitter le club pour partir, son attitude est très mal vécue par une partie des supporters et de la direction. C'est pourquoi il a longtemps été mal accueilli par les Swans lorsqu'il est revenu au Liberty Stadium avec ses nouvelles équipes. Avec le temps l'affaire s'est tassée et la rancœur a heureusement été mise de côté.

Mike Dean se fait soigner lors du derby.

Mike Dean se fait soigner lors du derby.

 Pour pallier au départ du tacticien espagnol, Swansea City engage Paulo Sousa comme nouveau coach, avec comme objectif d'atteindre les play-offs. En se servant du "tiki-taka" installé par Martinez, Sousa continue de faire de Swansea une équipe joueuse au tempérament offensif. Les résultats sont probants mais une fois encore la tâche va être manquée de très peu puisque le club gallois va terminer 7e, toujours à un point du Graal. La saison est marquée par un évènement tragique : alors en sélection U21 avec l'Autriche, la nouvelle recrue de Swansea Besian Idrizaj décède d'une attaque cardiaque. Il avait 22 ans. Le club retire immédiatement le numéro 40 pour lui rendre hommage. L'intersaison est mouvementée, Swansea cherchant à se renforcer afin d'atteindre cette place tant convoitée en Premier League. Mais le 4 juillet 2010, Paulo Sousa annonce qu'il quitte le club pour rejoindre Leicester City. Une nouvelle fois la place d'entraineur est vacante.

   C'est un nord-irlandais qui est choisi pour succéder à Sousa, son nom? Brendan Rodgers. Alors en pourparler avec Manchester City pour rejoindre le staff de Roberto Mancini, Rodgers choisi finalement le Pays de Galles. Personne ne remettra jamais son choix en cause puisque cette saison 2010-2011 est celle du miracle.

Coïncidences, pénaltys et Premier League.

    Swansea City veut accéder à la Premier League, et pour cela le club se donne les moyens de le faire. Grâce à une politique économique saine, le Trust et les propriétaires ont les moyens d'investir un peu plus dans les transferts. Luke Moore (700k), Scott Sinclair (400k), Priskin (235k) sont recrutés pendant que Fabio Borini est prêté par Chelsea. Neil Taylor, latéral gauche de 21 ans est recruté gratuitement en provenance de Wrexham (National League), il est actuellement titulaire avec les Swans en Premier League.

  La saison est une réussite, Rodgers permet à Swansea de terminer 3e au classement général. Troisième, cette place piège en championship. Seuls les deux premiers accèdent directement à la Premier League. De la troisième à la sixième place, tout se joue pendant les play-offs : le 3e affronte le 6e et le 4e joue le 5e. Les rencontres se jouent en aller-retour avec retour chez le mieux classé. Les deux vainqueurs s'affrontent à Wembley devant 80 000 personnes pour la place au sein de l'élite du football britannique.

 Swansea City doit jouer sa demi-finale contre Nottingham Forrest, club historique. L'aller débute très mal pour les gallois puisque Taylor est expulsé dès la deuxième minute de jeu. L'équipe est héroïque et le score reste nul et vierge. Cependant, la règle du but à l'extérieur empêche Swansea de se contenter d'un tout autre résultat qu'une victoire lors du match retour. Le 16 mai 2011, le Liberty Stadium est en fusion. Comme un symbole, c'est Leon Britton qui ouvre le score pour les Swans à la 28e minute. Leon Britton, ce jeune ailier prêté par West Ham en 2002-2003, l'année de tous les dangers. L'anglais a finalement été acheté par Swansea pour qui il a joué 270 matchs jusqu'en 2010. Moment où il décide de rejoindre Sheffield United pour seulement 24 matchs et un retour au Pays de Galles dès janvier 2011, avec cette phrase : "je n'aurais jamais du quitter Swansea". C'est lui qui marque le premier but de cette rencontre décisive pour le club. Aujourd'hui, il est toujours là et il joue milieu défensif. Il est la légende et l'âme du Liberty Stadium, il a disputé plus de 120 matchs depuis son retour en janvier 2011, et il n'a inscrit qu'un but celui-ci, contre Nottingham Forrest en play-offs pour la Premier League. Finalement, Swansea s'impose 3-1 grâce à deux autres réalisations de Dobbie et de Pratley. Les Jacks gagnent ainsi le droit de disputer la grande finale à Wembley.

leon-britton_a_1897427c

  Le 30 mai 2011, ce sont des dizaines de cars qui quittent le Pays de Galles vers Londres. Plus de 40 000 gallois ont fait le déplacement. En face, c'est Reading qui se dresse dans le rôle du briseur de rêve. Mais ce jour là, rien ne peut arriver à Swansea. A la mi-temps le score est sans appel : 3-0 grâce à un doublé éclair de Scott Sinclair (21e sur pénalty, 22e) et un nouveau but de Dobbie suite à un excellent centre de Nathan Dyer (40e). Les Royals craquent et Tabb alors remplaçant est expulsé en compagnie de l'adjoint Gibbs. Ils étaient venus s'en prendre à l'arbitre. En tribune et devant son poste, la Jack army ne sait pas trop comment réagir, le club a mangé tellement de pain noir au sein de son histoire que personne n'ose dire que la victoire est acquise. Et ils ont raison. Dès la 49e minute Reading réduit le score grâce à un csc de Joe Allen. Puis à la 57e c'est une tête de Mills qui relance le suspense. 3-2, Swansea City est acculé sur son but. Tous les Swans savent qu'une égalisation serait synonyme de match perdu. C'est ce qui est arrivé, ou aurait pu arriver, à 10 centimètres près. Les contes de fées ne tiennent pas à grand chose. Heureusement, la frappe déviée de Karacan est venue fracasser la base du montant de De Vries et la reprise de Hunt est sauvée sur sa ligne par Garry Monk. Le plus dur est passé pour Swansea. Et comme l'histoire aime bien se répéter, Andy Griffin fauche Fabio Borini à la 79e minute. Nouveau pénalty, Scott Sinclair trompe Federicini. Swansea s'impose 4-2. Huit ans et 23 jours après la victoire contre Hull qui sauve le club, Swansea City est promu en Premier League. Lors des deux matchs, les Swans l'emportent 4-2. Lors des deux matchs, un Swan met un triplé dont deux buts sur penalty. Le symbole est trop fort, les joueurs, les supporters et les dirigeants sont en larmes. Le club a réussi l'impossible. Au micro, Huw Jenkins le président du club, dédie cette victoire à Besian Idrizaj.

La Jack Army est légèrement hystérique.

La Jack Army est légèrement hystérique.

_53071074_rodgers_thrown_get512

   Il aura fallu dix ans pour que Swansea City passe du statut de club au bord de la faillite à celui de premier club gallois de l'histoire de la Premier League. Dix ans pour un club qui a du être entièrement reconstruit par ses supporters. Aujourd'hui, Swansea lutte pour s'ancrer durablement au sein de l'élite. Le Supporters Trust détient maintenant 21.1% du club.

   Lors de sa première saison en Premier League, Swansea a terminé 11e en battant notamment Arsenal, Manchester City et Liverpool. A la fin de la saison, Rodgers est parti à Liverpool en emmenant Joe Allen avec lui. C'est Michael Laudrup qui l'a remplacé. Pour sa première saison à la tête des Swans, le danois a remporté la League Cup anglaise. Avant de battre Bradford 5-0 en finale, les gallois ont éliminé Barnsley, Crawley Town, Liverpool à Anfield, Middlesbrough puis Chelsea en match aller-retour. Leon Britton, Angel Rangel, Ashley Williams, Nathan Dyer et Garry Monk ont joué cette finale. C'est le premier trophée majeur de l'histoire du club.

  Pour son retour en Europe, Swansea a écrasé Valence au Mestalla sur le score de 3-0. Les gallois sont sortis des poules puis se sont inclinés face au Napoli (0-0, 1-3). Laudrup a été démis de ses fonctions en février 2014, c'est Garry Monk (au club depuis 2004) qui a été choisi pour le remplacer. L'année passée, sous Monk Swansea a battu son record de point en première division anglaise en terminant 8e avec 56 points.

badge

  Cette saison, Swansea City lutte dans la deuxième partie de tableau. Malgré cela, Monk a toute la confiance des joueurs , des supporters et de ses dirigeants.

  Pour plus d'informations sur le Supporter Trust, l'adresse est ici : le Trust.

  Je ne saurais trop vous conseiller le visionnage du documentaire réalisé sur Swansea City de 2001 à 2013 : disponible ici. Le site officiel du film est ici.

 Merci pour votre lecture.

Laisser un commentaire