Sign in / Join

Son altesse Serenissima : découvrez le foot à Saint-Marin

Une équipe nationale, un club en Serie D et un championnat national. Le calcio fait aussi vibrer les quelques 33000 habitants de Saint-Marin. Présentation.

Du football à Saint-Marin ? Dans ce micro-état de 61km2 ? Oui, le football saint-marinais a une équipe nationale et un championnat. Inexistant médiatiquement hors de ses frontières, il fait parfois parler de lui pour ses déboires habituels lors des phases de qualifications pour la Coupe du monde et l’Euro. Mais c’est ce qui fait son charme. Et il était donc naturel que ce pays ait lui aussi sa rubrique sur Tout le monde s’en foot !

stmarin

Ah oui, il y a un championnat à Saint Marin ?

Et même 15 équipes ! Par contre, pas de montée ni de relégation depuis le retour à une division en 1996. Créé en 1985, le championnat appelé Serie A1 est venu se greffer à la Copa Titano, la coupe nationale. Le SC Faetano a remporté cette première édition sans playoffs, avant l’apparition de matchs à élimination directe la saison suivante. Tre Fiori domine les années 1990 avant la montée en puissance du SS Folgore/Falciano, qui reste la première équipe du pays à avoir participé à une Coupe d’Europe, la Coupe UEFA en l’an 2000. La seule star internationale à avoir joué dans le championnat de Saint Marin fut l’ancien joueur brésilien de l’AS Roma Aldair, passé par le SS Murata de 2007 à 2009 (98 matchs, 12 buts).

Aujourd’hui, le seul enjeu de la phase aller-retour est de se qualifier pour les playoffs en fin de saison pour jouer le titre. Les 15 équipes sont divisées en deux groupes, un de sept et un de huit, et chaque équipe rencontre à deux reprises les équipes de son propre groupe et une fois les équipes de l'autre groupe. Les trois premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les playoffs. Le champion est qualifié pour la Ligue des champions, le perdant de la finale et le vainqueur de la Copa Titano pour la Ligue Europa. Historiquement, Tre Fiori compte le plus de titres avec sept unités et Libertas détient le record de victoires en Coupe avec 11 trophées. Les équipes se partagent six stades, dont le stade olympique qui accueille quelques matchs de championnat. La San Marino RTV diffuse des résumés des matchs et même quelques rencontres en direct. La chaîne suit aussi les résultats du San Marino Calcio.

Et pourquoi une équipe en D4 italienne alors ?

Avec sa 53ème place au coefficient UEFA, devant Gibraltar seulement, le championnat saint-marinais n’arrive pas à s’exporter. A une exception près. En 1960, soit avant la création du championnat national, la Fédération Saint-marinaise de football évoque l'idée d'engager une de ses équipes dans le championnat italien. D’abord appelé l’AC San Marino, c’est en 1985 que le club va connaître un tournant décisif en obtenant trois promotions en quatre ans, atteignant la Serie C2. La société décide même de changer son nom, passant de AC San Marino à San Marino Calcio. Le premier championnat disputé dans la catégorie sera toutefois un échec. Le San Marino Calcio termine avant-dernier et se voit rétrograder en Serie D.

Le club remontera jusqu’en D3 lors des saisons 2005-2006 et 2014-2015, avant une rétrogradation en Serie D (D4) cette saison. Dans le même groupe que le mythique club de Parme ! Le San Marino Calcio joue ses matchs à domicile au stade olympique de Serravalle qui compte tout de même 7000 places dans sa capacité maximale, ce qui est déjà important pour un pays de près de 33000 habitants.

L’équipe nationale, en route vers la Russie ?

Il faut bien rêver… La sélection A, entraînée par Pierangelo Manzaroli depuis 2014 suite à la longue période Giampaolo Mazza (1998-2013), et les sélections de jeunes jouent dans le même stade que le San Marino Calcio. Les sélectionnés proviennent soit du championnat de Saint-Marin, soit des divisions inférieures italiennes. Il y a donc très peu de joueurs professionnels. La star de l’équipe est Andy Selva, meilleur buteur de l’histoire de la sélection avec 8 réalisations (73 sélections). L’unique fait de gloire de cette sélection est un 0-0 à domicile contre la Turquie lors d’un match de qualifications pour la Coupe du monde… en 1993. Lors de ces mêmes qualifications, Saint-Marin a perdu seulement 1-0 en Pologne. Ce match est toujours qualifié de « vol » par la Fédération car le but de Jan Furtok a été marqué de la main ! Toujours dans la même compétition, Saint-Marin a réussi à marquer contre l’Angleterre, le tout dès la neuvième seconde de la rencontre. Mais le match s’est terminé sur le score fleuve de 7-1 en faveur des Anglais. Et c’est quand même moitié moins que le 13-0 encaissé en Allemagne en 2006, un record historique !

Le seul succès saint-marinais remonte à un match amical en 2004 contre le Liechtenstein

(1-0). Avec Michel Platini dans les tribunes, s’il-vous-plaît ! Depuis son affiliation à la FIFA en 1988, Saint-Marin a aussi obtenu un match nul 1-1 en Lettonie en 2001 lors d’un match officiel et un 2-2 en 2003 lors d’un match amical au Liechtenstein. Plus récemment en 2014, pour le compte des éliminatoires à l'Euro 2016, Saint-Marin a accroché enfin un point contre l'Estonie à domicile (0-0), soit plus de dix ans après sa seule et unique victoire. En septembre dernier lors des qualifications pour l'Euro 2016, face à la Lituanie, l’équipe nationale s’est incliné 2-1 mais est parvenue à inscrire son premier but à l'extérieur depuis 14 ans. Nous nous contenteront de ça pour l’instant.

Laisser un commentaire