Sign in / Join

Pour être champion aux Pays-Bas, il faut jouer en Rouge et Blanc

jHseE8r4

Les trois marginaux des Pays-Bas

Aux Pays-Bas, qui sera champion ? Sans aucun doute Ajax, PSV ou Feyenoord. Il ne semble pas il y avoir beaucoup de doute lorsque l'on répond à cette question. Celui qui suit le football européen avec un peu plus d'assiduité se souviendra néanmoins que, récemment, AZ et le FC Twente ont ajouté leur nom à ce palmarès peu hétéroclite, en 2009 et 2010. AZ avait déjà en 1981 fait une brève apparition en tant que champion le temps d'une saison mais l'ordre naturel du football néerlandais avait aussitôt repris son habituelle routine, sans en être bouleversé. Lorsque l'on s'intéresse au football européen dans ces grandes lignes on sait qu'il y a de ces championnats comme l'Eredivisie où seuls quelques clubs gagnent ; quid de championnats un peu tout le monde s'en foot comme le Portugal où Benfica, le Sporting et le FC Porto semblent truster tous les titres. Ou de la domination en Écosse des Rangers et du Celtic. Mais il y a bien une particularité propre aux Pays-Bas sur ses champions, que même AZ et le FC Twente n'ont su changer : la couleur du maillot. Lorsque les joueurs de l'Ajax rentrent sur la pelouse, la sono chante « rood en wit wordt kampioen » et une vieille chanson à la gloire de Feyenoord précise que le « rood en wit gaat nooit verloren », le rouge et blanc sera champion et ne perdra jamais. En dehors de rendre gloire à leur cluppie, ces chanson mettent en lumière cette étrange anecdote : depuis l'arrivée du professionnalisme aux Pays-Bas en 1954, n'ont été championnes que des équipes au maillot rouge et blanc, à trois exceptions près.

Une couleur de plus que d'habitude pour Willem II (Source : tilburgers.nl)

Les tricolores

Willem II, seul club (aujourd'hui) professionnel de Tilburg a été avec un maillot tricolore bleu-blanc-rouge, en 1955, le premier champion de l'ère professionnelle aux Pays-Bas. Après la seconde guerre mondiale les instances néerlandaises du football voient d'un très mauvais œil le professionnalisme et bloquent toute modernisation. De très bons joueurs s'exilent à l'étranger pour vivre de leur jeu comme Faas Wilkes, l'un des meilleurs attaquants néerlandais de l'histoire, qui est parti jouer en Italie et en Espagne. Lorsqu'un joueur décide de devenir professionnel, il est banni de l'équipe nationale. Après les inondations de 1953 qui ont fait près de 2000 morts aux Pays-Bas, les joueurs néerlandais qui jouent en France organisent un match de soutient aux victimes face à la -très forte équipe de- France qui se solde par une victoire des Pays-Bas 2 à 1. Le succès de ce match, le Watersnoodwedstrijd, voit la création quelques mois plus tard d'une ligue alternative professionnelle aux Pays-Bas, la NBVB, qui fusionnera fin 1954 avec la KNVB, ce qui lancera officiellement le professionnalisme aux Pays-Bas. Pour cette première saison post-reforme tous les clubs sont répartis dans 4 poules en vu de les reverser ensuite dans deux divisions distinctes. Les premiers de chacune de ces poules se retrouvent dans un mini-championnat pour déterminer le champion de la saison et c'est ainsi que Willem II, le club nommé en l'honneur du roi Guillaume II de Orange, devient champion devant le PSV, NAC et l'EVV (actuel FC Eindhoven).

DOS remporte en 1958 le seul titre de son histoire (Source : rudestats.wordpress.com)

Jaune et noir

La saison suivante, Rapid JC, un des ancêtres du Roda JC d'aujourd'hui, est sacré champion pour cette deuxième saison de remaniement des premières divisions. Ils jouent avec un maillot rouge à un col blanc. L'Ajax triomphe en 1957 avec son maillot blanc à la bande verticale rouge et commence à affirmer la tradition des vainqueurs aux mêmes couleurs. Mais en 1958, les jaunes et noirs de DOS finissent leaders avec 47 points. Les hommes du SC Enschede, qui eux, jouent avec un maillot noir à scapulaire blanc finissent ex æquo. C'est au terme d'un match d'appui entre les deux clubs au stade De Goffert à Nimègue que DOS est sacré champion. Des joueurs comme le gardien Frans de Munck, qui avait joué le Watersnoodwedstrijd de 1953, le défenseur Hans Kraay, qui jouera par la suite à Feyenoord, ou encore l'attaquant Tonny van der Linden, considéré comme l'un des meilleurs joueurs de la ville d'Utrecht avec ses 17 buts pour la sélection Oranje, composent l'équipe victorieuse. Pour l'anecdote cette année-là, Velox, un autre club d'Utrecht, est aussi champion, mais au niveau amateur. Quelques années après ce titre, DOS fusionnera avec ce dernier ainsi qu'avec Elinkwijk pour former le FC Utrecht qui adoptera comme couleurs... Le rouge et le blanc. Des couleurs aussi adoptées par le club résultant de l'union entre le SC Enschede et leurs voisins Enschedese Boys en 1965, le FC Twente, qui lui, deviendra champion 45 ans plus tard.

DWS, le dernier champion avec d'autres couleurs. (Source : VI)


A lire également : Derby et déjeuner familial : tension aux Pays-Bas


Noir et bleu

D'Amsterdam, tout le monde connaît l'Ajax, mais il fut un temps où trois autres clubs jouaient dans la capitale. L'un d'eux, DWS, a même été champion en 1964. Succédant ainsi au Sparta, à l'Ajax, à Feyenoord et au PSV qui jouaient tous avec les mêmes couleurs. Arborant historiquement un maillot rayé verticalement de noir et de bleu, c'est pourtant avec un maillot blanc entre-coupé d'une bande verticale noire et bleu, pour éviter toute confusion avec l'adversaire du jour, GVAV, qu'ils joueront le match qui les sacrera chez eux, au stade olympique d'Amsterdam. DWS était un club ouvrier qui avait les faveurs du chanteur André Hazes, sorte de monument de la variété aux Pays-Bas. Club ouvrier et cela a son importance : les gens qui passaient par le club n'aimaient pas forcement le gros club d'Amsterdam qui pouvait être considéré comme trop « chic. » C'est dans les équipes jeunes de ce club que Ruud Gullit ou Frank Rijkaard ont commencé à jouer au football, et des grands noms du football néerlandais comme Jan Jongbloed ou Rinus Israel faisaient partie de l'équipe championne de 1964. La section professionnelle du club fusionnera en 1972 avec les autres clubs professionnels d'Amsterdam, Blauw-Wit et De Volewijckers, qui sont tous en difficulté. Le FC Amsterdam est né. Le club qui a une image un peu extravagante, un poil ouvrière et qui essaie d'attirer des gros joueurs pour concurrencer l'Ajax ne restera actif que dix saisons, avant de mettre la clé sous la porte en 1983 après 4 saisons consécutives passées en deuxième division. Triste fin pour un club dont les fondateurs avaient pourtant mis toutes les chances de leur côté en optant pour un maillot... Rouge et blanc.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :