Sign in / Join

Ce gênant supporter fantôme qui agite le club de Chesterfield

En organisant un jeu-concours pour ses supporters, le club de Chesterfield espérait faire bonne figure. Malheureusement, cette histoire se termine par le départ de son responsable commercial et marketing ainsi que la grogne des fans des Spireites.

TLM S'en Foot a creusé sur cette affaire passée inaperçue en France mais controversée de l'autre côté de la Manche. Explications.

Phase de transition

Ian Evatt (en bleu), se faisant soigner, lors d'un match de Chesterfield au début de l'année 2016. Crédit photo : Chesterfield FC.

Ian Evatt (en bleu), se faisant soigner, lors d'un match de Chesterfield au début de l'année 2016. Crédit photo : Chesterfield FC.

Chesterfield est une ville basée dans la région de Derbyshire, au centre de l'Angleterre. L'équipe de football évolue en League One, soit le troisième échelon national, depuis son titre de champion de la League Two en 2014. La première saison se passe parfaitement avec une qualification pour les play-offs et une élimination en demi-finale par Preston North End (0-1 ; 1-3), qu'on retrouvera en Championship.

La saison suivante vend beaucoup moins de rêves avec une dix-huitième place à l'arrivée. "Elle n'a pas été brillante nous confie Martin Bonnefoy, responsable de la page Chesterfield France sur Twitter. Beaucoup de supporters ont reproché aux dirigeants d'avoir laissé partir le noyau dur de l'effectif et d'avoir recruté des hommes qui n'étaient pas de la même qualité". Il n'est pas vraiment convaincu par la direction que prend le club. Pour lui, le CFC est clairement dans une phase de transition. "Le mercato de cet été semble de meilleur qualité, mais il y a encore de nombreux paris. La signature de Ched Evans qui n'a plus joué depuis 2012 est un exemple". Le gallois a été condamné à quatre ans de prison pour le viol d'une jeune femme de dix-neuf ans mais a toujours crié son innocence. A la moitié de sa peine, il est libéré en 2014. Il sera rejugé en octobre prochain après avoir fait appel.

C'est dans ce contexte crispant que la cellule marketing met en place un jeu à l'attention des supporters.

Un homme nommé James Higgins

Supporters de Chesterfield lors d'un match en 2014. Crédit photo : Chesterfield FC.

Supporters de Chesterfield lors d'un match en 2014. Crédit photo : Chesterfield FC.

Il y a plusieurs jours, Chesterfield lance un concours. Pour participer, il faut acheter un billet coûtant dix ou vingt livres selon les sources. Après un tirage au sort, le vainqueur reçoit deux places pour voyager avec l'équipe lors d'un stage en Hongrie. Il pourra assister aux entraînements et à un match d'entraînement, logement compris. "C'est la première fois que le club fait un stage de préparation aussi loin de l'Angleterre" évoque Martin. Cependant, malgré le caractère inédit de cette mise-au-vert, ça ne se bouscule pas au portillon et seulement quatre personnes acquièrent ce bulletin de participation. Plusieurs jours après cette annonce, le club se fend d'un communiqué affirmant qu'un certain James Higgins, habitant dans le Comté de Surrey, est le grand gagnant. Bonnefoy pointe du doigt le manque d'information autour de cet événement. "La communication sur le concours n'avait pas été énorme. Moi même, je n'en avais pas entendu parler jusqu'à très récemment".

Cependant, des supporters bleu-blanc-rouge se rendent également en Hongrie. Là, ils ne parviennent pas à trouver ce Higgins. Après avoir demandé des explications, ils reçoivent comme retour que l'homme est malade et n'a pas pu se rendre à Budapest. Il aura l'occasion d'assister à une rencontre de championnat lors de la saison à venir comme l'explique un nouveau communiqué. Mais, dans le même temps, le club affirme que toute personne ayant acheté un ticket pour le jeu-concours pourra être remboursé. Les fans, étonnés par ce geste, mènent l'enquête, désirant trouver ce mystérieux James Higgins. Mais là encore, ils font chou blanc et le communiqué précisant la maladie d'Higgins est supprimé du site officiel.

Informée, la direction du club réagit à travers Ashley Carson, son secrétaire. Il s'excuse auprès des amoureux du CFC et explique que ce jeu a été annulé, faute de participants. Le nom de Kevin Fitzgerald, responsable commercial et marketing de Chesterfield, est cité comme principal impliqué dans cette affaire. "Kevin Fitzgerald a été un employé travailleur, respecté et aimé qui a, pour une raison quelconque, fait une grave erreur de jugement et qui a payé, par la suite, pour ses actions" écrit Carson, annonçant le départ du fautif. Le secrétaire qualifie cette histoire d' "honteuse" et regrette la mauvaise publicité faite autour du club. Les participants ont tous été remboursés.

Possibles conséquences

Gary Liddle (à gauche), capitaine de Chesterfield avec son gardien Ryan Fulton (en rose) et le capitaine de Sheffield Wednesday Tom Lees (à droite), le 16 juillet 2016. Crédit photo : Chesterfield FC.

Gary Liddle (à gauche), capitaine de Chesterfield, avec son gardien Ryan Fulton (en rose) et le capitaine de Sheffield Wednesday Tom Lees (à droite), le 16 juillet 2016. Crédit photo : Chesterfield FC.

Cet incident fait beaucoup de bruit dans la presse anglaise. "Ça à été énormément relayé. Peut-être trop par rapport à la somme d'argent qui était en jeu mais durant l'été, vu que l'activité sportive est réduite, il faut faire dans le sensationnel". Chesterfield se retrouve moqué sur les réseaux sociaux pour sa gestion de l'Affaire Higgins et cela risque d'avoir des retombées au niveau des supporters. De plus, les relations avec la direction n'étaient pas forcément au beau-fixe avant même ce triste épisode.

Sans compter que le club doit s'attendre à une fuite de potentiels sponsors. "La surmédiatisation de l'affaire risque de refroidir certaines marques, soucieuses de ne pas voir leur nom associé à un club qui ne sait pas gérer son service commercial. Pour des équipes comme Chesterfield, la plupart des revenus proviennent du sponsoring" regrette Martin Bonnefoy.

L'équipe de Danny Wilson a commencé sa campagne d'amicaux par une défaite 2-0 contre Sheffield Wednesday (Championship), une victoire 3-1 sur la pelouse de Matlock Town (D7) et un regrettable scandale avec la mauvaise stratégie de Kevin Fitzgerald. La saison à venir s'annonce particulièrement tendue du côté du Proact Stadium avec une situation explosive en coulisse et une équipe en plein doute sur la pelouse.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :