Sign in / Join

Balade irlandaise S16-E8 : Visite dans les quartiers nord de Dublin

Il existe des promenades romantiques, des parcours historiques, des visites chargées de culture, l’être humain est en général curieux de tout. Aujourd’hui je vous propose, via le ballon rond, une balade dans les quartiers nord de la Liffey, rivière qui coupe Dublin en deux parties bien distinctes, d'où le football peut surgir à chaque coin de rue.

Trois stades, trois clubs, trois niveaux, une seule histoire : celle d’un passionné qui a passé une matinée à marcher, let’s go !


Home Farm FC

Dublin

Le jardinier est sûrement trop débordé...

wp_20161021_10_57_28_pro

 

"il pleut tout le temps en Irlande gnagnagna"

"il pleut tout le temps en Irlande gnagnagna"

L’histoire commence ici, dans le quartier de Whitehall, à l’angle de Griffith avenue et Swords road, à la sortie d’une allée piétonne recouverte par les feuilles de platane orangées par l’automne. Qualifié par beaucoup de « Clairefontaine » irlandais, ce club de quartier faisait partie de l’élite irlandaise, avant que l’(petit peu d’) argent ne passe par l’île d’émeraude.

A sa place en Leinster Senior League (3ème niveau national ou 1er régional c’est comme tu préfères, ndhc) depuis 1999, sa vocation est de recevoir un maximum d’enfants, et de les former au mieux, au niveau du football comme de la personne, puis de les laisser partir s’affirmer dans les meilleurs club de Dublin comme les Bohemians, St Patrick’s Athletic ou encore les Shamrock Rovers : «  discipline, ponctualité, générosité, solidarité » sont les mots les plus prononcés dans la petite enceinte du club de Drumcondra selon Terry, le brave jardinier du club d’un quartier très populaire du nord de la capitale irlandaise.

Parmi les joueurs passés par là on retrouve beaucoup d’internationaux tels que Ian Harte, Gary Kelly, Stephen Ward, Stephen Mc Phail ou encore Liam « Billy » Whelan, tragiquement décédé lors du crash de l’avion de l’équipe de Manchester United en 1958, mais aussi Stephen Kenny, manager ultra médiatisé (en Irlande bien entendu, tout est relatif, ndhc) suite à ses exploits répétés avec Dundalk FC. Rappelé à l’ordre par ses collègues, il m’autorisa à prendre quelques photos avant de prendre congé de ma personne. Assez trainé, il est temps de continuer ma route.


Tolka Park

wp_20161021_11_25_56_pro

"il pleut tout le temps en Irlande gnagnagna"

Sorti de Home Farm, il suffit de marcher dix minutes sur Drumcondra Road puis de prendre à gauche sur Richmond Road pour arriver directement à Tolka Park, stade vétuste situé au milieu du quartier cosy de Drumcomdra. Le locataire de ce stade est le Shelbourne FC, club de First Division (équivalent Ligue 2 française) à l’histoire plus longue que le nombre d’épisodes des « Feux de l’amour », Champions d’Irlande 13 fois, la dernière en 2006.

On retrouve ici un tout petit terrain, avec la main courante située à même pas un mètre des lignes, trois tribunes couvertes avec des toits très bas, un stade typiquement irlandais, 9000 places, et un jardinier pas très occupé (ou content de me voir, ndhc), puisqu’on a bien discuté pendant une vingtaine de minutes. Abonné de père en fils, Niall bosse au stade, et assiste à tous les matchs à domicile, il me racontait comment en 2005 il a pris un ballon en plein nez lors d’un tir pas cadré du « jeune » Wesley Hoolahan, qui fait aujourd’hui les beaux jours de Norwich City et de l’équipe nationale d’Irlande.

Midi pile, pressé de partir (décidemment), il me laissa faire quelques photos avant que chacun parte dans une direction opposée.

C'est "presque" ici, qu'il l'a prise dans le pif

C'est "presque" ici, qu'il l'a prise dans le pif


Dalymount Park

Le temps de récupérer Drumcomdra Road, de longer le Royal Canal via ses berges au charme fou (je conseille à tous les couples, ndhc), et me voilà dans le quartier de Phibsborough, à chercher une entrée à Dalymount Park, antre des joueurs du Bohemians FC, club pensionnaire de Premier League. Autant vous dire qu’en arrivant de ce côté-ci, on aperçoit les lumières, on voit les grandes tribunes, de belles fresques et de magnifiques graffitis, mais l’entrée, elle, est introuvable.

graf1

graf2

Après avoir un peu cherché, genre Scherlock Holmes avec un bonnet et une veste ASBH (AS Béziers Hérault, ndhc), puis trouvé une porte dérobée, je décide de rentrer, et d’aller directement dans l’algéco qui sert de secrétariat, ou je rencontre l’homme le plus adorable de Dublin, Jimmy, 65 ans, intendant depuis toujours, qui se propose gentiment pour une visite guidée, autant vous dire, j’ai une chance inouïe.

Club fondé en 1890, les Bohemians jouent à Dalymount depuis 1901, année de la fin de la construction du stade, et quand on voit la tribune latérale, on se demande même si elle n’existe pas depuis 1901 av-Jésus Christ. L’impression qu’il est deux fois plus grand que Tolka Park ? Oui. Et ? Il l’est ? Non, clairement pas, seulement 8000 places, alors parfois je me demande comment sont comptées les places, ce à quoi Jimmy répond franchement, avec son plus beau sourire : « ils ont dû compter que les places assises, on a reçu jusqu’à 40000 supporters dans les années 50-60 ». En était-il ? il ne m’a pas répondu, mais j’ai tendance à le croire, autant que je ne le crois pas quand il me dit qu’il a 65 ans, je suis certain qu’il en a dix de plus.

wp_20161021_12_48_14_pro

les plus vieilles tribunes d'Irlande

les plus vieilles tribunes d'Irlande

Si je veux voir « the Dressing-rooms ? Of course I want to » et c’est parti pour une visite des vestiaires, de la salle de réception après-match, de la salle des trophées et pour finir de la boutique, petite bicoque noire à l’extérieur, de laquelle je partis comblé : maillot, écharpe, stylos et pin’s. Les bras chargés de cadeaux, je remerciais Jimmy, lui promit de revenir et de faire la promotion de son club lors de toutes mes futures discussions à propos de football irlandais. De tous les stades que j’ai visité dans ma courte vie, c’est de Dalymount que je ramène mes plus beaux souvenirs. La prochaine étape sera d’y venir un jour de match.

Tu veux un max de place prend le numéro 12

Tu veux un max de place prend le numéro 12

un vrai vestiaire de gitans

un vrai vestiaire de gitans

Sous les tribunes, un pub

Sous les tribunes, un pub

Si vous séjournez quelques jours sur Dublin, n’hésitez pas à prendre une matinée pour faire ces visites, les irlandais sont adorables, abordez-les, posez-leur des questions, ils seront ravis de vous répondre. J’ai passé une matinée magnifique, à boire leurs réponses et écouter leurs récits, comme un enfant. Si vous avez des questions, ou désirez plus d'infos, je suis sur Twitter, à @ericmanzanares

THE MAP

THE MAP

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :