Sign in / Join

Hugo Delhommelle: "les mentalités autour du soccer changent ici".

Alors que la MLS a livré son verdict, TLMSF vous propose de plonger dans le système universitaire américain à travers un entretien. Le nom d'Hugo Delhommelle ne dit certainement rien à un grand nombre d'entre vous mais ce  jeune français évolue au sein d'une fameuse franchise NCAA. Grâce à lui découvrez aujourd'hui la formation à l'américaine : entre salles de sports démesurées, réglementation complexe et un campus qui chouchoute son attaquant français. Direction la Caroline du Sud !

C'est au centre de formation du Stade Rennais que Hugo Delhommelle découvre le football de haut niveau. Pendant 8 ans il y gravit les échelons jusqu'à atteindre l'antichambre du groupe pro : "A rennes j’étais vraiment dans mon confort, je n’étais pas dans un esprit de combattant, c’est mon seul regret, de ne pas avoir cru en moi ". L'aventure se termine à 18 ans. Mais grâce à ses bonnes relations avec le directeur de la Piverdière, il prend contact avec Jérôme Meary*. La route pour les USA est longue puisqu'Hugo signe alors à Cannes afin de se donner une nouvelle, et peut-être dernière chance au sein du football français.

C'est à la fin de l'été 2015, après plusieurs conversations avec les coaches de la ligue, que Hugo Delhommelle choisi de rejoindre Lander University en Caroline du Sud : "J'ai choisi Lander car le coach était anglais, le fait qu’il soit européen, tactiquement ça a été très important. Le style de jeu a été déterminant". Hugo évoluera  d'abord en NCAA II, la seconde division, cependant on parle ici de soccer universitaire : " ce qui différencie la première de la deuxième division, ce n’est pas le niveau mais la taille de l’université". Il poursuit "les coaches américains évoluent, le soccer se développe complétement, surtout dans la façon de jouer. Grâce notamment au partenariat mis en place par Jerome Meary entre la MLS et la FFF".

 

 

La NCAA comme tremplin vers le professionnalisme.

La National Collegiate Athletic Association, bien connu des amateurs de NBA ou de NFL, est le plus haut niveau sportif universitaire américain. Les jeunes athlètes peuvent y parfaire leur formation, à l'image d'un centre de formation en France. Sauf qu'ici on reste totalement immergé dans le cadre scolaire, ce qui fut un aspect primordial pour Hugo : "avoir la possibilité d’avoir un cadre éducatif et sportif, en France c’est soit tu forces le foot soit tu forces l’aspect scolaire. Ici tu peux allier les deux".

Outre l'adaptation à un nouveau pays, Hugo a dû également se plonger dans les méandres de la réglementation du soccer aux USA : "la NCAA est un championnat régulier, il est composé de plusieurs conférences. Tu as un championnat régional qui prend en compte tes résultats contre les autres équipes de ta conférence, mais également un championnat hors conférence. C'est à l'image de ce qui se fait en NFL par exemple". Cette année la phase régulière s'est plutôt bien passée pour Lander : " on est champion de la conférence avec 0 défaite pour 9 victoires, alors qu’hors conférence le bilan est un peu plus mitigé avec 14 victoires et 3 défaites." C'est grâce notamment au classement hors conférence que Lander a pu se hisser en Play-Off. Malheureusement l'aventure tourna court : " premier tour des play-offs face une équipe que l’on bat toute l’année, et on perd aux prolongations sur un but en or ! ". D'ailleurs Hugo à lui aussi fait son Laurent Blanc pour ses débuts à Lander "Lors de mon arrivée je marque un but en or, moi qui ne savait pas que cette règle était en place ici, je repars me replacer alors que tous mes coéquipiers me sautent dessus, c’était génial, j’étais un peu perdu".

La PDL, entre championnat et étape de sélection.

Le championnat universitaire ne se déroulant que sur 3 ou 4 mois, les joueurs peuvent évoluer avec d'autres clubs le reste de l'année. Ce fut le cas pour Hugo qui évolua par la suite en Premier Development League, soit le 4ème échelon américain : "la PDL n’est pas un championnat obligatoire, c’est une sorte de sélection. Les entraineurs de PDL [certains sont mêmes coaches en NCAA], scrutent la saison de NCAA pour faire leur sélection. C’est un peu comme le mode FUT dans FIFA ! En PDL tu as des règles pour promouvoir les jeunes, comme par exemple le fait que chaque équipe doit avoir seulement 8 joueurs de plus de 23 ans et 3 joueurs de 18 ans et moins".

Cette saison, Hugo Delhomelle s'est envolé direction la Pennsylvanie et Reading United, pour jouer sa première saison en PDL : "après avoir été observé durant mes matchs en NCAA, Reading m'a proposé de les rejoindre pour la saison. J'ai accepté notamment parce que l'équipe est affiliée avec la franchise MLS des Philadelphia Union. Outre la saison, ce fut une superbe opportunité. Je me suis entrainé avec les pros et j'ai pu côtoyer Jim Curtin, le coach de l'équipe première, mais également de superbes joueurs comme l'international suisse Tranquillo Barnetta ou encore le français Sébastien Le Toux avant son départ pour le Colorado". Cette saison en PDL était surtout l'occasion pour Hugo de "se faire connaître en vue de la draft. Je fais partie des 10 meilleurs attaquants de la ligue, cela donne une meilleure exposition auprès des franchises professionnelles. Cela permet de prendre des contacts, de créer un relationnel".

 

Lander University, entre sport et études.

Hugo Delhomelle est donc arrivé sur la pointe des pieds en Caroline du Sud : "Lander c’est une petite université, c'est super sympa. En plus j’ai l’avantage d’être français, cela éveille la curiosité des autres ". Il se trouve même traité un peu différemment des autres élèves : " Je suis plutôt bon sur le terrain, j’ai un physique qu’on remarque. Je me sens un peu comme le chouchou de Lander, j’ai été adopté par tout le monde. Le coach se sert de ma notoriété pour essayer d’attirer le plus de monde au stade".

Question infrastructures sportives, nous sommes bel et bien aux USA : "la salle de sport de l’université est juste immense, celle réservée aux athlètes est plus grande que celle de la Piverdière [centre d'entrainement du Stade Rennais]. Nous avons deux terrains à dispositions, c’est vraiment de très grande qualité ". Ce qui permet aussi à Hugo de se concentrer sur le Business Degree qu'il est en train de préparer.

 

Objectif Draft... Mais pas tout de suite.

Concernant son avenir, Hugo se laisse le temps de franchir les étapes une par une : " depuis mon dernier match avec Lander, j'ai eu l'opportunité de visiter des universités de 1ère division comme Wake Forest, Syracuse ou encore Clemson. C'est la folie là-bas ! Tout le monde est en orange le jour du match". Cependant l'attaquant français garde la tête sur les épaules au moment du choix "Je privilégie la relation avec le coach, mais également la bourse qui est un facteur important à prendre en compte. Je regarde la région et le climat mais également les français sur place". Ainsi, au moment d'évoquer la Draft, Hugo préfère être patient : "il me reste deux ans avant de pouvoir postuler à la Draft. L’objectif est de postuler en MLS, le fait de m’être entrainé avec une équipe MLS m’a donné un gros coup de boost".

La MLS, la première ligue du pays, attire Hugo malgré ses règlements contraignant, la précarité de ses contrats ainsi que son salary cap. Une situation qui ne décourage pas le jeune français : " je me dis que j'aurais un bon diplôme donc même si ça ne fonctionne pas sur le plan sportif, j'aurais tout de même étudié 4 années aux USA. Je n'exclue pas d'y rester malgré tout".

Et maintenant..?

Peu après notre entrevu Hugo m'a annoncé qu'il quittait Lander. Malgré l'intérêt de Wake Forest ou de Clemson, Hugo à choisi de poursuivre son cursus à la prestigieuse université de Syracuse dans l'état de New-York. L'ancienne université d'Ernie Davis ou de Carmelo Anthony a séduit le français avec son programme de soccer dirigé par une valeur sûre de la NCAA, le head coach Ian McIntyre. Avec ce changement, Hugo passe assurément dans une autre dimension !

Les réjouissances ne sont pas terminées pour notre français, puisqu'il a appris récemment sa sélection dans l'équipe All-American qui ira faire une tournée au Brésil en juin prochain. Il s'agira d'un projet sportif et social où l'équipe affrontera des clubs locaux et visitera les infrastructures brésiliennes.


* Jérôme Meary en quelques mots:

  • Officiel de la MLS en charge du recrutement des joueurs Europeens et du developement avec l'International.
  • Co-fondateur de l'agence FFFusa en partenariat avec la FFF
  • Consultant de la Fédération Française de Football en charge du projet de partenariat avec la MLS et de la refonte des Centres de Formation Américains grâce à la DTN Française.
  • Commentateur des matchs de MLS diffusés sur Eurosport.

Source: Elite Athlètes Agency

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :