Sign in / Join

On était à Hull City - Liverpool FC (et on aurait pu se faire virer)

Pas d’Away cette fois-ci car nul besoin de cela pour se procurer une place. Le club de Hull City affiche un taux de remplissage moyen de 79%, ce qui, à l'échelle de la Premier League et pour un stade de 25 400 places, est “catastrophique”. Personne ne fait pire. West Bromwich en est son premier concurrent avec un taux de 87% pour une taille à peine supérieure. Un club de WBA qui peut profiter de la taille de Birmingham mais doit faire avec le populaire Aston Villa.

Après Wigan la veille, on continue avec le KC Stadium (toujours un nom bien pourri) qui se partage entre foot et rugby. Le club de Hull AFC pour le foot, et celui du Hull FC pour le rugby. Du coup, on peut repartir sur les mêmes critiques avec un stade sans aucun charme, puisque peu personnalisé. De l'intérieur en revanche il est tout à fait décent. Sa taille permet de profiter d’une excellente vue. Ce qui fait d’Hull une bonne destination pour voir des grands joueurs évoluer à quelques mètres de nos yeux.

Aujourd’hui, de grands joueurs, nous n’en verrons aucun. Pour la énième fois, je peux vous redire que Liverpool fut catastrophique. Personne n'est meilleur qu’un autre. Les supporters de Hull autour de nous peuvent bien se foutre de notre gueule. Chaque joueur de Liverpool porte ainsi son nouveau prénom “Fucking”. Les joueurs de Liverpool leur font poser de nombreuses interrogations pendant le match :

  • “HOW MUCH IT COST ? MILLIONS. FUCKING TERRIBLE.”
  • "I know our players are shit but they are worst !”

Du fait du taux de remplissage faible (j’ai très facilement eu mes places aux premiers rangs en General Sale), je pensais être plus que nulle part ailleurs sur une Terre assez accueillante pour les supporters adverses. Je me suis complètement trompé. Tout le stade restait exclusivement fan de Hull. Sauf quelques-uns…

Devant nous, à proximité du parcage Away, un quarantenaire et discret fan du LFC. Rien d’alarmant. Probablement a t’il mal réagi à une action et des fans de Hull l’ont remarqué. Tout de suite, le supporter est visé par une dizaine de fans de Hull qui le dénoncent auprès des stadiers, doigt en sa direction et cris  “GO OUT ! GO OUT ! GO OUT !”. Malaise. J’ai reconnu sur certains matchs (Everton - LFC, City - Celtic) que je m'étais mis en situation compromettante et que les réactions hostiles pouvaient être légitimes. Mais ici, nous étions proche des Away, dans aucune partie de Kop de Hull, et nous n’avons fait que profiter de l'impopularité du club pour avoir des places. Même si au final, le stade était complet, probablement grâce à l’adversaire.

Les fans anglais peuvent vraiment ne rien laisser passer. A mon gout, ce type de délation et de lynchage dépasse un peu les limites. On parle d’un quarantenaire qui n’a pas affiché ses couleurs, et est resté discret. A croire que la réaction aurait pu être identique sur un enfant.

Nous, on avait bien compris notre non droit à l’erreur avec toutes ces insultes et ensuite ce lynchage public. On va alors jouer le jeu en étant de très mauvais acteurs : Quelques applaudissements sans aucune volonté, se lever (au ralenti) sur un but de Hull en tirant fortement la gueule. Prendre quelques photos comme je fais toujours du stade, des supporters... Un jeu d’acteurs suffisant pour que le fan derrière (qui insultait tout le monde du côté de Liverpool) me demande gentiment si je suis un fan de Hull et/ou un touriste, et si je veux qu’il me prenne en photo dans ce stade. Il a semble t’il cru qu’un touriste et fan de foot pouvait venir à Hull pour supporter l'équipe hôte d’un stade de rugby. Ça c’est rigolo.

Le résultat beaucoup moins. Après un bon match contre Chelsea qui devait relancer la machine, une nouvelle prestation effroyable. Pour la première fois depuis septembre, Liverpool sort du Top 4. On connaît cette histoire par coeur et maintenant on ne voit plus vraiment comment Liverpool finira dans ce Top 4 après avoir pourtant fait rêver l'Europe. En unique satisfaction, cette fois-ci Klopp était vraiment furieux et a reconnu que rien n'était pardonnable sur ce match. Son bilan après 52 matchs devient le même que celui de Brendan Rodgers. Que faut-il en penser ? Maintenant, on attend des actes sur le terrain. Par exemple, on se demandait déjà avant le match comment Can (auteur de la première des multiples erreurs sur le premier but) pouvait être titularisé en lieu et place de Wijnaldum. Reste également l'éternelle question du non-recrutement hivernal alors que chaque poste peut aujourd’hui être remis en cause.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :