Sign in / Join

On était à Burnley - Chelsea

J’allais presque oublier de me rendre à Burnley pendant mon séjour UK. Pourtant, quelle belle destination… Burnley est la plus petite ville de l’Histoire de la Premier League avec 73 000 habitants. On a vu bien plus bel exploit en France (Guingamp) mais il faut rappeler qu’ici, le niveau est bien plus compétitif. Et surtout, cette ville n’est qu'à 30 miles des clubs de Manchester. Ce qui rend l’existence de Burnley en PL assez incroyable.

Pour autant, c’est l’un des trois seuls clubs anglais à avoir remporté le championnat pour chacun des 4 premiers niveaux professionnels avec Wolverhampton et Preston North End, Ce dernier, à 30 miles de Burnley, est son plus grand rival avec Blackburn. Le jour d’un match, vous comprendrez que toute la ville vit pour le foot et qu’on est vite imprégné de cela dans les deux ou trois rues commerçantes de Burnley…

Avec un stade de “seulement” 21 000 sièges mais pour 73 000 habitants, il y’a de la place pour tous. Ainsi, l'atmosphère est bien différente ici. On croise beaucoup plus de parents emmenant leurs enfants aux matchs, ou ce qui peut aussi ressembler à des clubs de jeunes invités au match (une vingtaine de 8-10 ans derrière nous au stade). Même dès l'âge de 3-4 ans, on en trouve avec le bonnet, l'écharpe, le maillot voir la peluche du club. D'ailleurs, rien n'était chère en boutique: 20£ le maillot Adulte. Quelques mamies vont également au match. Bref, tout le monde est concerné par le match. On ne peut pas voir cela ailleurs car les billets sont souvent trop difficiles à acquérir pour y emmener les plus jeunes. On n’est pas dans l’endroit le plus chaud d’Angleterre mais cette ambiance adorable rattrape sans nul doute le coup.

Le stade de Turf Moor ne se trouve qu'à 5 minutes à pied du “centre-ville”. Aucun système de bus n’est donc utile ici. Avec ce stade construit en 1883 pour le cricket, je vais enfin redécouvrir un stade de PL au charme unique. Là où Boro, Southampton, Sunderland et Hull pouvaient avoir une forte tendance à se ressembler. En plus de cela, il neige aujourd’hui sur Burnley.

On comprend de mieux en mieux pourquoi il est si dur de gagner ici. Sur les 29 points du Burnley FC après 24 journées, 28 ont été obtenus à la maison. Une statistique assez irréelle. Mais qui s’explique en partie. Pas par les dimensions du terrain en tout cas, puisqu’elles sont même plus grandes qu'à Stamford Bridge, avec un et deux mètres supplémentaires.

Mais par exemple, parmi ce qui a retenu mon attention : Nous étions situé à moins de 10 mètres de l'entrée des joueurs. Et quelques rangs derrière nous, se trouvait la tribune “Présidentielle” avec la famille des joueurs. On voyait ainsi quelques joueurs faire coucou à leurs enfants, collés contre la vitre. On doit facilement être habité par une volonté de se surpasser en se sentant aussi proche de sa famille ici. Cette ambiance détendue était également visible avec la mascotte qui s’amusait à faire chier certains des jeunes bénévoles.

Je n’ai pas encore parlé du match mais vous savez déjà que j’ai adoré cet endroit. Même si Chelsea va ouvrir le score, ce match ne sera pas l’exception et on va nous aussi voir une belle équipe de Burnley à Turf Moor. Une équipe qui joue au football et qui défend très bien. Sans paniquer, ils vont réussir à égaliser sur un coup-franc magistral de la recrue hivernale Robbie Brady. Celui qui par la même occasion est devenu le joueur le plus cher de l'Histoire de Burnley (13M£ en provenance de Norwich) a bien fêté sa première titularisation dans sa nouvelle équipe. Et Burnley aurait même pu, sur une frappe à bout portant, prendre l’avantage. Plus on s’approchera de la fin du match, plus Burnley balancera de longs ballons mais ils auront globalement respecté le foot.

En terme d’ambiance dans les tribunes, on se sera surtout contenté de quelques “COMMON BURNLEY” et d’une tribune latérale dans laquelle nous étions qui restait debout, comme la tribune a notre droite qui se partageait avec des fans Away peu bruyants. A noter sinon les très bons choix musicaux du club, avec Arcade Fire - Wake Up en entrée des joueurs.

Au final, Burnley est une destination foot que je ne peux que recommander. Elle permet de combiner à la fois la qualité d’un match du top-level tout en restant dans un cadre qui ne semble pas encore avoir été impacté et dénaturé par l’argent de la Premier League. Même si, ne soyons pas naïfs, leur récente promotion en PL les ont inéluctablement fait changer de planète, avec un profit annuel record de 30 M de £ annoncée en mars 2016.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :