Sign in / Join

Preview J League 2017 : Tout sur la première saison d'une nouvelle ère

La J League est de retour samedi matin aux aurores pour ce qui sera la 25ème saison de son histoire. Ça sera aussi la première de l'ère DAZN. Le nouveau diffuseur du championnat dont le contrat de 10 ans commence cette année.

Un nouveau contrat TV qui sera surtout lucratif, une nouveauté au Japon. Cela devrait permettre de grandement stimuler la ligue ainsi que d'augmenter son attractivité.

Pourtant, c'est une certitude que la J League ne deviendra jamais une folle dépensière comme sa voisine chinoise et conservera tout son charme actuel. Ainsi armée financièrement elle pourra certainement mieux résister aux sirènes européennes ou à celles du Moyen Orient. Elle deviendra aussi plus à même de renouveler une partie de ses infrastructures vieillissantes. Tout cela en commençant à se montrer plus ambitieuse dans le recrutement extérieur comme le montre déjà le retour du sévillan Kiyotake ou l’intérêt persistant porté à Podolski. Des transferts qui n'auraient pas pu être imaginés il y a quelques saisons.

Alors qui pour aller récupérer le jackpot promis au champion ? Les Antlers, tenants du titre, se posent comme un véritable favori. Mais s'il y a bien un championnat où cela ne présage de rien c'est bien la J League ! Nombreux sont les prétendants au trône voulant faire chuter Kashima, et tous se sont renforcés cet hiver. Il est l'heure de faire le tour des protagonistes ! La bataille s'annonce très excitante.

j league

Crédits : Kaoru Watanabe / Gekisaka


LES FAVORIS :

Kashima Antlers

 

Le champion en titre, deuxième meilleure équipe du monde derrière le Real Madrid, n'a pas lambiné lors de cette intersaison. Le seul départ gênant à noter reste celui de Gaku Shibasaki qui a rejoint l'Europe et Tenerife. A part lui seul Hwang Seok-oh (Tianjin Teda) et Patricio (retour de prêt au pays) ont quitté le navire, deux joueurs qui avaient de toute manière terminé la saison en tant que remplaçants.

L'ossature de l'équipe sera largement similaire à celle qui a réalisé le doublé en 2016. Une année prolifique qui a permis au club de décrocher le huitième titre de son histoire ainsi que sa cinquième coupe. Pedro Junior (arrivé de Vissel Kobe) devrait compenser a priori le départ de Shibasaki, et renvoyer Shoma Doi sur l'aile. De plus la profondeur de l'effectif a été particulièrement améliorée. Avec les arrivées de joueurs confirmés comme Léo Silva (Niigata) que l'on va enfin voir dans un meilleur effectif ou Kwoun Sun-tae (qui vient de gagner l'ACL 2016 avec Jeonbuk). Ces deux-là partent comme des titulaires mais rien ne leur sera pardonné tant la concurrence sera forte avec ceux de l'an passé ! Masatada Ishii appréciera d'avoir ces choix de riche à faire.

Des éléments plus jeunes sont également arrivés comme Leandro (Palmeiras), Yuto Misao (Shonan) ou encore Takeshi Kanamori (Fukuoka). Enfin, il faudra suivre de très près la saison de Yuma Suzuki qui, a seulement 20 ans, a tout pour exploser et devenir un grand attaquant.

Le champion 2016 est paré pour défendre son titre avec un effectif aussi bien fourni en qualité qu'en quantité. Le super-favori de la saison sans aucun doute. Un titre est déjà en poche avec la Supercoupe remportée face à Urawa. De quoi aussi se découvrir de grandes ambitions en AFC Champion's League ? La campagne a bien démarré avec un 2-0 face à Ulsan. Le groupe est relativement simple et la compétition plutôt ouverte. Après la conquête réussie du Japon en 2016, aux Antlers de montrer qu'ils ont les capacités de réussir celle de l'Asie en 2017.


Urawa Reds

Si en 2016 le championnat s'était déroulé dans un format traditionnel alors les Reds auraient enfin mis fin à 10 ans d'abstinence en remportant le titre de champion à l'issue des 34 journées. Manque de chance il fallait aussi disputer les play-offs. Kashima ayant fait le boulot lors du Championship, Urawa repart donc pour une onzième année à la poursuite du titre perdu ! Comme l'hiver dernier c'est le choix de la continuité qui a été fait par Mihailo Petrovic dans le mercato des Reds Diamonds.

Avec Rafael Silva (Niigata) et Ado Onaiwu (JEF Utd Chiba) en plus, l'effectif offensif possède une plus grande profondeur que l'an passé. En nombre du moins, car on a du mal à imaginer que ces deux là aient un apport beaucoup plus important qu'un Ljubijankic... Même remarque dans l'entrejeu avec Daisuke Kikuchi (Shonan) et les retours de prêts de Shinya Yajima et Kazuki Nagasawa qui étaient en J2. Des joueurs assez polyvalents qui sont un plus pour Petrovic, mais pas des titulaires en puissance.

Ce manque de grosses arrivées est encore plus vrai pour le secteur défensif (juste Yu Tamura qui remplace Ilic dans la rotation), et c'est dommageable car c'est le talon d’Achille de cette équipe. On l'a notamment vu lors de la dernière finale du championnat ou lors de la Supercoupe. Tomoaki Makino et Ryota Moriwaki ne sont pas toujours fiables, surtout dans les grands rendez-vous, et Wataru Endo est encore jeune.

Urawa va donc continuer en 2017 à jouer sur ses forces : sa maîtrise technique et sa capacité à marquer souvent. Souvent pour le meilleur et, à la fin, pour le pire.


LES OUTSIDERS :

Kawasaki Frontale

Après avoir régalé durant toute la saison 2016 mais sans gagner quoi que ce soit, un nouveau cycle démarre cette saison du côté du Todoroki Stadium. Un nouveau coach a débarqué sur le banc en la personne de Toru Oniki. Il remplace Yahiro Kazama parti après cinq belles années  pour relever le challenge de la reconstruction de Nagoya en J2. Jusqu'alors adjoint, l'ancien joueur de Kawasaki et Kashima va connaitre à 42 ans sa première expérience en tant que numéro un.

L'autre grand changement dans le Frontale 2017, c'est qu'il faudra faire sans Yoshito Okubo. Le meilleur buteur de l'histoire du championnat s'en est aussi allé, au FC Tokyo. Après quatre saisons pour un total de 130 matchs et 82 buts sous les couleurs ciel & noir. Deux hommes majeurs qui s'en vont ce n'est pas rien. Cependant le club a ce qu'il faut pour continuer sur la bonne voie.

Preuve en est un recrutement judicieux sur le papier, la recrue phare étant Akihiro Ienaga. Lui qui sort d'une excellente saison à Omiya aura la lourde tâche de faire oublier Okubo. Les brésiliens Eduardo (Kashiwa) et Eduardo Neto (Avai FC) ont été recrutés définitivement (le premier étant d'ores et déjà out jusqu'en Avril). L'expérimenté Hiroyuki Abe arrive du Gamba tout comme Rhayner (prêté par Tombense) et le défenseur "néo-z" Michael James Fitzgerald (Niigata). A côté de ça tout le monde est resté, à commencer évidemment par Kengo Nakamura, le capitaine emblématique et meilleur joueur de J League 2016.

L'incertitude demeure sur la tactique qu'Oniki adoptera. Il a mis un 4-2-3-1 face à Suwon en ACL (pour un 1-1), pas très convaincant et nécessitant des ajustements (Ienaga plus haut ? Nakamura de retour dans l'axe surement ? La révélation Miyoshi de retour dans le XI ?). Une période d'adaptation qui peut coûter des points. En dehors des interrogations, on devrait toujours voir l'équipe ultra joueuse que l'on connait, et on ne peut que s'en féliciter !


Gamba Osaka

Déçus par la version 2016 du Gamba on attendait des remaniements durant l'inter-saison. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'on n'a pas été déçu ! Le chantier défensif a eu lieu avec les recrutements de Fabio (Yokohama F.Marinos) et Genta Miura (Shimizu). Devant c'est Jin Izumisawa (Omiya), Haruya Ide (JEF Utd Chiba) et Shogo Nakahara (Sapporo) qui arrivent pour combler les départs d'Abe et Omori et donner un peu plus de piquant aux ailes du Gamba.

On peut attendre évidemment des merveilles du duo Yosuke Ideguchi - Yasuhito Endo à la baguette, mélange parfait de fougue et d'expérience, avec Shu Kurata un cran plus haut. Ces trois là seront essentiels à la bonne marche du Gamba cette saison. La charnière centrale est toute nouvelle avec Fabio et Miura mais a montré de belles choses en ACL.

Il est également intéressant de noter les variantes tactiques possibles. Lors du barrage d'ACL remporté 3-0 face à Johor, le Gamba évoluait surtout dans un 4-4-2 losange se faisant au détriment des purs joueurs de côté. Mais ces derniers peuvent ensuite entrer en jeu et apporter plus de percussion, à Kenta Hasegawa d'user intelligemment de cela. L'esprit de revanche après une saison blanche peut finir de faire des "aokuro" un candidat plausible à un titre.

Chaque année des jeunes se révèlent au sein de cette équipe. Cette saison il y a de fortes chances pour que ce soit Ritsu Doan. Le meilleur joueur de la Coupe d'Asie U19 remportée par le Japon l'automne dernier, devrait avoir sa chance cette saison. Il y a également Ryo Hatsuse et Mizuki Ichimaru qui aspirent à l'équipe première, ces deux là étaient aussi de la partie avec les U19 qui iront en Juin à la Coupe du Monde de la catégorie.


FC Tokyo

Les Gasmen ont été hyperactifs cet hiver sur le marché des transferts, et ça pourrait bien leur avoir réussi ! Yoshiyuki Shinoda avait du pain sur la planche pour amincir un effectif pléthorique. Non seulement celui-ci a retrouvé la ligne mais il s'est musclé.

Yoshito Okubo a débarqué de Kawasaki (voir plus haut) pour rebooster l'attaque du FCT. Il devrait faire la paire avec une autre recrue : Kensuke Nagai (Nagoya). Défensivement c'est le come-back de Kosuke Ota, ex-international japonais, qui a a attiré les projecteurs après une année mitigée au Vitesse Arnhem en Eredivisie. Enfin c'est Akihiro Hayashi (Sagan Tosu) qui prendra place dans les cages en lieu et place d'Akimoto reparti à Shonan.

Le dernier renfort intéressant étant l’expérimenté Yojiro Takahagi revenant de belles expériences en Australie et en Corée. Par ailleurs, un peu comme pour le Gamba, ce FC Tokyo a sur le papier plusieurs tactiques disponibles ainsi qu'un certain nombre de joueurs polyvalents.

Un bon renfort à chaque ligne et un effectif à taille humaine après avoir plutôt bien fini la saison 2016. Les cadres sont toujours là avec Masato Morishige en première ligne. Ce FC Tokyo a de l'allure et peut légitimement viser un top 5 et plus si affinités. C'est aussi la première saison où le petit génie Shoya Nakajima est considéré comme un titulaire, et joueur incontournable pour l'avenir du club. Au vu de sa fin de saison, et de son talent démontré lors de celle-ci et avec la sélection Espoirs, cette saison 2017 pourrait bien être la sienne.


LES UNDERDOGS :

Vissel Kobe

On aura beaucoup parlé du Vissel Kobe lors de l'intersaison, pour un nom : Lukas Podolski. Le champion du monde allemand a longtemps été la cible prioritaire du club qui a proposé jusqu'à 8 M€ de salaire au joueur de Galatasaray. Où était la vérité et l'intox au milieu de tout ça ? On ne sait pas vraiment mais le transfert ne s'est finalement pas fait. On en reparlera sans doute cet été. Dommage, mais même sans lui le Vissel Kobe garde une équipe très compétitive qui s'est surtout construite lors du dernier exercice. Les Kim Seung-gyu et autres Nilton ont été des recrues de classe qui ont instantanément apporté.

Deuxième meilleure équipe du second stage 2016, le Vissel Kobe a de plus signé quelques ajouts intéressants cet hiver. Hirofumi Watanabe (Sendai) arrive pour faire en théorie la paire avec Takuya Iwanami. Plus haut c'est Kotaro Omori (Gamba Osaka) et le brésilien Wescley (Atletico Mineiro) qui devraient occuper les couloirs et faire le lien entre les deux forces de cette équipe : le duo de milieux et le duo d'attaquants. Meilleur buteur du championnat l'an passé avec Utaka, Leandro devrait être dans de meilleures dispositions pour faire parler la poudre. Junya Tanaka (Kashiwa) et Hideto Takahashi (FC Tokyo) sont également arrivés pour être des back-up de valeur et d'expérience. Enfin en plus d'un onze de départ vraiment fort, le Vissel Kobe dispose de plusieurs jeunes très intéressants qu'on a pu entrevoir en 2016. On pense à Yuya Nakasaka, Yoshiki Matsushita ou encore So Fujitani.

Bien des choses rendent cette équipe franchement intéressante, et Nelsinho Baptista a tout pour se régaler à la tête de celle-ci.


Kashiwa Reysol

De la jeunesse et une bonne dose brésilienne, voilà ce qui résume le Kashiwa Reysol version 2017. La mise en place s'est faite la saison passée une fois Takahiro Shimotaira arrivé aux commandes de l'équipe première. Parfois fébrile, souvent spectaculaire, toujours intéressant à voir évoluer... Verra t-on toujours ce Kashiwa là cette année ? Les jeunes talents de cette équipe vont continuer à progresser, à commencer par la charnière centrale Shinnosuke Nakatani - Yuta Nakayama, le portier Kosuke Nakamura ou encore l'ailier  Junya Ito.

Mercato discret mais plutôt efficace avec les arrivées de Ramon Lopes (Sendai), Yun Suk-young (Brondby) ou Ryuta Koike (Yamaguchi). Si le quatuor offensif est particulièrement sexy, on pouvait toutefois s'attendre à un renfort supplémentaire en milieu de terrain pour couvrir leurs arrières. Trois joueurs confirmés pour deux places et derrière des toutes jeunes pousses. Le manque de profondeur de banc est peut être le danger le plus important pour la saison de Reysol qui pourrait payer cher quelques éventuelles blessures. Le prêt du jeune relayeur Hiroki Akino à Shonan apparaît vraiment comme un petit mystère.

Il faudra alors se tourner vers de nouveaux jeunes joueurs. Mais l'académie de Kashiwa est l'une des meilleures du pays et Shimotaira les connait bien, alors pourquoi pas après tout...


Sanfrecce Hiroshima

Le champion 2015 est passé à côté en 2016. Que ce soit en ACL où ils ont été ridicules ou en championnat. Takuma Asano était parti l'été dernier pour Arsenal (puis Stuttgart), un départ qui n'avait rien arrangé.

Cet hiver aussi il y a eu des départ devant. L'emblème du club, Hisato Sato, s'en est allé à Nagoya après 12 saisons au Sanfrecce. Meilleur buteur ex-aequo du championnat, Peter Utaka aussi ne sera plus là en 2017. Malgré ses buts, le nigérian n'a pas convaincu Hajime Moriyasu de faire un gros effort sur lui pour le signer définitivement.

Du coup c'est Masato Kudo qui occupera la pointe de l'attaque du Sanfrecce ! L'ancien buteur de Kashiwa revient d'une saison mitigée en MLS entre adaptation difficile et blessures malheureuses. Pour l'épauler il aura probablement Kosei Shibasaki ainsi que le gaucher brésilien Felipe (qui arrive du Ceara SC). Sinon l'effectif reste à peu près le même.

Notons aussi que Sho Sasaki qui était de retour après une saison 2016 quasi blanche à cause d'une très grosse blessure à un genou a rechuté lors de la pré-saison. Huit mois d'absence et la défense à trois qui aurait pu être recomplétée va donc repartir comme en 2016. Une sale nouvelle tant Sasaki s'était révélé comme la base de la défense lors de l'année du titre. Un peu comme à Kashiwa il manque peut être un gros milieu à mettre à côté du capitaine Toshihiro Aoyama. Mais même sans cela les flèches sont de nouveau prêtes à sortir du carquois.


Omiya Ardija

Omiya Ardija fut l'excellente surprise de la saison dernière. Promu auréolé d'un sacre en J2, les Écureuils ont terminé la saison à une inattendue 5eme place. Mais maintenant les compteurs sont remis à zéro et on sait bien que l'année de la confirmation est toujours la plus difficile. Cependant, les raisons d’espérer sont bien là.

Le mercato avait démarré sur une note inquiétante après les départs d'Akihiro Ienaga et Jin Izumisawa. Mais le club a bien réagi en allant chercher Genki Omae du côté de Shimizu S-Pulse ! Un renfort de premier choix pour Omiya et une très lourde perte pour ces derniers. De plus l'ailier brésilien Mateus a été acheté après une saison convaincante en prêt. Autre renfort offensif qu'il faudra surveiller de près : Yusuke Segawa. Transfuge de Thespa Kusatsu Gunma (comme Ataru Esaka un an plus tôt) il a tout pour être un des meilleurs "rookies" de la saison.

La ligne offensive reste donc peuplée d'atouts intéressants alors que la défense, raison principale du succès de 2016, reste inchangée. Akimi Barada (Kashiwa) et Aria Jasuru Hasegawa (Shonan) arrivent quand à eux pour la rotation en milieu de terrain. Il y aura forcement un petit temps d'adaptation pour intégrer Omae mais cette équipe a des fondations solides, et donc de l'avenir. Ça sera compliqué de faire aussi bien au classement compte tenu de la montée en puissance des "grosses cylindrées" mais Omiya restera clairement un sacré empêcheur de tourner en rond.


LE VENTRE MOU AU MIEUX ?

Cerezo Osaka

Premier promu que l'on aborde dans cette preview, le Cerezo Osaka est devenu la cible de toutes les attentions. Il est devenu très compliqué de pouvoir deviner leur saison depuis début février et le retour d'Hiroshi Kiyotake en J League en provenance de Séville ! En proie à de grandes difficultés sportives, provoquées par un drame familial, le meilleur joueur japonais depuis la Coupe du Monde 2014 est de retour à la maison.

Promus en 2016 en Play-offs de promotion après deux matchs passés à l'arraché, le statut du Cerezo a donc tout de suite changé avec ce transfert. Devenant bien plus qu'un concurrent au maintien.

On est en effet en droit d'attendre de très belles choses d'un pareil secteur offensif. Kiyotake avec Yoichiro Kakitani et Kota Mizunuma sur les côtés et Kenyu Sugimoto en pointe : c'est très fort sur le papier. Surtout avec le duo Hotaru Yamaguchi - Souza derrière eux pour ratisser. Tout cela devrait compenser les limites de leurs homologues défensifs. Il y a de vraies craintes au sujet des latéraux et la paire de centraux est incertaine entre un joueur très moyen et un autre qui débarque à peine de Corée.

En résumé, les forces offensives énormes du Cerezo devraient lui permettre de passer une saison loin du bas de tableau mais les faiblesses défensives pourraient bien l'empêcher d'aller vraiment haut dès cette année. Ce ne sera alors que partie remise. Le nouveau coach (le coréen Yoon Jong-hwan) ayant déjà prouvé par le passé à Tosu et à Ulsan qu'il savait mettre en place des organisations défensives solides... En tout cas avec tout ça les derbys d'Osaka face au Gamba promettent deux très gros matchs !


Yokohama F.Marinos

Une intersaison en mer agitée du côté des Marinos... Celle-ci s'est toutefois légèrement mieux finie alors que l'on a longtemps cru au naufrage intégral. L'avis de tempête fut déclaré assez tôt avec le départ de nombreux cadres pour raisons internes, dont celui fracassant de Shunsuke Nakamura pour le Jubilo Iwata.

Les bonnes nouvelles sont arrivées tardivement, au détriment de l'autre vedette offensive de l'équipe. Manabu Saito était sur le départ pour l'Europe cet hiver, mais finalement aucun club ne lui a proposé quoi que ce soit de concret. Du coup le feu-follet est rentré à la maison et a signé un nouveau contrat. Une vraie aubaine pour les Marinos, mais pour combien de temps ?

Le départ de Shunsuke devrait faire passer les Marinos dans un système en 4-4-2 en intégrant la recrue portugaise Hugo Vieira (Etoile Rouge de Belgrade) en association avec Cayman Togashi. Un autre a fait le chemin Belgrade - Yokohama avec lui, David Babunski, passé par la Masia du Barça avant de faire un début de carrière confidentiel. Cette signature est réellement un gros pari. Takahiro Ogihara devra lui se relancer après une saison catastrophe à Nagoya, l'ancien international espoir pourra t-il enfin se défaire de son étiquette d'éternel espoir ? Derrière c'est plus classique, l'international australien Milos Degenek (Munich 1860) parait une pioche intéressante même si son poste de formation est plus milieu défensif.

Et puis au milieu de tout ça il y a Erick Mombaerts, largement critiqué depuis la deuxième partie de saison 2016 pour sa gestion de groupe et son jeu très peu chatoyant. Pour la première fois depuis des années il va falloir surveiller de près ce qu'il se passe en dessous. Car il peut suffire de peu de choses pour que la tempête revienne vite et fort du côté de Yokohama...


Jubilo Iwata

Promu l'an passé le Jubilo a vécu une saison en décélérant tout le long, ça aurait pu leur coûter cher sans un petit sursaut dans les dernières journées pour assurer le maintien. Il fallait changer des choses. L'arrivée de Shunsuke Nakamura évoquée plus haut va en ce sens. La star du championnat a signé un contrat de deux ans avec le Jubilo et inonde déjà de travail les vendeurs de la boutique du club !

L'autre gros mouvement de l'hiver est dans l'autre sens avec le départ de Jay Bothroyd (qui n'a toujours pas retrouvé de club). La nouvelle pointe s'appelle désormais Kengo Kawamata qui avait perdu de manière étrange tout crédit dans un Nagoya en perdition. Plus loin dans la hiérarchie il faudra garder un œil attentif sur l'évolution de Koki Ogawa, l'attaquant titulaire de l'équipe nationale U19. Les matchs de coupe devraient lui permettre de montrer ses qualités.

Au final c'est un renfort sur chaque ligne avec les arrivées de Fozil Musaev (Nasaf Qarshi) et Shohei Takahashi (Vissel Kobe). Le dernier nommé aura fort à faire dans sa nouvelle équipe tant la défense est le point faible. Il ne pourra pas faire bien pire qu'Avraam Papadopoulos reparti cet hiver cela dit... Ce n'est pas le brillant gardien polonais Krzysztof Kaminski qui s'en plaindra. Il n'y a pas grand chose à attendre du Jubilo cette saison si ce n'est le retour de Shun' à Yokohama pour l'émotion, ses coups francs et les derbys de Shizuoka face à Shimizu S-Pulse ! 


Sagan Tosu

Comme dirait un brillant consultant du gros ballon orange, Sagan Tosu c'est une équipe "intére-chiante". C'est pas qu'on se régale en observant le seul club de Kyushu de J1, c'est peu de le dire. Mais c'est un club qui n'a pas grand chose, qui fait avec ce qu'il a et qui le fait pas trop mal ! L'équipe menée par Massimo Ficcadenti se débrouille toujours pour obtenir un maintien plus ou moins tranquille. Il n'y a pas grand chose de plus à espérer cette saison encore, mais le principal devrait être atteint. Parce que mine de rien Tosu dispose de quelques bons petits joueurs de ballon avec Daichi Kamada et Yuji Ono qui revient de Belgique.

Autre retour d'Europe : Shuichi Gonda. L'ancien du FC Tokyo va garder le but de Tosu alors qu'Hayashi est parti justement au FCT. Yohei Toyoda est bien sûr toujours là pour planter entre 12 et 15 buts par saison et la défense est solide, menée par le sud-coréen Kim Min-hyeok. Probablement un des défenseurs les plus sous-côtés de la ligue. Il sera associé à l'argentin Sbuttoni qui débarque de Tucuman.

Le point noir de l'intersaison est le départ d'un autre sud-coréen : Kim Min-woo. Le capitaine de la saison passée a du quitter son club et rentrer jouer au pays pour préparer son service militaire (obligatoire pour tous là bas). Prêté par Kawasaki, c'est Riki Harakawa qui devrait combler son départ cette saison. La traditionnelle filière sud-coréenne est elle alimentée cette année par l'arrivée de Cho Dong-geon qui sera le remplaçant de Toyoda. Les supporters de Suwon étaient ravis de son départ donc on va éviter d'en attendre grand chose.


LA LUTTE POUR LA SURVIE :

Vegalta Sendai

Le Vegalta a terminé la saison passée juste en dessous de Tosu à la 12eme place. Pour cette nouvelle saison nous devrions avoir une petite surprise de la part de Susumu Watanabe : un nouveau système tactique. Fini le bon vieux 4-4-2, c'est un 3-4-3 qui se prépare du côté du Tohoku ! Pour cela il fallait du sang neuf devant, surtout après le départ de Ramon Lopes à Kashiwa Reysol. Le brésilien aux 10 buts en J League 2016 a été plutôt bien remplacé avec les arrivées de Crislan (prêté par Braga), Sota Hirayama (FC Tokyo) et Naoki Ishihara (Urawa). Ce Vegalta a donc de quoi faire parler la poudre !

C'est derrière que de grosses incertitudes demeurent. Le départ de Hirofumi Watanabe à Kobe fera mal tant c'était le taulier depuis deux ans. C'est Tatsuya Masushima qui sera chargé de le remplacer. Il a l'expérience mais sort d'une saison quasi blanche à Kashiwa. A côté de lui c'est pas transcendant et c'est plus sur l'intégration de cette nouvelle organisation défensive qu'il faudra compter. Bien plus que par des performances individuelles. Wait and see donc...

Il est aussi à noter qu'il y a changement de gardien de but. Yuji Rokutan est parti à Shimizu après une saison décevante et a laissé la place au géant Daniel Schmidt. Né d'un père américain et d'une mère japonaise, le grand (1m96) portier de 25 ans aura enfin l'occasion de montrer son talent dans son club. Et ce après une très bonne saison en prêt à Matsumoto Yamaga.

Pas mal de chambardements donc au sein d'une équipe qui n'a pas l'habitude d'être avare en efforts sur le terrain. Il leur faudra cette abnégation une fois de plus pour compenser les manques techniques et bien figurer.


Shimizu S-Pulse

Promu en accrochant la deuxième place à la dernière journée, Shimizu est de retour en J League 1 pour cette saison 2017 ! L'aparté fut minimal pour S-Pulse qui a largement fait le taf en J2 en s'appuyant sur une paire d'attaquants en feu.

Le gros problème de cette intersaison est d'ailleurs ici. Genki Omae (18 buts la saison passée) a fait ses valises pour rejoindre d'autres oranges à Omiya, une énorme perte pour l'équipe. Meilleur buteur de J2 avec 26 buts, l''international nord-coréen Chong Tese (dont vous pouvez retrouver l'interview ici même) va donc devoir aller au combat sans son meilleur associé.

La solution interne a été privilégiée pour désigner son nouveau compère d'attaque et on devrait donc voir Ryohei Shirasaki à la place d'Omae mais plus bas, dans un rôle plus d'organisateur (lui qui a repris le numéro 10 d'Omae en passant), un peu comme on pourrait voir à Kawasaki avec Ienaga. Pas facile de dégager une vraie équipe type aujourd'hui. On peut supposer bien des choses tant il y a de joueurs versatiles à la disposition de Shinji Kobayashi. On espère que cette saison sera enfin la bonne pour Gakuto Notsuda. Prêté par Hiroshima il est temps pour lui de montrer ce qu'il vaut vraiment. Le jeune Koya Kitagawa, auteur de 9 buts en 2016, devrait également avoir plus de temps de jeu. Le reste de l'équipe devrait beaucoup ressembler à celle de l'an passé, avec juste Yuji Rokutan dans les buts à la place de Nishibe. Les deux recrues défensives (Freire et Kanu) font office d'inconnus. Tout cela sera t-il suffisant à l'étage du dessus ?


Consadole Sapporo

Bien souvent ces dernières années on était pas trop inquiets sur les capacités des champions de J2 à se maintenir, jusqu'à maintenant. Le titre de champion de J2 obtenu en 2016 au bout du bout du championnat aurait du être validé plus tôt tant le club de l'île nordique d'Hokkaido était alors irrésistible. Mais ça c'était jusqu'à ce que la pression les rattrape. Heureusement la montée a finalement été assurée à la dernière journée à la faveur d'un 0-0 à domicile...

Cette dynamique pas très rassurante et un effectif au final assez limite pour la J1 en font des candidats assez nets à la course à la relégation. Cela sans compter sur le fait que le Consadole a historiquement beaucoup de mal à se maintenir (redescentes express en 2008 et 2012). Pas mal de raisons de penser que la saison qui arrive va être une longue lutte pour Sapporo.

Si l'on veut être plus positif on peut se dire que la défense a toujours été de qualité l'an passé (33 buts encaissés en 42 matchs) et que le grand Ken Tokura sort de la meilleure saison de sa carrière avec 19 buts marqués. Il faudra suivre aussi Julinho qui fut souvent brillant pour sa première année au Japon ainsi que le portier sud-coréen Gu Sung-yun qui est un vrai gardien d'avenir. Cela sera t-il suffisant pour bien se comporter au sein d'une J1 qui devient de plus en plus compétitive ? Gros défi pour Shuhei Yomoda qui a débuté sa carrière de coach il y a seulement deux ans et qui va découvrir ce niveau.


Albirex Niigata

Le moins que l'on puisse dire c'est que l'Albirex est sur le fil du rasoir depuis longtemps... Le mercato n'inspire guère confiance et le nouvel entraîneur, Fumitake Miura, va découvrir la J1 après une unique saison en tant que numéro un (à Nagano, en J3...). Il aura une équipe entière à reconstruire vu que tous les meilleurs éléments sont partis cet hiver ! Léo Silva (Kashima), Rafael Silva (Urawa), Kobayashi (Nagoya), Matsubara (Yokohama), Cortez (reparti au Brésil) ou encore Fitzgerald (Kawasaki) ont tous mis les voiles ! Sachant qu'avec eux Niigata ne s'était sauvé qu'à l'ultime journée, et à la différence de buts... Le constat est sans appel.

Y a t-il seulement de l'espoir vu les arrivées ? Des brésiliens méconnus et des joueurs de J2 moyens. Il faudra un vrai miracle pour que ce qui ressemble à un bateau ivre soit encore en J1 en 2018. Comme par exemple l'explosion de Musashi Suzuki ? Le jeune Roni qui se révèle ? Gallardo qui se transforme en nouveau Marcio Richardes ?

Pas sûr que tout cela suffise. Même les matchs de pré-saison font très peur. L'Albirex s'est notamment incliné 6-0 ce samedi face à Tokushima, une équipe de J2 oui... Depuis le temps que Niigata joue avec le feu en se maintenant de très peu chaque saison, il faut bien un moment où la série s'arrête.


Ventforet Kofu

Il va être compliqué de parler du Ventforet sans paraître répétitif par rapport a ce que vous venez de lire sur l'Albirex. Là aussi ça fait des années que ça n'a pas d'autres ambitions que de se sauver sans montrer quoi que ce soit d'intéressant. Là aussi les recrues (en général, pas que brésiliennes) laissent perplexe. Wilson arrive de Sendai mais est miné par les blessures depuis 2 ans. Eder Lima et Gabriel Rodrigues sont des gros points d'interrogation. Shohei Ogura sort de deux saisons presque blanches au Gamba et Akihiro Hyodo a maintenant 34 ans...

Cependant Kofu part peut être de moins loin que Niigata puisque plusieurs cadres sont toujours là. Et puis l'arrivée de Yuki Horigome est même une vraie belle affaire tant on tient là un beau technicien. Auteur d'une excellente saison 2016, avec Kyoto en J2, ce n'est que justice de le revoir en J1. On aurait juste aimé le voir dans une meilleure équipe.

Terminons cette présentation avec Yukio Tsuchiya ! C'est le titulaire le plus âgé du championnat, il aura tout de même 43 ans au mois de Juillet ! Est ce que le talisman du Ventforet suffira pour les sauver une fois de plus de la relégation ? Ça s'annonce très compliqué...


Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :