Sign in / Join

On a vu WBA contre une équipe d'Arsenal en pleine crise.

Sur les 6 derniers matchs de Premier League et Champion's League, Arsenal en a perdu cinq dont deux humiliations contre le Bayern Munich. Le club est plus que jamais dans la tourmente. La tension se cristallise autour d'Arsène Wenger, qui est remis en cause par une partie des supporters. C'est dans ce contexte qu'Arsenal se déplace dans la banlieue de Birmingham pour y affronter West Bromwich, petite ville de 130 000 habitants. Un déplacement loin d'être facile pour se relancer car WBA est la meilleure équipe du "second championnat" : un 8ème qui ne lutte plus avec grand monde puisque Everton est trop loin devant et Stoke ou Southampton trop loin derrière. WBA n'a donc plus grand chose à faire si ce n'est gêner les équipes qui ont encore quelque chose à jouer.

En tant que supporter de Liverpool, nous étions heureux et remplis d'espoir en se rendant à The Hawthorns. On a plus découvert un stade de très bonne qualité. Ce n'est pas forcément un club dont on parle, mais les anglais ont encore réussi à nous mettre un énorme stade de foot ici. Ce stade construit en 1900 est d'une forme cubique qu'on ne voit pas régulièrement. Le bâtiment en brique ressort particulièrement bien grâce à l'utilisation judicieuse de bleu marine pour peindre le toit et les poteaux. C'est d'autant plus vrai que le stade est exceptionnellement bien entretenu et confortable (coursives spacieuses, bon espace entre les sièges, etc). Je me suis moi-même interrogé à un moment pour savoir s'il ne s'agissait pas d'un nouveau stade.

A l'extérieur, on trouve aussi un lieu d'hommage et de mémoire pour les proches et fans de WBA décédés. Chaque club a le sien, mais il faut bien reconnaitre que WBA fait les choses superbement bien, à voir dans la galerie de photo. C'est beau de voir cette relation entre les clubs et supporters. J'ai probablement écrit le même paragraphe pour un autre club au cours des derniers mois mais je ressens vraiment quelque chose de différent ici. Après ce tour, nous entrons dans le stade, qui n'est d'une capacité que de 26 000 places. Pour être complet, c'est l'un des 5 plus petits stades de Premier League et le deuxième pire taux de remplissage de PL. De ce fait, les places sont en vente générale pour les affiches "ordinaires". En revanche, il faut acheter une carte de membre pour les grosses affiches. Elle ne coûte cependant que 6£ et une astuce permet de s'en priver (ajouter au panier la carte, puis sa place et retirer la carte). C'est un choix étrange car le stade n'est donc pas totalement complet contre Arsenal alors qu'une vente générale aurait pu permettre la vente des 1000 dernières places disponibles.

On prend place au premier rang, avec comme souvent les fans Away à proximité. L'objectif du jour est évidemment de voir WBA l'emporter, et de voir la rage des fans d'Arsenal devant moi. Mais avant ça, les gunners nous offrent un premier moment d'anthologie : une partie des supporters a payé un avion pour survoler presque dix fois le stade en dévoilant une banderole "No Contract #WengerOut". Après celle-ci, les défenseurs de Wenger prennent le relais de la même façon et avec pour texte : "In Arsène We Trust #RespectAW". Les fans d'Arsenal sont décidément bien drôles et difficiles à prendre au sérieux à chacune de leurs plaintes.

Après ce petit show aérien, le match peut commencer. Et plutôt bien puisque dès la 12ème minute, les Baggies vont ouvrir le score. Un avantage de courte durée puisqu'Alexis Sanchez va égaliser trois minutes plus tard. Si le chilien ne montre pas un bon état d'esprit sur le terrain, il est de toute évidence le plus dangereux. C'est sans doute sa supériorité face à ses coéquipiers qui doit d'ailleurs l'énerver. On a suivi le joueur pendant tout le match et ressentit pleinement le malaise entre lui et Arsenal. Certes, le résultat n'est pas parfait et pourrait aussi expliquer l'exaspération du joueur. Mais le langage gestuel est ici beaucoup trop parlant. Sanchez fait de grand gestes dans son coin quand un mouvement de balle ne semble pas lui convenir tandis que le dialogue est inexistant avec ses coéquipiers. Il semble avant tout concerné par le jeu lorsque le ballon est dans ses pieds. Un état d'âme qui ne va pas avec la philosophie de jeu prônée par Wenger.

WBA va marquer un second puis troisième but en seconde mi-temps. Deux des trois buts sont d'ailleurs totalement ridicules, Arsenal défendant de façon catastrophique sur corner.  Les fans home s'en réjouissent et peuvent chanter le célèbre "Sacked in the morning" ("viré demain matin") aux visiteurs. En réalité, à Arsenal c'est Wenger le patron. On a beau penser qu'il va enfin rendre les armes et laisser le club passer à autre chose, des rumeurs laissent pourtant croire qu'il va choisir de prolonger. Dans tout les cas, le club est dans une situation inconfortable mais à relativiser : ils sont à 6 points de la 4ème place (ça n'était jamais arrivé sous Wenger à ce moment de l'année) mais avec 2 matchs en retard. Leur calendrier est l'un des plus durs du Big 6 mais tout reste possible. Surtout que ce sont les calendriers "faciles" qui posent problème à l'actuel 4ème de PL, Liverpool.

Nous observerons la suite du feuilleton depuis la France puisque ce week-end de PL était mon avant-dernier. En tout cas, je ne peux que recommander le déplacement à The Hawthorns pour une belle affiche. Un stade qui en mérite la visite, et qui avec de la chance peut dans un même week-end se combiner avec Aston Villa, Birmingham ou Wolverhampton sans bouger du West Midlands.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :