Sign in / Join

Balade irlandaise: "Douche nordique en barrages pour l'équipe nationale."

On avait laissé les irlandais miraculeusement victorieux au Pays de Galles et du coup autorisés à disputer deux matchs de barrage contre une équipe danoise qui aime à monopoliser le ballon. Ça tombait bien, l’équipe d’Irlande est meilleure quand elle joue en contre. Une opposition de style qui aura souri aux danois, forts d’un collectif soudé et d’un joueur exceptionnel. Un nul et une rouste plus tard, une page se tourne au pays du trèfle.

Le match retour

Forts d’un 0-0 à Copenhague et poussés par les chants des milliers de supporters présents à l'Aviva Stadium, les irlandais attaquent le match en confiance et bien décidés à offrir la qualification à tout un peuple.

Et ça commence très tôt avec l’ouverture du score de Shane Duffy à la 5ème minute du match. A ce moment-là l’Irlande est à la Coupe du Monde en Russie. Mais le plus important n’est-il pas de ne pas encaisser de but ? Parce que si les danois égalisent, il ne faudra pas faire match nul à cause de la règle des buts à l’extérieur. Et ce qui devait arriver arriva 25 minutes plus tard avec un but contre son camp de Cyrus Christie sur un cafouillage dans la surface à la suite d’une magnifique action de Pione Sisto, joueur (pas pour très longtemps, ndlr) du Celta Vigo. 1-1. Les danois, sereins et sûrs de leur force depuis le début du match malgré le but irlandais, tiennent la qualification et ne la lâcheront plus. Il aura fallu trois minutes pour doucher les ambitions de l’équipe du trèfle puisque Christian Eriksen planta le second but danois d’une superbe frappe en lucarne.

barrages

Crédits : bbc.co.uk

Les changements opérés à la mi-temps sont peut-être la pire idée du sélectionneur Martin O'Neill depuis le début de son mandat. Remplacer Meyler et Arter par Hoolahan et Mc Geady (Deux milieux par un milieu offensif et un attaquant) ne fera qu’empirer les choses puisque l’équipe irlandaise se retrouvait alors totalement déséquilibrée. Eriksen n’en demandait pas tant et malgré un excellent Randolph dans les buts, le numéro 10 danois rajoutait deux magnifiques buts à sa collection personnelle, avant l’humiliation en mondovision à la dernière minute de la rencontre : Le 5ème but, marqué par Niklas « Lord » Bentdner.

5-1 score final. Il ne reste aux irlandais que les yeux pour pleurer et Temple Bar pour aller se saouler.

Quel avenir pour cette sélection ?

Dès le coup de sifflet final on a vu poindre sur les réseaux sociaux des sondages pour demander si Martin O’Neill et son adjoint Roy Keane devaient rester à la tête de l’équipe. Et les réponses furent mitigées, une légère majorité (58%) souhaitant les garder.

De toute façon, au vu du jeu proposé, c’est sûrement mieux que cette équipe ne participe pas au Mondial. Malgré leur énorme, et éternel dévouement à leur sélection, ces joueurs restaient assez limités techniquement et tactiquement face aux équipes actuelles. On l’a bien vu sur ce match avec les latéraux, impliqués sur tous les buts encaissés - quelle magnifique passe décisive de Ward pour Eriksen sur le quatrième but - ou encore Mc Geady, incapable de briller en sélection. Preston North End (Championship), avec tout le respect que j’ai pour ce club, c’est le top pour lui. Il ne peut espérer mieux. Au contraire de ses coéquipiers en club, absents de la sélection pour diverses raisons, mais incarnant une idée de l’avenir de la sélection : Horgan, O’Connor et surtout Sean Maguire, le buteur. Des joueurs formés dans la pauvre League of Ireland mais très doués, avec une grosse marge de progression, et recrutés à la suite de leurs belles prestations avec Dundalk FC ou Cork City FC.

Un autre exemple de jeune prometteur est Callum O’Dowda, 22 ans, joueur de Bristol City, très technique et étincelant balle au pied. Aux côtés d’un David Meyler au milieu de terrain, ils incarnent le futur. Meyler qui a parfaitement endossé le rôle de sentinelle au milieu. Il remplace poste pour poste le trop sous-estimé Glenn Whelan, qui s’est effacé progressivement afin de lui laisser les rênes de la sélection et le brassard de capitaine. Parmi les joueurs qui risquent d'arrêter on trouvera aussi Wes Hoolahan, 36 ans, pas assez utilisé, et qui enchante les pelouses du Championship sous les couleurs de Norwich.

Callum O'Dowda  source: Getty Images

On ira logiquement chercher dans l’équipe espoir quelques promesses en vue de préparer l’Euro 2020, prochain objectif des Bhoys In Green. On y trouve Ryan Manning (QPR), Declan Rice (West Ham), Kieron O’Hara (Manchester Utd), Conor Shaugnessy (Leeds Utd), Jayson Molumby (Brighton) et mon petit favori Liam Kelly (Reading FC).

Ces jeunes ont le talent pour venir bousculer la hiérarchie, mais les Brady, Hendrick ou encore James Mc Clean ne lâcheront pas leur place aussi facilement. L’émulation entre les générations peut aider l’équipe à progresser, et du moment que la concurrence reste saine, elle ne peut que tirer l’équipe vers le haut. Les bases sont bonnes, l'envie est là, les jeunes poussent, la mayonnaise peut prendre. L’Irlande a de quoi voir venir, rater la Coupe du Monde est évidemment une énorme déception, mais tout n’est pas noir non plus et on va garder un œil sur les prochaines décisions de la fédération concernant le sélectionneur.

Dernière chose...

Cette drôle d’idée qu’ont eu les dirigeants américains qui est de proposer une compétition internationale avec les pays non-qualifiés pour la Coupe du Monde : Italie, Pays-Bas, Chili, Côte d’Ivoire, Ghana, USA…. Dans tous les cas, c’est ça ou des amicaux contre Chypre et Oman donc bon…. On verra bien ce qui sera décidé.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :