Sign in / Join

Modeste plaidoyer pour les parcages visiteurs

C’est une habitude. Mieux, c’est une tradition. A la mi-juin, à l’heure où nos mélanines brunissent à mesure que le soleil décide de sortir ses muscles de plus en plus formés, vient le moment tant attendu du calendrier de Ligue 1.

Nos yeux se détournent alors un temps de l’horizon azur de notre côte pour retrouver une autre lumière bleutée, celle des écrans d’ordinateur, de téléphone, de tablette, de télévision. Qui sera notre premier adversaire du mois d’août ? Quand jouerons-nous le Paris Saint-Germain ? Quand verrons-nous débarquer dans notre Principauté ces milliers de Phocéens au verbiage aussi chantant que coloré ?

Mais surtout, quels sont les deux week-ends à cocher sur nos emplois du temps respectifs, ces samedis et ces dimanches qui seront exclusivement réservés à la tenue de ce derby si particulier, celui des Rouge et Blanc contre les Rouge et Noir, celui des rayures contre la diagonale, celui de Monaco contre Nice.

Crédits : asmonaco.com

Quand aurons-nous le privilège de les accueillir afin qu’ils garnissent notre enceinte trop habituée à montrer son malheureux épiderme jaune à Canal + et beIN Sports ? Quand aurons-nous la chance de nous déplacer et de combler ces trente kilomètres qui nous séparent l’un de l’autre en rejoignant cette triste plaine du Var ?  Cette année, le Nice-Monaco tombait le week-end du 8-9-10 septembre.

Une pensée m’est alors directement apparue : une programmation du derby le samedi 9 et il en serait définitivement fini pour moi des espoirs de déplacement à l’Allianz Riviera cette saison, travail oblige.

Pas de « parcage ».

C’est malheureusement cette date que la Ligue 1 Conforama sélectionna, cette Ligue 1 Conforama qui, de par son nom, exigea ainsi de moi de regarder le match sur mon canapé.

La rencontre se termina sur un 4-0 en faveur de mes voisins, mais ce score peu flatteur pour mon équipe ne me consola pas quant au fait de ne pas avoir fait le court déplacement. Un bon voyage à l’extérieur de ses frontières ne se mesure pas uniquement à l’aune du résultat.

Ce qui s’y déroule avant, pendant et après compte tout autant. C’est ce qui fait le charme des « déps ». J’avais raté le Nice-Monaco et tout ce qu’il y a autour et je savais qu’il y avait de grandes (mal)chances pour que je doive attendre 2018-2019. Mais la Coupe de la Ligue, cette coupe qui ne présente à l’accoutumée qu’un maigre intérêt - sauf si l’on parvient à se hisser dans le dernier carré et que l’on commence à humer le doux parfum d’un trophée – avait décidé de m’offrir une seconde chance.

Un Nice – Monaco en quarts de finale le 09 janvier 2018. De quoi bien entamer la nouvelle année.

En parcage, donc.

Qu’on se le dise, je n’ai pas non plus l’habitude des déplacements, je ne quitte pas mon domicile tous les quinze jours pour faire 1500 kilomètres de route aller-retour, voire davantage parfois, pour aller supporter les miens. Ceux-là me fascinent, et dans le bon sens du terme.

Je n’ai pas cette mentalité ultra, celle qui pousse à se réserver des heures et des heures en semaine pour préparer les bâches du week-end, celle qui occupe les esprits à longueur de journée et de nuit, celle qui se tient debout derrière son équipe, à se bousiller les cordes vocales et les paumes de la main peu importent les conditions.

C’est à celles et ceux qui ont cette mentalité-là qu’il faut rendre hommage. Personnellement, j’ai réalisé tout au plus une quinzaine de déplacements depuis fin 2014, du maudit Dortmund à l’historique Manchester en passant par l’insignifiant Toulouse, le « lacrymo-gazé » Lyon ou encore le pluvieux Tottenham.

Le tirage au sort du 13 décembre dernier me permettait donc d’organiser ma traditionnelle migration en territoire nissart et d’accroître ainsi mon « capital-dép ». Et en ces temps où se déplacer en terrain inconnu devient presque plus compliqué que d’aller voir la tribu semi-nomade des Himbas de Namibie s’enduire de terre rouge, ce que j’ai vu fut alors clair comme de l’eau de roche.

Coupe de la Ligue oblige, ce derby était placé en milieu de semaine, en une froide soirée de janvier. Tout était réuni pour que l’appel de la maison soit plus grand et plus convaincant que celui du dép. D’un côté : un mardi soir, pluvieux, humide, froid, avec une bière sans alcool à 7€ dans une enceinte qui joue sa mijaurée et dont l’accès se mérite, tant pour y entrer que pour en sortir, de l’autre côté : un canapé ou un lit confortable devant un écran plat proposant débats, ralentis et analyses, avec une Heineken et une pizza pour les puristes.

Qu’est-ce qui nous fait donc choisir la première option ? Un irrémédiable sentiment de sadomasochisme ? Sans doute. Et malgré tous ces arguments pesant dans la balance, j’ai vu des gens sous la pluie, la tête rentrée dans le cou, le menton dans l’écharpe, presser le pas pour arriver à temps dans ce fameux parcage.

ASM OGCN SUPPORTERS OGCN

J’ai vu des parents tenir leur enfant par la main, eux faisant fi de la météo et de l’école le lendemain, lui le sourire aux lèvres. J’ai vu des pères de famille laisser leur progéniture et la chaleur de leur foyer le temps d’une heure et demie ou plus pour se frotter à l’âpre réalité d’un derby.

J’ai vu des cinquantenaires grisonnants oublier leur habituel confort pour se taper un voyage en bus loin d’être excitant, un hot-dog loin d’être reluisant, et une rencontre debout tout le match durant. J’ai vu des supportrices et des supporters se conformer aux exigences qui veulent qu’il faille passer un nombre incalculable de barrages de sécurité, en étant inspecté de la tête aux pieds, si ce n’est pas parfois davantage…

J’ai vu des jeunes passer leur soirée dos au terrain - invectivant ceux qui ne chantaient pas, ceux qui ne levaient pas les bras, ceux qui ne tapaient pas dans leurs mains – les yeux emplis de passion alors pourtant que leur seul spectacle est celui de nous voir, nous, en train d’observer un match de foot.

Faut-il d’ailleurs rappeler que le mot « passion » relève étymologiquement de « l’action de souffrir » ? Car il y a bel et bien de la souffrance en parcage.

Il y a du doute, de l’abattement, de la frustration, de l’anxiété, de la consternation. Les tragédies grecques semblent avoir trouvé un nouveau refuge et Thespis, Euripide et Sophocle ont été remplacés par des acteurs plus contemporains. Et au même titre que les Grecs se rendaient au théâtre pour y apprécier l’œuvre tragique avec la foule de sentiments négatifs qu’elle entraînait, les supporters se rendent en parcage pour vivre au centuple ces émotions que fait naître le football.

Ce n’est plus de la joie, c’est de l’extase. Ce n’est plus de la tristesse, c’est de l’accablement. Ce n’est plus de la surprise, c’est un état de choc. Le tout partagé.

Tant avec nos amis les plus proches dans certains cas, comme le mien, tant avec des compagnons de ballon rond, ceux avec qui on a l’habitude, depuis des années, de se rendre au stade. Alors on rit ensemble, on s’énerve ensemble, on chambre ensemble, et comme on est en parcage, on se trouve des rivaux géographiquement peu éloignés de là où on est.

Rivaux qui ont tendance à reculer à mesure que les années passent pour laisser leur place à une rangée de CRS casqués et matraqués, bien plantés au milieu de rangées vides et tristes comme la mort. Parfois, malgré la distance, on saisit un regard en travée ennemie, empli de neurasthénie éphémère liée au but marqué par notre équipe, pour gentiment lui rappeler le score et la jubilation que cela nous procure.

Il advient souvent la même scène avec les protagonistes inversés quelques minutes plus tard. C’est le jeu. Oui, ce n’est qu’un jeu. Trop de gens ont tendance à l’oublier, du supporter aux pouvoirs publics. Gardons ceci imprimé dans nos esprits. Un jeu n’a pas à faire intervenir des CRS, un jeu n’a pas à nous faire mettre sur la gueule à longueur de rencontre, un jeu n’a pas à nous diviser pour ne plus jamais nous rassembler.

Après la quinzaine de parcages que j’ai faits sur les trois dernières années, celui-ci avait une saveur particulière. Les supporters en parcage deviennent une espèce en voie d’extinction, à l’heure où les arrêtés pleuvent. J’étais heureux de pouvoir en faire partie. Et j’espère avoir encore la chance de faire des déps en parcage pendant des années encore. Mardi soir, comme le veut la force de l’habitude face à laquelle on ne résiste pas, j’ai pris l’apéro avant le match. Avec un supporter de la tribune Populaire Sud de Nice. J’ai trinqué avec lui, emmitouflé dans mon écharpe aux couleurs de Monaco. Au moment de nous quitter et de rejoindre l’Allianz Riviera, j’ai commencé à chanter pour mes couleurs, lui pour les siennes.

Pour le « match retour » à Monaco, mardi 16 janvier, j'étais dans mon virage, il était en parcage visiteurs. J'ai chanté Daghe Munegu, il chanta Issa Nissa. On s'est chambré, parfois dans les règles de l’art, souvent en dépassant les bornes, mais on s'est retrouvés après la rencontre et la bière et les rires affluèrent aux abords du stade.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :