Sign in / Join

Le Guide TLMSF du Groundhopper : on était à Concarneau - Red Star

Le stade4
Le football5
Le public et les gens10
Les alentours6
La ville8
L'exprience groundhopper9
7

Lorsqu'on n'est pas très motivé pour faire 8h de train qui nous emmène au bout de la Bretagne, un week-end international chiant à mourir est parfois la chose qui change tout. J'étais allé à France/Colombie la veille (très bon match d'ailleurs) mais je voulais vraiment découvrir ce petit coin de France et l'ajouter à mon tableau de chasse de groundhopper. Suivre le Red Star est évidemment un bonus.

Se rendre sur place

Aller à Concarneau n'est pas chose aisée de Paris. Tu prends le TGV jusqu'à Quimper puis un bus qui t'emmène sur la côte. Ce bus te descend directement sur les remparts. Vu que Concarneau est super loin, je n'ai pas pu faire de visite avant le match. Je me suis donc armé de Google Maps pour trouver le chaleureux Stade Municipal Guy Piriou. Le voici ci-dessous.

Le stade

C'est en arrivant sur place que je vois les premières écharpes du Red Star. Bien sûr, moins de monde qu'à Chambly mais pas mal de monde vu la distance avec St Ouen. Je discute avec des retraités qui me parlent de déplacements à Dunkerque, Grenoble ou encore Rodez. Effectivement, lorsque l'on a le temps de passer plus de quelques heures à l'autre bout du pays ça aide !

J'en profite pour dire que ce sont eux qui sont plus ouverts au dialogue, au partage des expériences et parler football. Triste jeunesse.


A lire également : On était à Red Star - Laval dans le mythique Stade Bauer


Il n'y a pas vraiment de parcage extérieur. La sécurité nous emmène faire le tour du stade où elle nous placent derrière les buts mais la tribune est partagée entre supporters domicile & extérieur.

La rencontre

Le match est plaisant et penche bizarrement côté Red Star (à l'époque, il s'agit d'un match entre le 6ème rendant visite au 7ème du championnat). Peu d'occasions mais le Red Star arrive a marquer par Abdoulaye Sané à la 70ème minute. La victoire est amplement méritée et je suis un peu déçu du manque d'allant de Concarneau malgré les encouragements de leurs ultras.

La ville

Ce n'est qu'après le match que je peux pleinement profiter de Concarneau. Je redescends en direction du port (mon bus part 1h30 après la fin du match) et me balade sur les remparts. Une ville fort plaisante d'autant que le temps le permet. Petit plus de se déplacer en TGV : à Quimper, l'équipe du Red Star débarque et prend le même train que moi. Je partage un petit moment de taquinerie avec un joueur lui demandant où est le jet privé du club. Il me répond avec le sourire que ce n'est pas pour tout de suite!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :