Sign in / Join

Hans-Georg Schwarzenbeck, dans l'ombre de Franz Beckenbauer

Fidèle à son club, fidèle à sa sélection, c'était ça Hans-Georg Schwarzenbeck. Héros du Heysel en 1974, champion du monde avec la grande RFA la même année. Le bavarois était un des hommes clés du Bayern et de la sélection ouest-allemande. Pourtant, il a souvent été dans l'ombre des Maier, Müller et Beckenbauer, malgré son rôle. 

Arrivé à l'âge de 13 ans au Bayern Munich, il y effectuera toute sa carrière, jusqu'à ses 33 ans. Il remporte la Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe (C2) dès sa première saison professionnelle, ainsi que la Coupe d'Allemagne. Il devient rapidement titulaire et, jamais blessé, Schwarzenbeck effectue des saisons pleines à plus de 30 matchs de Bundesliga. Le défenseur central était loin d'être extravagant et vivait sa vie simplement. Il ne faisait parler de lui que sur le terrain. Hermann Gerland, mythique joueur de Bochum et actuel adjoint au Bayern Munich, raconte une anecdote : " Un jour, je vois arriver Hans-Georg à Säbener Strasse - le centre d'entraînement du Bayern - et arrive un joueur, inattentif et passif. Je siffle et crie : arrête, stop ! Il me répond : que se passe-t-il ? Je lui dis : tu dois le saluer, c'est un champion du monde et multiple fois champion d'Allemagne. " Pas un des champions allemands les plus reconnus.

En club

Il a gagné tout ce qu'il y avait à gagner... ou presque. Il a participé une seule fois à la Coupe des villes de foire (C3) avec le club bavarois, et a échoué en quarts de finale (4-1 au cumulé). Sinon, il finit sextuple champion d'Allemagne, triple vainqueur de la Pokal, triple vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions et en point d'orgue, champion intercontinental face à Cruzeiro en 1976. Katsche (son surnom) a joué pas moins de 549 matchs au Grünwalder Stadion pour 30 buts. Sa carrière se terminera au début de la saison 1979-1980 avec une rupture du tendon d'Achille mais ira au bout de son contrat en juin 1981.

En 1974, Hans-Georg Schwarzenbeck et le Bayern Munich remportent la Coupe d'Europe des clubs champions face à l'Atletico Madrid. Mais ce n'était pas gagné d'avance. Prolongation à Bruxelles, à la 114e minute, Luis Aragones marque et les Madrilènes entrevoient la victoire finale. Il reste vingt secondes à jouer dans le match, Beckenbauer remet la balle dans l'axe pour Schwarzenbeck. Le défenseur central décoche une puissante frappe ras de terre dans le petit filet espagnol. Son seul but cette saison en C1. Lors du match d'appui, le Bayern en passe 4 à l'Atletico au Heysel. C'est la première C1 de l'histoire du club.

Avec la Mannschaft

International de 1971 à 1978, il compte 44 sélections, pour aucun but. Mais ce n'était pas devant le but qu'on l'attendait le plus. Bien au contraire. Les puristes savent que Franz Beckenbauer ne faisait pas que rester dans sa surface pour défendre mais attaquait aussi dans celle d'en face. 13 buts en sélection, 72 avec le Bayern, pour un défenseur central c'est assez inattendu. Schwarzenbeck couvrait donc avec habileté tout le secteur central lorsque son capitaine s'aventurait dans l'autre moitié de terrain. Il était un défenseur rugueux, puissant avec son physique trapu (1m83 ; 78kg). Ensemble au Bayern et en sélection, le duo Beckenbauer-Schwarzenbeck était on ne peut plus complémentaire. Mon second était un homme de l'ombre ô combien important pour que mon premier exerce son jeu le plus aisément possible.

D'ailleurs, son palmarès est tout aussi impressionnant au niveau international. En 1972, il remporte l'Euro face à l'URSS... au stade du Heysel. La RFA est finaliste quatre ans plus tard, et, entre temps, elle va devenir championne du monde en 1974. Cette RFA prend la deuxième place du groupe 1, après sa défaite 1-0 face à l'Allemagne de l'Est. Le match contre le Chili fut très poussif avec une courte victoire 1-0. Un mal pour un bien puisqu'au second tour, la RFA va éviter la Hollande et le Brésil, tenant du titre. Trois sur trois et le stade olympique de Munich accueille donc une finale Allemagne de l'Ouest - Hollande. L'Allemagne est à domicile face à l'équipe de Cruijff et son football total. Les Oranjes pratiquent le plus beau football du monde à ce moment.

Stupeur pour les 80 000 spectateurs, c'est la Hollande qui va ouvrir le score dès la deuxième minute. Johan Cruijff est crocheté dans la surface par Uli Hoeness. Johan Neeskens transforme. Les Allemands sont vexés de ce score et l'arrière gauche Breitner égalise vingt minutes plus tard, sur penalty également. Le stade exulte finalement quand Gerd Müller donne l'avantage juste avant la pause. Les coéquipiers de Cruijff tenteront de revenir au score, en vain. L'Allemagne de l'Ouest brise le rêve hollandais, vingt ans après avoir brisé le rêve hongrois.

Résultat de recherche d'images pour "hans georg schwarzenbeck"

Concernant Georg Schwarzenbeck, il aura été l'homme de l'ombre jusqu'au bout. Titulaire en finale, il a été important pour contenir la furia hollandaise en seconde période. Pourtant, l'équipe-type du Mondial offre une défense à 3 avec Beckenbauer-Vogts-Breitner. Pas Schwarzenbeck, oublié.

Aujourd'hui, Le nettoyeur du Kaiser fait partie du Hall of Fame du Bayern Munich et, pour l'anecdote, il a dirigé une papeterie munichoise jusqu'à ses 60 ans.

Laisser un commentaire