Suisse 2018/2019 - Lausanne-Sport : de grandes ambitions et de grands moyens

Au sortir d’une saison catastrophique qui a vu leur club subir sa deuxième relégation sportive de son histoire, les supporters ainsi que les (riches) nouveaux dirigeants du Lausanne-Sport espèrent une remontée immédiate en Super League.

 

La saison 2017-2018

On dit bien souvent que la deuxième année qui suit une promotion est toujours la plus dure. L’euphorie de la promotion est passée, les adversaires vous connaissent, vos joueurs de talent ont été remarqués et quittent le bercail. Pourtant, dans le cas du Lausanne-Sport, la folie de le l’accession en Super League s’est achevée bien plus tôt (lors de la série de 14 matchs sans victoire la saison passée), les adversaires les connaissaient déjà très bien (jouer 4 fois la même équipe dans une saison, ça aide) et les talents (principalement Kololli, Campo et Margiotta) ont rempilé pour une deuxième année de Super League à la Pontaise. Il y avait donc une équipe mentalement prête à attaquer cette saison avec des joueurs de talent qui savent affronter la défaite et connaissent leurs adversaires. Et pourtant..

La saison a été en dent de scie. Après 7 premiers matchs et un bilan famélique de 2 points, le club s’est bien repris et a lancé sa saison après une victoire 2-1 au Parc Saint-Jacques contre le FC Bâle. Les résultats s'enchaînent alors pour les Vaudois qui arrivent à la pause hivernale après avoir réussi leur premier tour avec la manière. On peut parler de victoires probantes notamment contre les Young Boys (2-1), alors déjà perçus comme le futur champion, à l’extérieur contre un St-Gall qui était alors deuxième du championnat (4-0) et à la Pontaise contre un FC Zürich réputé comme étant la meilleure défense du championnat (5-1).

Noël voit alors passer une équipe du LS sereine mais aussi riche ! Le club a en effet été racheté à la mi-novembre par Ineos, multinationale active dans le domaine de la pétrochimie, qui prévoit de développer le club en y apportant ses millions. Le mercato hivernal s’en ressent avec des recrues intéressantes et les Vaudois rêvent plus que jamais de retrouver leur club au sommet du foot suisse..

Mais après le rêve vient toujours le réveil. Un LS visiblement encore endormi entame une deuxième partie de saison catastrophique. Sans repère, sans envie et sans hargne, le club dégringole au classement après n’avoir engrangé que 10 points en 2018 (seulement 2 victoires, dont une alors qu’ils étaient déjà mathématiquement relégués). Lors du dernier match à domicile face au FC Thoune, des individus frustrés des prestations du club lancent des engins pyrotechniques sur la pelouse. Les esprits se chauffent, les supporters adverses (qui luttaient aussi contre la relégation) exultent et provoquent, des éclatements surviennent dans le stade. Match interrompu. Défaite par forfait. Tout le monde se rendort.

 


Pour aller plus loin : Retour sur la fin de saison de Super League


Le mercato (au 13 juillet 2018)

Les émotions de la relégation étant passées, le club se reconstruit afin de retrouver la Super League au plus vite.

Le club a vu le départ de 5 joueurs. L’international suédois Alexander Fransson repart à Bâle, qui l’avait prêté ces 6 derniers mois au LS. Le capitaine Alain Rochat (ex-Rennes) prend sa retraite, Gonzalo Zarate est laissé libre de tout contrat tandis qu’Andrea Maccoppi part renforcer le milieu de terrain du rival Servette et le jeune gardien Kevin Martin est prêté à Yverdon-Sport (Promotion League).

Côté arrivées, le gardien Dany Da Silva fait le chemin inverse de Kevin Martin et revient à la Pontaise après une année passée dans le nord-vaudois. Le jeune ailier João Oliveira (22 ans) arrive en provenance du FC Lucerne, qui l’avait prêté la saison précédente au Lechia Gdansk (D1 polonaise). Arrivent également pour renforcer la défense l’expérimenté Igor Nganga (Aarau) et le prometteur Mickaël Nanizayamo (FC Tours, Ligue 2). Enfin, Sancidino Silva, ailier formé au Benfica, arrive tout droit de Leixões (D2 portugaise).


A retrouver également : l'interview de Guillaume Katz, ancien joueur de Lausanne Sport, aujourd'hui à Winterthur


 

Enfin, notons aussi le changement d’entraîneur opéré. Après le limogeage de Fabio Celestini, Ilija Borenovic (alors entraîneur des M21) a assuré l'intérim. La solution n’étant que provisoire, les recherches menant à un nouvel entraîneur ont mené jusqu’à Giorgio Contini. Le nouvelle homme fort de la Pontaise a déjà mené à bien une mission remontée avec le FC Vaduz en 2014 avant de stabiliser le club pendant 3 saisons en Super League. Il a également conduit le FC Saint-Gall en haut de classement de Super League avant de se voir mis sur le départ par la nouvelle direction du club. Giorgio Contini aura donc un savoir-faire à apporter et des choses à prouver.

 

Les objectifs

L’objectif affiché par le Lausanne-Sport et ses nouveaux dirigeants est clairement la remontée en Super League, les ambitions des nouveaux dirigeants n’étant pas de végéter en Challenge League mais bien d’installer le club en haut de tableau de première division à moyen-terme. Il y a aussi un nouveau stade qui arrive (prévu à l’été 2019) et une inauguration en deuxième division est inimaginable. Cette saison fait donc office de transition dans l’histoire du club car elle doit lui permettre d’entrer dans une nouvelle phase, de devenir un club professionnel tant sur le plan sportif que sur le plan technique et administratif. C’est donc un défi passionnant que nous pourrons suivre cette année au Lausanne-Sport.

 

Les pronos de la rédaction

A la rédac @HoppSuisse il n’y a pas eu beaucoup de débats. Etant donné le budget (attendu comme largement supérieur à celui des autres équipes) et le choix de l’entraîneur (Contini a fait ses preuves ces dernières années), nous sommes unanimement d’accord pour dire que le Lausanne-Sport fera la course en tête cette saison. Une première place et une promotion directe pour les Vaudois !

5 comments

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :