[CDM 2018] Le périple russe - Episode 5 : Retour à Luzhniki, l'enclave Kaliningrad & épilogue

Pas de train cette fois-ci mais j’aurais limite préféré ; j’ai dû payer 6200 roubles (80 euros) un taxi en partant de l’aéroport de Domodedovo, au nord de Moscou. De retour à Luzhniki. Pas de panel de bienvenue à Moscou, certainement pas. Le charme de la petite ville d’1 million d’habitants est bel et bien derrière moi… pendant 48 heures au moins.


A retrouver : les épisodes précédents sont à retouver sur les liens suivants E1 - E2 - E3 - E4


Nous sommes le 26 Juin et je retourne à Luzhniki pour Danemark - France. Je suis sur le point d’assister à l’un des pires matches  de la coupe du monde. Personnellement, je n’ai aucune amertume car je peux comprendre le pragmatisme dans un match où 0-0 arrange tout le monde (la France pour la première place, le Danemark pour la deuxième) mais je peux comprendre celle des spectateurs qui ont dû dépenser au moins 500€ pour faire le déplacement (billets de match + avion + logement) pour voir un tir cadré de Griezmann ! Les russes huent les Danois comme ce n’est pas permis et le coup de sifflet final est une délivrance. J’appréhendais ce scénario donc j’ai pris la photo ci-dessous avec ce supporter russe avant le coup d’envoi. Ça n’a pas marché. Dommage.

 

                                          

 

L’ennui c’est que 2 jours après je suis à Kaliningrad pour assister à un autre match qui pue le même pragmatisme et anti-football que je viens de voir/subir : Angleterre - Belgique. Je m’attends à un 0-0 limite pire que celui auquel je viens d’assister.

 

L’enclave de ce qui était avant la 2e GM Königsberg a gardé un côté allemand et apparaît bien plus européen que le reste de la Russie. L’Allemand y est plus présent dans la nourriture, la bière et le dialogue. On met toujours une éternité à se faire servir mais bon on ne peut pas tout avoir hein.

 

 

Finalement, le match n’est pas si mal. Je vois un beau but de Januzaj et beaucoup plus d’actions que lors de Danemark - France. Les Belges jouent quand même avec le frein à main et se font siffler par les Russes lorsque leur back 3 effectue des passes entre eux. Pour les Anglais, c’est un peu différent ; leur équipe B est largement inférieure à la bis des Belges et le jeu n’est pas adapté à la vitesse et surtout à la taille de Jamie Vardy (ce n’est vraiment pas la même chose que Harry Kane). La victoire sur le score de 1-0 est logique mais Southgate s’en tire mieux car il évite le Brésil (ce que Martinez voulait accomplir avec ce match de réservistes).

 

Épilogue

Les points positifs sont évidemment bien plus nombreux que les négatifs. J’ai vécu 2 semaines de Coupe du Monde (peut-être la dernière à 32 équipes), assister à 7 matches, fait 2 fois le stade national et a pu suivre la France jusqu’à la Sibérie (enfin presque). Très peu de supporters ont pu rester aussi longtemps, assister à autant de matches que moi pour des raisons financières et/ou professionnelles.

Mais la Russie reste la Russie. L’ouverture a été réussie car j’étais accueilli à bras ouverts (surtout dans les villes plus petites) mais le manque d’anglais reste un problème pour tout touriste. Les employés de bar avaient aussi du mal à concevoir que, pendant une Coupe du Monde, on regarde chaque match et le mettre après 2 minutes de jeu passe moyen. Une sorte de non-volonté de se magner à changer de chaîne était plutôt irritante. Le service était aussi parfois super lent (surtout à Moscou).

 

Mais bon, bonne expérience quand même hein ! Si je dois donner un conseil, faites-le avant vos 35 ans; j’ai besoin de vacances !

Laisser un commentaire