On était à Drancy vs Concarneau : le dur passage du foot amateur au semi-pro

En terme de groundhopping, on peut difficilement faire mieux qu'un club francilien du 93 qui n'est pas le  Red Star. La 3ème journée de National 1 m'offrait une occasion rêvée (et surtout pas cher) d'ajouter un nouveau stade qui plus est lors d'une saison historique pour le club de Jeanne d'Arc Drancy (où JA Drancy) qui disputait le premier opus de sa modeste histoire au 3ème échelon national.

Fondé en 1903, Drancy met un siècle à sortir des divisions d'excellences françaises (les divisions situées en dessous des Divisions d'Honneur) en finissant 1er de son championnat 6 fois en 7 ans. La promotion en CFA2 (maintenant National 3) arrive en 2008 et celle en CFA (maintenant National 2) arrive une année plus tard. S'en suivent 9 saisons au 4ème échelon national avec des finish en milieu de tableau (hormis 2 saisons où JAD termine 13ème et 14ème - soit les 2 dernières places à ce niveau - en 2012/13 et 2013/14 respectivement (le club n'est pas relégué car Carquefou souhaite prendre sa place en CFA2)) et puis cette 1ère position la saison dernière qui voit le club promu en N1.

 

Le stade

Commençons par les infos pratiques : le stade Charles Sage est un stade municipal du type Entente SSG pour ceux qui connaissent situé à 700m de la gare RER B (Drancy) et un billet coûte 5€ (je n'ai pas demandé si le club prenait la CB mais j'en doute très fort).

 

 

Tribune unique donc prix unique. Pittoresque mais gros avantage: aucun filtre entre les spectateurs et la presse. Je me trouve donc à côté du journaliste de la FFF commentant le match pour le compte de fff.fr et j'entends également mes voisins parler anglais via un accent américain avec à leur main des cahiers et un stylo avec une colonne Drancy et une colonne Concarneau. Des scouts peut-être? Dans le doute je les laisse travailler et assiste paisiblement à la 1ère mi-temps.

 

Le match

Cette dernière est d'un bon niveau. Les locaux se montrent entreprenants et mettent une bonne pression au leader breton. Peu d'occasions franches mais le score est de 1-0 à la mi-temps sur une frappe détournée de Sanogo, milieu plutôt intéressant de Drancy. Concarneau offre peu dans le jeu et ne me laisse pas une grosse impression.

A la mi-temps, je discute avec les anglophones susmentionnés et ce sont effectivement des scouts qui bossent pour le  Red Star (équipe qui était dans cette division la saison dernière et qui pourrait y retourner la saison prochaine vu leur début de saison catastrophique - 1 point sur 12). Pour l'accent américain, c'est parce qu'ils sont bilingues. Déception. Moi qui croyait que des émissaires de la MLS avait été envoyé à Drancy. Bref.

Tout de suite après je m'entretiens avec François Poulet ( @fpoulet_radio) le journaliste de la Fédé qui est d'accord avec moi sur la qualité du match vu qu'on est en N1. On parle de la qualité des 2 équipes entre autres et il me glisse que physiquement Drancy aura probablement du mal à tenir 90 minutes. Je lui émets mes réserves concernant Concarneau et on se donne rdv dans 45 minutes pour débriefer la 2nde période (seulement en National peut-on passer la mi-temps dans le coin média, je tiens à le préciser !).

Le second acte débute et effectivement Concarneau s'impose de plus en plus dans les duels et monopolise la possession et les occasions. Peu avant l'heure de jeu, l'entraîneur breton Nicolas Cloarec lance Adama Doubia qui égalise à la 73ème et ensuite plante le but de la victoire 8 minutes plus tard. Coaching gagnant donc. Drancy essaie d'égaliser mais en vain. Ce petit club est déjà dans la mauvaise partie du classement avec comme seules équipes derrière elle Pau (qui a joué un match en moins) et Dunkerque (qui commence salement sa saison).

Pour Concarneau, c'est 7 points sur 9 et une place de leader au nombre de buts marqués (5 buts en 3 matches c'est pas mauvais quelle que soit la division) partagée avec Avranches et Tours. La lutte des 2 côtés du classement s'annonce fascinante encore une fois.

Je recommande de faire ce stade si vous habitez l'Île-de-France et avez un léger intérêt pour le foot semi-pro. C'est un bon retour aux sources où vous pouvez parler aux locaux et vous pouvez même débattre football avec un journaliste professionnel de la FFF. C'est pas au Parc qu'on verra ça!

Laisser un commentaire