Sign in / Join

TLMSF a vu : Red Bull Salzbourg - Etoile Rouge de Belgrade

Huit jours après un affligeant match aller au cours duquel les deux équipes avaient rivalisé en termes de séquences insipides, Belgrade et  Salzbourg se retrouvaient en terre autrichienne. Bien connu des supporters marseillais, le stade des locaux, aux allures de péage autoroutier surmétalisé, accueillait ce barrage retour au terme duquel l'une des deux équipes se verrait accorder le droit de jouer en poules de Ligue des Champions. Malgré des présences multiples à l'échelle européenne pour Salzbourg, et une histoire européenne aussi lointaine que reluisante pour Belgrade, aucun de ces clubs n'a goûté à la version actuelle de la Ligue des Champions (la dernière apparition en phase de poules datant de 1991/1992 pour l'Etoile Rouge ; Salzbourg ne l'ayant jamais jouée).

C'est dans ce contexte particulier que le match commence. À l'instar de leur confrontation face à l'OM, les Autrichiens se métamorphosent une fois dans leur antre. La possession et la maîtrise technique de ce match sont en leur faveur. Quatre joueurs se dégagent rapidement. Les relances millimétrées de Ramalho servent un milieu de terrain où rayonne la paire Haidara- Samassekou. Devant Munas Dabbur se montre particulièrement adroit et délivre de véritables bonbons à ses partenaires d'attaque, malheureusement moins inspirés que lui. C'est sans surprise que l'Israélien débloque la situation en réceptionnant d'un intérieur du pied puissant en pleine extension un centre délicatement dosé d'Ulmer.

 


Pour aller plus loin, présentation du Red Bull Salzbourg, premier club du groupe Red Bull.


 

Au retour des vestiaires, Dabbur double la mise sur un pénalty accordé par l'impeccable Caynut Cakir qui honorera son statut de pointure de l'arbitrage mondial. Bien partie pour n'être qu'une formalité, la suite du match s'avère irrespirable au moment où Ben Nabouhane s'offre également un doublé en moins de deux minutes. Perte de balle de Wolf dans les 16 mètres autrichiens, marquage lâche de Ramalho. Ce qui n'est pas loin d'être les seules erreurs des joueurs de Salzbourg ce soir aura été exploité idéalement par des Serbes subjugués qui géreront la fin de match sans trop de mal malgré quelques alertes sur le but de l'attentif Borjan.

Privés de match aller pour cause de comportements racistes de certains spectateurs de l'Etoile Rouge, les ultras serbes laisseront éclater leur joie en scandant de très provocateurs mais diablement drôles "AAAAUUUFFFF WIIEEEEEDERSEEEEHHHEEN" ("au revoir", ndlr) dans un stade abattu et mutique. Point d'orgue de cette soirée folle, les ultras serbes iront jusqu'à envahir la pelouse de leurs hôtes malheureux, célébrant aux côtés de leurs héros leurs retrouvailles avec la Ligue des Champions.

Cerné par les supporters serbes, El Fardou Ben Nabouhane,natif de Mamoudzou, international comorien, seul Noir du XI de l'Etoile Rouge de Belgrade, est sans doute le plus grand de ces héros d'un soir. Pour son doublé évidemment, mais aussi et surtout pour toute la symbolique que cette liesse renvoie : chassons le racisme hors des stades en nous rassemblant en leur sein !

 

Les notes*

*Ces notes sont bien évidemment subjectives et représentent l'avis d'une seule personne par équipe. Elles reflètent une impression qui n'a rien de péremptoire et ne sont qu'une base légère autour de laquelle discuter de notre passion. Le match ayant été vécu via écran (TV/PC), de nombreuses situations ont donc pu êtres invisibles à nos yeux, ce mode de visionnage ayant, tout comme un match en virage, certaines contraintes incompressibles. Sur 10.

RB SALZBOURG par Evan Risch

Stankovic (4.5) : Peu sollicité, il n'a rien su faire pour éviter les deux buts. Si le deuxième semble imparable, il se fait complètement lober sur le centre amenant au premier. A eu le mérite d'arrêter un début de bagarre générale, de loin sa meilleure action de la soirée.

Ulmer (7) : Serein balle au pied, le gaucher s'est signalé sur ce centre subtil à destination de Dabbur sur le premier but. Ses corners étaient fort bien frappés et son impact offensif à pesé tout au long du match. Capitaine de qualité.

Ramalho (5) : Ses relances courtes et moyennes sont à tomber, précises et cassant les lignes adverses. Match idéal gâché par ce marquage laxiste sur le second but des Serbes.

Pongracic (5.5) : Très à l'aise balle au pied, le remplaçant de Caleta-Car n'aura pas su perforer le bloc serbe malgré une tentative osée pour un central. Un poil léger physiquement sur la fin.

Lainer (6) : Très serein tout au long du match, le latéral droit n'a pas résisté à l'idée d'être le héros en fin de match mais ces longs ballons ne trouvèrent que les tribunes ou les gants de Borjan. Très bon quand il joue avec ses qualités, beaucoup moins quand il force le destin. Un syndrome Thauvin en somme.

Samassekou (6) : La pépite du RBS aura confirmé beaucoup d'expectatives en récupérant de nombreux ballons et en jugulant le milieu de terrain avec talent. Bien moins sémillant après l'égalisation serbe et moins en vue offensivement que ses compères du milieu de terrain.

Haidara (6.5) : Disponible, multitâches, il aura toutefois manqué de justesse dans ses nombreuses tentatives de frappes. Diamant brut.

Schlager (5.5) : Un cran en dessous d'Haidara et Samassekou, le jeune Xaver fut bien plus discret. Peu de déchets mais bien trop timide pour avoir un impact significatif. Remplacé par Prevljak à la 83ème.

Wolf (5) : Son gabarit de poids plume l'aura desservi devant, n'arrivant pas à passer de solides Serbes. Mais aussi derrière en perdant un ballon amenant au premier but en se retournant avec naïveté.

Dabbur (8) : Passeur inspiré, buteur létal malgré un Borjan en forme. Israélien et musulman; de là dire que Munas est le seul espoir à un conflit qui n'a que trop duré ? Il n'y a qu'un pas. Que nous nous garderons de franchir.

Daka (2/10) : Bien trop attentiste sur son occasion énorme de début de match, imprécis balle au pied. Vendange une offrande de Dabbur pour parfaire cette masterclass de médiocrité. Remplacé par Dabo à la 69ème, qui aura fait mieux que son prédecesseur en cadrant un joli coup franc capté avec classe par Borjan.

 

ETOILE ROUGE BELGRADE  par Marwen Belkaid

Borjan (8,5) : Il a failli ruiner la stratégie de son équipe dès la 10e minute avec cette sortie ratée. Par la suite il a fait de multiples arrêts permettant de préserver sa cage inviolée puis d’assurer la qualif en fin de match. L’autre héros de la soirée côté serbe.

Stojkovic (2) : Un festival de centres ratés, de mauvais choix défensifs et une perte de balle qui a failli être fatale à la 35e minute. Son seul apport fut ses touches longues, dommage qu’il se soit agit d’un match de foot et pas d’un concours de lancer de javelot.

Savic (3) : Il a sauvé son équipe à la 10e minute sur la sortie ratée de son gardien. Relativement solide le reste du match. Problème : son blackout entre la 45e et la 48e a permis à Dabbur de marquer dans son dos puis de convertir le penalty qu’il avait bêtement provoqué.

Degenek (6) : A moitié coupable sur le premier but autrichien il avait également été pris par un beau mouvement à la 19e. C’est offensivement qu’il s’est illustré en délivrant deux passes décisives à Ben.

Rodic (5) : Assez transparent offensivement, relativement solide défensivement, il a lui aussi fait beaucoup de touches longues pas forcément pertinentes. Heureusement il s’est rappelé que les longs ballons pouvaient aussi être joués avec les pieds et a amené le 2e but d’une merveilleuse ouverture sur coup-franc.

Jovicic (4) : Transparent lui aussi mais exempt de grosse erreur à l’exception d’une faute idiote provoquée à la 78e minute et qui donna un très bon coup franc aux locaux.

Krsticic (4,5) : A l’instar de son alter ego il fut assez transparent, tout juste a-t-il animé le match par une percée en première mi-temps et un début de bagarre en seconde période.

Ben (6) : Clairement le joueur le plus dangereux côté serbe. Le revers de la médaille aura été ses pertes de balle parfois dangereuses. Trop esseulé dans le jeu c’est finalement sur coup de pieds arrêtés qu’il a inscrit les deux buts qui envoient l’Etoile Rouge en phase de groupes.

Radonjic (4) : De la bonne volonté, des prises de balles intéressantes mais beaucoup de déchet. Sa percée puis sa passe ratée de la 38ème minute comme symbole de son match. Très volontaire défensivement où Lainer ne l’a pas laissé se reposer. Remplacé par Gobeljic à la 82e, entré pour conserver la qualif.

Simic (2) : Sa sortie sur blessure à la 37e minute masque mal les carences qu’il a montrées durant le temps passé sur la pelouse. Remplacé par Jovancic (2) fautif sur le premier but en laissant centrer Ulmer. La droite faible.

Milic (1) : Absolument transparent. Sans doute aspiré par le vortex créé par le but de Rolando sur la même pelouse la saison passée. Remplacé par Pavkov (4) qui a quelque peu pesé sur la défense autrichienne et nous a offert un magnifique bandagico avec Sammassekou.

 

 

Çakır (9) : Erdogan a cédé aux marchés financiers, lui a été cohérent durant tout son match. Erdogan a subi une tentative de putsch, lui ne s'est jamais laissé déstabiliser par les joueurs en distribuant les cartons quand il le fallait. Lui c'est Çakır, celui qui fait passer Erdogan pour un gentil chaton. Le vrai Reis de Turquie.

 

 

Crédits photo : @RedBullSalzburg

 

Laisser un commentaire