Sign in / Join

On était à l'East Anglian Derby, Ipswich-Norwich, en Championship

                                          

     Neuf ans et quatre mois La dernière victoire d’Ipswich Town sur son plus grand rival, Norwich City, date du 19 Avril 2009 à Portman Road. Une rencontre remportée 3-2 par les joueurs d’Ipswich Town.

     Lors de la dernière rencontre, en Février dernier, les Tractor Boys pensaient avoir fait le plus difficile en ouvrant le score à la 89ème minute de jeu. Mais les Canaries avaient égalisé à la 95ème, offrant à leur supporters une période de plus à être considérés «Pride of Anglia ».

     L’ « East Anglian Derby » ou le « Old Farm Derby »pour faire référence au derby de Glasgow, c’est l’une des plus grosses rivalités d’Angleterre. Selon un sondage mené en 2008, cette rivalité a même été classée seconde dans le football anglais à l’époque. L’issue du dernier match n’a fait qu’entretenir cette flamme. 

     Les deux équipes ont connu un début de saison compliqué, Norwich City est 18ème et Ipswich Town est dernier du Championship, après cinq journées. Nul doute que le match de ce premier weekend de Septembre lancera la saison du vainqueur. Mais le vaincu, lui, en plus de confirmer son mauvais début de saison, subira cette saison la rivalité régionale. Voilà le but de mon weekend: vivre ce derby. Après une escale la veille sur Southend on Sea (voir par ailleurs), me voilà donc dans la capitale du Suffolk.

     Ipswich est une ville portuaire, située à une centaine de kilomètres à l’Est de Londres. Assez surprenante, elle mêle l’architecture médiévale à l’architecture moderne. Norwich se trouve à une soixantaine de kilomètres au Nord. 

     Le stade, Portman Road, possède 30311 places. Il est situé au coeur de la ville. Il n’a pas bougé depuis 1884 (même s’il a subi multiples rénovations). Comme la ville, il allie le style moderne par rapport aux bâtiments qui s’y sont greffés, et historique avec l’architecture des tribunes. C’est un stade typiquement à l’anglaise, avec quatre tribunes séparées mais, suite aux rénovations, avec désormais bâtiments sur ses cotés, joignant les autres tribunes. 

     Parlons un peu de Bobby Robson. Sir Bobby Robson. Le célèbre joueur et manager anglais a une statue à son effigie devant le stade. Et une tribune à son nom. Celle ci porte même sa belle définition du football, à son sommet:

« What is a club? It’s the noise, the passion, the feeling of belonging ».

     Ce que l’on ressent lors d’une visite à Portman Road. 

     Le coup d’envoi du match étant prévu à 12h (par mesure de sécurité), l’avant match sera court. Ce qui n’empêche pas de voir des maillots bleus défiler dès 7h dans les rues. Les supporters de Norwich City, se rassembleront, pour beaucoup, en face de la gare où un pub leur sera réservé. Une partie basse près d’un pont leur sera aussi réservée. C’est par ce même pont que la foule se rend au stade. Et dès qu’un groupe de maillots bleus ou jaunes passe, c’est un florilège de chants (ou d’insultes, c’est selon) qui résonnent. Le quartier reliant la gare au stade est sécurisé par un nombre important de policiers et tout est bien cadré. Les autorités françaises devraient en prendre exemple.

     L’arrivée au stade se passe sous « chambrages », provocations, chants, insultes. On est à la limite des débordements, mais cela n’arrivera pas. 

     Il fait beau, le stade est quasiment plein et l’ambiance est belle. Le derby peut commencer. La tension des tribunes se ressent sur le terrain. Le jeu est tendu, et ce qu’on aime en Angleterre, c’est que l’arbitre laisse jouer. Il y aura cependant peu d’occasions en première mi temps. Un pressing d’une grosse intensité provoquera de multiples erreurs des deux côtés. Les attaques de Norwich City sont les plus dangereuses, menées rapidement, mais avec un manque d’inefficacité dans le geste final.

     Dans les tribunes, c'est tout le stade qui se lève pour hurler "Stand up if you hate the scum" à l'encontre des ennemis de toujours.

     La fin de la première période s’emballera pour Ipswich Town. Un poteau sur une frappe puissante qui donnera à la fois frustration et espoir à ses supporters à cinq minutes de la mi-temps. Un penalty réclamé par les joueurs blues (et tout le stade) suite à une percée dans la surface de Norwich City ne sera pas accordé. Puis l’impressionnante sortie sur blessure de Cole Skuse, qui montrera l’intensité de ce derby sur un contact aérien , dont la civière ambulante provoquera un chant de la part des supporters Yellows : « Who’s the fucking hell is that? ». 

     Le nombre de supporters Away avait été limité pour ce derby. Il sont plus de 2000 à être présents sur la partie supérieure de la tribune latérale Cobbold Stand d’Ipswich. Coté Home fans, on notera une partie de supporters assez virulents, dans le bas de la tribune South Stand (du côté des Away fans). Mais l’ambiance vient plutôt du Sir Bobby Robson Stand, où les chants partent, et où les supporters restent debout. 

     La seconde période débute avec une équipe d’Ipswich Town qui met la pression sur la défense adverse. On sent le but venir. Suite à un corner mal relancé, le ballon est récupéré et la frappe d’Edwards est contrée par un défenseur et trompe le gardien. Un énorme chaos résonne dans le stade: l’une des plus belles joies que j’ai ressenti dans un stade de football.

     L’impression que dix ans de malheur s’échappent grâce à ce but. Un sentiment d’infériorité, de honte qui disparaissent en un instant. Le stade est en folie.

     Cela ne durera que quatorze minutes. La réaction de Norwich City a bien lieu et la pression est de plus en plus forte. D’une frappe de Leitner à l’extérieur de la surface qui surprend la défense et le gardien des blues. Norwich City exulte. Portman Road se tait et regarde la folie jaune fêter l’égalisation. Près de moi, un supporter de Norwich City sera expulsé du stade après avoir provoqué les supporters adverses et en cherchant à se battre. Ambiance.

     La fin de match sera tendue, les deux équipes cherchant la victoire. C’est désormais les joueurs qui transmettent la tension du terrain aux supporters. 

     C’est terminé. Ipswich Town ne mettra pas fin à la longue série. Dix ans de souffrance pour Ipswich Town, dix ans de règne pour Norwich City. Des « East Anglia Patrons » se font entendre du côté des Yellow fans. Ils restent la fierté de l’Est Anglie au moins jusqu’en Février 2019. Jusqu’au prochain rendez vous. Il est donné par les supporters des deux camps lors du retour, à travers un impressionnant cordon de policiers. 

     Ce derby de l’Est Anglie me laisse un très bon souvenir. Une belle ville, un stade typique, une grosse ambiance, un match disputé. Le foot comme on l’aime. 

     Il est temps de rentrer, avec la visite du Priestfield Stadium, stade de Gillingham, équipe de League One, sur le retour. 

Laisser un commentaire