Sign in / Join

On était à Elland Road pour Leeds United - Ipswich Town

Le stade7
Le football7
Le public et les gens8
Les alentours du stade3
La ville8
L'expérience Groundhopping7.5
6.8

Attraction de ce début de saison en Championship, le Leeds United Football Club (LUFC) de Marcelo Bielsa a retrouvé ce 24 Octobre la première place de Championship au terme de la réception d'Ipswich Town. Ça tombe bien : nous y étions. Ayant fait de la plus grande ville du Yorkshire mon pied à terre pour l'année scolaire, les visites à Elland Road risquent de se multiplier.

Le rituel est le même à chaque fois : un départ de l'Université de Leeds pour rejoindre à pied Elland Road. Si le trajet peut paraître long - comptez 45 bonnes minutes -, il a l'avantage de permettre aux touristes de saisir ce qu'est la ville de Leeds. A savoir un centre-ville hyperactif, gorgé de centres commerciaux tous aussi magnifiques les uns que les autres... Puis un "vieux" Leeds, véritable vestige du caractère ouvrier de cette ville. Deux aspects très prenants et fascinants, sans que l'on ne puisse en dégager de véritable frontière.

Si vous n'avez pas la chance de visiter cette ville, peut-être pourrez vous effleurer cette atmosphère en lisant deux des passionnants ouvrages d'Anthony Clavane : Promised Land : The Reinvention of Leeds United (2010) et A Yorkshire Tragedy: The Rise and Fall of a Sporting Powerhouse (2016). Notons que si le trajet est assez sympathique, l'emplacement du stade ne peut que décevoir : proche des grandes voies routières, il n'est malheureusement entouré que de quelques timides restaurants / bar.

 

Leeds United

Panorama d'Elland Road, pris lors du match contre Brendtford.

Il s'agissait là de mon premier match à Elland Road en semaine, après les réceptions de Birmingham et de Brentford. Rapidement, un constat s'impose : si la foule s'est une nouvelle fois déplacée en masse, le public est différent. Là où les matchs du week-end laissent apparaître un public très familial, avec beaucoup d'enfants âgés de moins de 10 ans, cette réception d'Ipswich en milieu de semaine attire beaucoup plus de "vieux de la vieille", plus intéressés par leur club que par la Ligue des Champions. Un constat rapidement confirmé par mon voisin d'un soir, abonné depuis près de 20ans et m'assurant que c'était sur ce genre de match que j'allais découvrir le "vrai" Leeds United.

Pour l'occasion, j'ai fais le choix de prendre mon billet en North Stand, une des deux tribunes debout du stade. Un billet qui m'est revenu au prix de 21£ grâce à mon statut d'étudiant (au lieu de 26£ en plein tarif), mais qui n'en demeure pas moins bien plus cher qu'en France... Mais se révèle un prix plutôt correct en Championship. A cela on rajoute le prix de la restauration (il y a quelques boutiques de sandwich hors du stade, une enseigne McDonald's à côté et évidemment de la restauration à l'intérieur), ce qui nous fait donc une bonne soirée de Championship pour environ 30£.

Malgré un horaire peu évident (19h45 un mercredi soir de Ligue des Champions), les tribunes sont plutôt garnies... A l'exception de la tribune visiteuse.

Le Championship justement. Championnat particulier, où tout le monde s'accorde à dire qu'il n'y a pas de petite équipe et que chaque match peut se transformer en piège. C'est la peur à Elland Road pour l'occasion : Ipswich Town n'a remporté qu'un seul match cette saison... Mais c'était sur la pelouse de Swansea, solide équipe de Championship. En outre, le Leeds de Marcelo Bielsa connaît son premier ralentissement de la saison : 1 seule victoire sur les 5 derniers matchs ! Mais, symbole de ce championnat imprévisible, Leeds peut reprendre la tête du championnat en l'emportant si West Brom s'incline sur sa pelouse, face à Derby County. Tout cela tend à installer une certaine tension dans ce magnifique écrin de 37 000 places, mais n’accueillant que 29 100 personnes pour ce match.

Mais comme me l'avait prédit mon voisin d'un soir, l'ambiance est au rendez-vous. Davantage que pour les matchs du week-end, qui attirent pourtant plus de monde. Hormis le Marching On Together qui accompagne l'entrée des joueurs, le stade m'a paru parfois endormi attendant d'être "contaminés" par les joueurs et le jeu. Pas ce soir : c'est du début à la fin que le stade va chanter - dans un répertoire plus ou moins varié -, emmené par les deux tribunes situées derrière les buts. Et pourtant !

Les 20 premières minutes du match n'ont fait que confirmer l'impression de match piège : étouffés par une équipe bien plus physique, les hommes de Marcelo Bielsa ont peiné à construire quoi que ce soit. Et puis subitement, une fulgurance collective : sur une récupération haute, le bloc offensif de Leeds déstabilise totalement une équipe d'Ipswich jusqu'ici bien en place... Et qui concède l'ouverture du score par Kemar Roofe, sur un merveilleux centre de Pablo Hernandez. Deux joueurs tout juste revenus de blessure, et dont l'absence explique partiellement le coup de mou traversé par le club ce dernier mois.

Cette ouverture du score, combinée à l'avantage pris par Derby County sur la pelouse de West Brom, va permettre à Leeds de remonter sur la première place du classement et va logiquement enflammer le stade. Un stade qui va être pleinement récompensé : face à une équipe d'Ipswich certes bien pâle, Leeds United déroule son jeu et régale. Si Marcelo Bielsa a compté 10 occasions de but franches, vu des tribunes ce chiffre paraît bien bas. Seule l'efficacité manque, malgré le 2ème but de Leeds suite à une belle combinaison.

Mais assurément, si vous voulez voir du beau football cette saison il faut passer du côté d'Elland Road. En semaine si possible. Et alors, peut-être aurez vous l'occasion de clamer avec l'ensemble du stade "We're Leeds United, we're top of the league" en fin de match, mais également sur le chemin du retour - moment privilégié pour converser avec de parfaits inconnus d'une amabilité remarquable. Et même si ce n'est pas le cas, qu'importe : vous aurez pu visiter un des meilleurs stades d'Angleterre, dans une ville superbe et chargée d'histoire. Un régal !

Laisser un commentaire