Dejan Veljkovic, Mogi Bayat : séisme dans le football belge 

"Footgate", "opération mains propres" ou encore "opération zéro". Peu importe le terme utilisé, le football belge est en pleine crise. Des matchs truqués, des arbitres achetés et des millions deuros ont été détournés. Après des mois denquête, la triste vérité éclate enfin au grand jour.

 

Mercredi 10 octobre, le football belge se réveille avec la gueule de bois. Une vague de perquisitions a été menée par la police dans des clubs de première et de deuxième division. De nombreux grands noms sont interpellés. Parmi eux, l’ancien manager d’Anderlecht Herman Van Holsbeeck, l’entraîneur de Bruges Ivan Leko, les deux arbitres les plus réputés du pays Sebastien Delferiere et Bart Vertenten ou encore deux journalistes néerlandophones. Et puis surtout, les deux agents régnant sur le football belge : Mogi Bayat et Dejan Veljkovic.

Les médias s’enflamment, les rumeurs enflent de toutes parts, les réactions se multiplient et les raccourcis faciles sont vite effectués. Les termes de corruption, trucage, blanchiment d’argent et organisation criminelle sont évoqués. 3 semaines plus tard, qu’en est-il vraiment ? TLMSF fait le point sur le séisme qui s’abat sur le foot belge.

 

Mogi Bayat

 

Blanchiment dargent et montages financiers 

Pour comprendre cette affaire, il faut la séparer en deux volets : le dossier sur Dejan Veljkovic et celui concernant Mogi Bayat.

 

Mogi Bayat est un personnage bien connu dans le monde du football belge. Il est arrivé à Charleroi en 2003 en tant que directeur général lorsque son oncle a racheté le club. Il se reconvertit quelques années plus tard en agent de joueur et s’impose rapidement comme le roi du mercato en Belgique. Il a ses entrées dans de nombreux clubs comme Anderlecht, Gand, Charleroi, Watford ou encore Nantes et possède un portefeuille de joueurs impressionnant. Dès qu’un deal s’annonce compliqué, on fait appel à Mogi. Il devient aussi omniprésent sur la scène médiatique, multipliant les Tweets et les apparitions télévisuelles.

 

 

Oui, mais voilà. Mogi Bayat ne serait pas tout blanc et a été inculpé pour blanchiment d’argent. L’ancien dirigeant carolo aurait manipulé les transferts de certains joueurs afin de maximiser ses frais d’agent. Pour cacher ces manipulations aux clubs et aux joueurs concernés, il aurait eu recours à des agents de joueur complices en Angleterre, au Luxembourg et en France. Ce n’est pas tout, Mogi Bayat est aussi soupçonné d’avoir offert des montres de luxes frauduleusement dédouanées.

En France, et plus particulièrement à Nantes, Mogi Bayat est loin d’être un inconnu. Régulièrement présent à La Beaujoire les jours de match, c’est lui qui y a amené Guillaume Gilet, Joris Kayembe, Yassine El-Ghanassy, Kalifa Coulibaly ou encore plus récemment Kara Mbodji et Anthony Limbombe. C’est d’ailleurs le transfert de l’ancien ailier gauche brugeois qui a retenu l’attention de la justice. Celle-ci soupçonne une transaction financière frauduleuse dans laquelle Mogi Bayat et Fabien Camus, ex-joueur lui aussi inculpé dans le Footbelgate, seraient impliqués.

 

Dejan Veljkovic

 

Dejan Veljkovic est, lui, bien moins connu par le grand public. Discret, le Serbe de 48 ans est néanmoins très influent dans le football belge, spécialement dans les clubs de Malines et de Lokeren où il est considéré comme l’agent maison.

La justice l’accuse d’avoir mis en place des montages financiers en concertation avec certains clubs de l’élite belge dont Malines, Genk, Lokeren, Bruges ou encore le Standard dans le but de toucher des commissions cachées et offrir une rémunération à certains joueurs ou entraîneurs.

C’est notamment le cas d’Ivan Leko. Alors entraîneur de l’OHL, le Croate aurait reçu de l’argent provenant de comptes chypriotes de Veljkovic.
Peter Maes, licencié il y a quelques jours par Lokeren, a lui aussi été interpellé après que les enquêteurs aient découvert une photo sur Facebook d’un garagiste dans laquelle Maes reçoit une Audi A1. On y aperçoit Veljkovic en arrière plan, celui-ci ayant fait bénéficié à l'entraîneur belge d’une réduction.

 

Matchs truqués et arbitres corrompus

 

Je vais essayer quHanni ne soit pas suspendu"

L’histoire ne s’arrête pas là. En se penchant sur les appels téléphoniques de Dejan Veljkovic, les enquêteurs y ont découvert un tout autre dossier. L’agent serbe, mis sous écoute pendant des mois, aurait eu de nombreux contacts avec Sebastien Delferiere et Bart Vertenten.

Ces écoutes ont permis de découvrir que Delferiere accepte des cadeaux de la part de Veljkovic : 10 000 euros pour l’école de football de l’arbitre liégeois, l’ouverture d’un compte à la naissance de son fils ou encore une réduction pour l’achat d’une voiture. Evidemment, il y a des contreparties. Ainsi, lors d’une conversation téléphonique datant de février 2018, Delferiere aurait dit à Veljkovic :Je vais essayer quHanni ne soit pas suspendu". Inutile de préciser qui est l’agent de l’ancien joueur anderlechtois.

Concernant le versement de 10 000 euros, l’avocat de l’arbitre précise que “c’est parfaitement légal” et que son client “n’a rien à se reprocher. Celui-ci a d’ailleurs été libéré sous conditions.

 

Sebastien Delferiere et Bart Vertenten

 

Dans la lutte pour le maintien opposant Eupen à Malines, Veljkovic avait tout intérêt à ce que ces derniers se sauvent au vu du grand nombre de joueurs de son écurie dans les rangs malinois. Alors que l’Antwerp affronte Eupen quelques jours plus tard, Veljkovic appelle Bart Vertenten qui arbitrera la rencontre. Il insiste plusieurs fois sur l’importance d’une victoire anversoise, sans en dire plus car il pense être sous écoute. L'arbitre sifflera un penalty plus que discutable en faveur de l’Antwerp qui s’imposera 2-0. Après le match, Veljkovic se serait félicité de la phase au téléphone auprès de Thierry Steemans, directeur financier de Malines actuellement sous mandat d’arrêt, et du joueur malinois Mats Rits.

Le Serbe a néanmoins déclaré avoir seulement dit à Vertenten que ce serait mieux si lAntwerp gagnait sans lui avoir demandé de faire en sorte que ce soit le cas.

 

Autre rencontre suspecte, celle opposant Malines à Waasland Beveren. Dirk Huyck, président de Beveren, a avoué avoir refusé 200 000 euros de la part de Veljkovic pour ce match. Désormais à l’OHL, Olivier Myny a admis avoir aussi été approché par l’agent serbe dans le cadre de cette rencontre.

Au final, Malines sera tout de même descendu en deuxième division.

 

Et maintenant ?

 

Si la présomption d'innocence domine, cette affaire a déjà terni la réputation du football belge. Bart Vertenten et Sébastien Delferiere ont été exclus à vie par l’Union Belge, Malines risque la relégation, Leko et Van Holsbeeck ont été libérés sans conditions tandis que Mogi Bayat, Dejan Vejlkovic, Bart Vertenten ainsi que cinq autres suspects sont toujours en prison.

Une chose est sûre, l’enquête est loin d’être finie et il faudra attendre la fin de celle-ci avant de tirer des conclusions car la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain. L’opération properen handen (mains propres), comme on l’appelle en Flandre, ne pourra faire que du bien au football belge et on espère que le ballon rond sera rapidement à nouveau au centre des débats.

Laisser un commentaire