On était à Orléans/Grenoble, destins croisés et ambitions contraires

La Ligue 2 reste une division risquée pour tout club à budget moyen. Beaucoup de structures s'y sont cassés les dents à vouloir une masse salariale trop généreuse où garder son effectif pléthorique niveau Ligue 1 en promettant une remontée juste après une descente. Le match du jour oppose un club qui n'a rien à perdre contre un autre qui a tout perdu mais qui pourrait bien retrouver ses plus belles saisons.

Orléans n'a pas passé beaucoup d'années à ce niveau et la structure modeste de son stade le confirme. Le Stade de la Source n'est pas à Orléans mais à La Source (comme son nom l'indique). Il faut emprunter le tram pour y accéder. Une fois sur place, on retrouve le manque de moyens humains d'un club qui n'a pas l'habitude de voir son stade rempli: une queue sans fin pour acheter des places pour le match (tellement longue que l'on se demande s'il en reste). Le problème des coups d'envoi à 15h selon moi. Cela m'était arrivé à Troyes il y a un an et demi (pas pour un grand match sur le papier pourtant: l'ESTAC accueillait ce jour-là Amiens et avait battu le futur promu 4-0), la demande pour les billets fut tellement énorme que j'avais raté le premier quart d'heure. Rebelote pour Orléans. Va-t-on enfin prendre l'habitude des matches l'après-midi en France? Je continue à l'espérer mais si les clubs se satisfont des droits télé et se foutent des revenus de la billetterie alors probablement pas...

Bref, le 1er quart d'heure manqué, je me rends vite compte de la supériorité grenobloise ce qui est surprenant vu la forme des hôtes (6 victoires de rang au coup d'envoi de ce match, toutes sans encaisser de but). Grenoble est juste au-dessus dans les duels, dans les enchaînements et dans l'état d'esprit. On sent simplement de très fortes limites lorsque l'on regarde Orléans jouer. Faut-il y voir une extrême pauvreté des équipes qu'elle a battus? Non pas forcément (enfin sauf le Red Star) car on sent l'équipe qui joue sans réel plan de jeu et sans volonté de le produire. Être derrière au tableau d'affichage doit sans doute être synonyme de défaite pour cette équipe (je n'ai pas vérifié les faits c'est juste un point de vue). Grenoble par contre possède de bons éléments sur tous les compartiments du jeu et peu aborder le reste de la saison avec optimisme (à moins de se faire piller au mois de Janvier).

Parlons-en de Grenoble. Depuis la liquidation judiciaire, j'ai pu aller les voir sur le terrain de l'Entente Sannois Saint-Gratien la saison dernière en National 1 et ils m'avaient donné l'impression d'une équipe montant en puissance sur le terrain et avec des épaules plutôt solides pour la montée. C'est l'impression qu'ils m'ont fait à Orléans mais y arriveront-ils? Ils ont failli tout foutre en l'air la saison dernière en ayant besoin d'un barrage L2/N1 contre Bourg-Péronnas pour assurer la montée et cette fois il s'agit de monter dans l'élite avec des gros poissons comme Metz, Lens, Brest ou encore Lorient (même si je sens les hommes de Landreau toujours trop fragiles pour garder le rythme jusqu'au mois de Mai (mais mieux armés que la saison dernière où c'était juste pas possible). Le club du 38 pourrait être la surprise que personne n'attend...

Laisser un commentaire