Sign in / Join

Tony Chapron, arbitre et chantre de la déconstruction

Titre : Enfin libre !
Auteur : Tony Chapron
Prix : 19€ (13,90€ en ebook)
Edition : Arthaud

Introduction

Il est très rare qu’un arbitre prenne la parole pour se défendre ou tout simplement pour expliquer des décisions. Alors que l’on reproche à longueur de temps et, à mon sens, de manière un peu absurde leur absence de pédagogie aux arbitres, on oublie bien souvent qu’ils sont véritablement soumis à des principes qui n’ont rien à envier à l’omerta. C’est dans cette optique qu’Enfin libre !,  l’ouvrage publié par Tony Chapron, constitue une véritable bouffée d’oxygène en même temps qu’une fenêtre ouverte sur un monde qui est souvent vertement critiqué mais qui, finalement, est très peu connu. En se plaçant dans une démarche bien plus systémique qu’individuelle, l’ancien arbitre international nous permet de mieux appréhender la réalité de l’arbitrage et de tout ce qui l’entoure (instance, médias, joueurs, etc.) dans notre pays. Ce faisant, c’est à une véritable entreprise de déconstruction à laquelle il s’attelle. Doté d’un bagage culturel et universitaire certain, Tony Chapron apparait comme très éloigné de la caricature qui a été faite de lui tout au long de sa carrière, lui qui était vu comme un cow-boy quelque peu méprisant.


Chapitres

A découvrir


Avis de la rédaction

Avis de la rédaction8/10

 

Si l’ouvrage à une forte portée autobiographique par moments, celle-ci n’est pas présente pour faire joli ou pour jouer le rôle de décor. L’ensemble ou presque des éléments autobiographiques sont utilisés à des fins illustratives pour démontrer les écueils rencontrés par l’arbitrage dans notre pays. Tantôt mis à contribution pour relater la violence à l’égard des arbitres dans le monde amateur, tantôt utilisé pour illustrer le copinage et la connivence qui existent dans le monde de l’arbitrage professionnel – à cet égard l’explication des méthodes de classement des arbitres et de la raison de l’instauration d’une note dite de vie scolaire par l’auteur est très intéressante – ces éléments autobiographiques culminent assurément avec l’évocation du fameux croc-en-jambe effectué sur Diego Carlos et de la tempête médiatique qui s’en est suivi. Plutôt que se complaire dans une posture victimaire, Chapron utilise cet élément pour démontrer l’absurdité du devoir de silence des arbitres et plus encore de la posture politique (au sens premier du terme) des commissions de disciplines. Tout au fil de l’ouvrage – dont la lecture peut parfois désarçonner par le ton quelques fois arrogant adopté par l’auteur – l’on découvre les arcanes de l’arbitrage français, allant des petits arrangements entre amis à la méconnaissance des règles par le grand public (et les principaux médias) en passant par le dénigrement continu des arbitres en général, des rebelles en particulier ou l’utilisation de la VAR. Cette gigantesque fresque de l’arbitrage français fait indubitablement froid dans le dos et permet assurément de porter un autre regard sur le métier qui est celui de ces personnes. L’on peut toutefois regretter l’absence d’une partie explicitant les règles du jeu. Tony Chapron déplore effectivement lourdement la méconnaissance crasse des règles – point sur lequel je le rejoins – y compris au sein des cénacles médiatiques qui s’occupent de descendre chaque semaine les arbitres malheureusement il ne propose pas de discours didactique permettant d’appréhender lesdites règles dans une démarche d’éducation populaire. L’un des grands points forts de l’ouvrage est en revanche le fait que toute la dernière partie est consacrée aux propositions de Tony Chapron pour améliorer la situation. Si je ne partage pas toutes ses orientations, cette partie à le mérite d’ouvrir le débat et la réflexion sur le sujet. En tous les cas, nous sommes selon moi en présence d’un de ces livres qu’il faut lire même si on peut en ressortir quelque peu décontenancé. Peut-être sa lecture permettra de comprendre la difficulté du métier d’arbitre et d’arrêter d’insulter à tout va à la suite de décisions qui ne nous plaisent pas.

 

Précision : la note donnée ne saurait être objective (je ne crois pas à l’objectivité) et ne reflète que mon avis.

 

Crédits photo: Le Parisien

Commander le livre


Intérêt football9.5
Style7
Accessibilité 7.5
8

Laisser un commentaire