lun. Déc 16th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

50 nuances de Football Manager.

5 min read

Football Manager. Le jeu chronophage que tous les amateurs de foot connaissent. Une vingtaine d’années d’existence, plusieurs studios, des changement de noms (Championship Manager, L’Entraineur, Football Manager) mais une passion intacte. Un jeu hyper détaillé qui vous met dans la peau d’un entraîneur/président/manager/directeur sportif/recruteur/gourou d’un club de foot. Et des millions de possibilités offertes au joueur. Mais c’est aussi un jeu qui rend fou. Pourquoi ? Pour toutes ces raisons, et bien d’autres :

1) Je mets 8 heures à choisir les championnats jouables au début de ma partie.

2) Je peux refaire une partie après 2 minutes de jeu seulement parce que j’ai oublié la D2 Norvégienne et qu’il y a un joueur que j’adore qui y joue. (Couillon, on peut « Ajouter des championnats » maintenant, note de l’éditeur)

3) Ma partie me saoule au bout de dix minutes donc j’en recommence une parce que même si ça ne fait que trois jours dans le jeu, il y a eu plein de transferts et bon, la partie est faussée. On n’est pas là pour s’amuser.

4) J’ai déjà testé quasiment tous les championnats exotiques (de l’Inde au Pérou) mais j’ai rarement dépassé le mois de septembre pour chacun d’entre eux

5) J’ai saigné du nez en lisant le règlement de la MLS. Mais j’ai quand même essayé. Et puis en fait, non. 

6) Et j’ai réussi à ne signer aucune star là-bas hormis Michaël Isabey à 48 ans.

7) Je ne garde jamais l’adjoint de base parce que j’ai peur qu’il me trahisse.

8) Je prends toujours un ancien joueur en adjoint. Un gars qui connait le foot quoi. #Crédibilité

9) Si possible une star genre Edgar Davids ou Eric Cantona.

10) Je prends aussi un ancien joueur en directeur sportif. Sinon y aurait pas marqué « sportif ».

11) J’essaye toujours de prendre le plus de femmes possible dans mon staff. Parce qu’on est 2015 quand même, s’agirait de vivre avec son temps.

Eva-Carneiro

12) Mais il n’y a que des kinés avec des notes de 7. Que je signe quand même. Pour la parité.

13) Je m’abonne à Eva Carneiro pour savoir quand elle est en fin de contrat.

14) Je laisse toujours mes adjoints gérer l’entraînement. J’ai pas signé pour sentir la sueur sur les chasubles.

15) Je prends que des mecs de 60 piges dans le staff mais j’m’en fous, j’ai 5 étoiles partout.

16) En général, je supervise 854 petits jeunes prometteurs et je signe toujours Gabriel Barbosa au final.

17) Ou Eder Balanta. (Ou Luciano Vietto, note de l’éditeur, qui recommande aussi Alberto Cerri, et Mats Daehli)

18) Si j’arrive dans un nouveau club en milieu de partie, je refais signer des contrats à tout le monde en faisant ma pince. Je baisse les salaires et j’enlève les augmentations annuelles de salaire. C’est Guy Roux qui m’a appris.

19) J’ai déjà ajouté un entraîneur à Man City juste pour m’auto-acheter une merde à 200M.

20) J’essaye toujours d’avoir un club de chaque continent dans les clubs affiliés. World Wide.

21) Et je me désaffilie des clubs que j’aime pas.

B89HJ_QIgAArTdR

22) En début de partie, je me dis toujours que je garde l’effectif de base.

23) Et je commence toujours la saison avec 14 nouveaux joueurs qui n’ont jamais joué ensemble.

24) Mon Noël à moi c’est le 1er janvier quand on peut choper des mecs libres dans 6 mois. (Le 29 Décembre pour être précis, note de l’éditeur, décidément bien intrusif sur cet article)

25) Quand un mec ne veut pas prolonger avant le 31 décembre et signera ailleurs en fin de contrat, je le fous toujours en réserve. Salopard.

26) Et avec des amendes, dès que je peux.

27) Je fais aussi signer ses personnes préférées et je leur fais pareil.

28) Le mec me met un triplé dès que je joue contre sa nouvelle équipe. Même si c’est Sochaux.

29) Du coup je me renseigne sur lui, il a pas l’air mauvais en fait.

30) Je n’aime pas avoir 1 million restant pour le mercato, je préfère prendre n’importe quelle connard en prêt. Au cas où.

31) Je me fais un peu chier quand je prends une sélection nationale. C’est long. Tiens, un match. C’est long.

32) Donc je prends un club en plus.

33) Et du coup c’est beaucoup trop long et je change de partie.

34) À chaque partie je me dis « allez cette fois j’essaye d’avoir une bonne note en communication et je réponds à toutes les conférences de presse ».

35) Et à la deuxième de la saison, j’envoie l’adjoint.

football-manager-2014-art-520e4bb812958

36) Je mets toujours 10 tireurs de penalty. Même si le dixième a généralement une note de 5 en penalty, on sait jamais.

37) C’est toujours mon attaquant en premier dans la liste des tireurs, même si ce n’est pas lui le mieux noté.

38) Mon effectif dépasse rarement 25 ans de moyenne d’âge.

39) Quand je recrute un goal, il n’a jamais plus de 23 ans. Comme ça je suis tranquille pour dix ans.

40) Mais finalement j’en change l’année d’après parce que j’ai pas oublié la boulette contre Sedan en Coupe de la Ligue.

41) J’ai beau me forcer à vouloir faire une carrière dans mon club, dès qu’un grand me contacte, je suis tenté.

42) « Putain ils ont un effectif de ouf quand même, ça peut être cool ».

43) « Bon bah autant refaire une partie avec eux ».

44) Je ne vends jamais personne à Mourinho. Crève.

45) Je ne joue jamais les matchs amicaux non plus. Ça sert à rien.

46) Je peux passer trois heures à regarder les historiques des joueurs.

47) Et leurs nationalités. « Ah tiens plus que 448 jours pour qu’il soit hollandais celui-là ».

48) Je ragequit très souvent. Surtout contre Sedan.

49) J’appuie parfois sur espace pour aller pisser dans les matchs à enjeux.

50) J’attends le prochain avec impatience.

En attendant, l’opus 2015 est à moins de 30€ et vous permettra, avec ses nombreuses mises à jour, de vous tenir en haleine jusqu’en Octobre.

4 thoughts on “50 nuances de Football Manager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.