mer. Juin 19th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Liga MX : Apertura – 10e journée : la violence s’invite dans le football

9 min read

mexique

L4yun fait des siennes, Léon sombre, tandis que la violence s’invite dans le football

 

La 10ème journée de Liga MX a donné lieu à des confirmations, comme l’échappée de l’América, les difficultés des Pumas à tenir un résultat et la chute libre du champion Léon FC. Mais surtout, la confirmation que le Mexique est gangrené par la violence, à tel point que le football en a été victime ce week-end.


Le match bien pimenté :

Santos-América (1-4), Estadio Corona, Torréon.

Le duel de cette dixième journée voyait l’América se déplacer sur le terrain du Santos. Il s’agissait du retour au Stade Corona du serial buteur Oribe Peralta, auteur de 97 buts avec le maillot vert et blanc. L’attaquant international avait annoncé que s’il venait à marquer, il ne fêterait pas ses buts. Il n’en fut rien. C’est Miguel Layún, le latéral gauche de l’América et de la sélection nationale qui s’est fait remarquer, en inscrivant un quadruplé incroyable.

Oribe Peralta nettoie le soulier de Miguel Layun source:Mediotiempo
Oribe Peralta nettoie le soulier de Miguel Layun source:Mediotiempo

Profitant des boulevards laissés par la défense de Santos et des cadeaux de l’ancien gardien international Oswaldo Sanchez, sur corner, sur contre ou en mode renard des surface, le latéral gauche s’est fait plaisir dans une soirée magique. Après les trois buts du capitaine, Carlos Izquierdóz a redonné espoir aux supporters du Stade Corona mais Miguel Layún est venu crucifier les joueurs de Caixinha. Le coach de Santos avait préalablement lancé les hostilités médiatiquement en assurant que l’América était favorisé par les arbitres. Le capitaine de l’América s’est senti vexé et à sorti le grand jeu pour lui fermer le clapet. Très bon centreur et très intelligent, il aurait sa place dans n’importe quelle équipe de Ligue 1.


Pour le reste:

Rayados-Atlas (2-1), Estadio Tecnologico, Monterrey.

Dans ce match de haut de tableau, le troisième accueillait le second. Lucas Silva a permis à son équipe de mener de deux buts au bout de 25 minutes, grâce au bon travail de Dorlan Pavon sur le flanc gauche. La deuxième mi-temps a été pauvre en occasions. Ce n’est qu’à la 83ème que les joueurs de l’Atlas ont pu revenir au score grâce à Edgar Castillo, d’une frappe déviée de l’extérieur de la surface.

Avec cette victoire, les Rayados de Monterrey reprennent la seconde place à l’Atlas, et il faudrait désormais un séisme pour qu’ils ne soient pas présents lors des play-offs au mois de Novembre. Malgré cette défaite, les Zorros de Guadalajara se retrouvent tout de même en troisième position, place pour laquelle les supporters auraient signé des deux mains en début de saison.

lucas-silva-sorprendio-apenas-a-los-ocho-minutos
Lucas Silva, buteur face à l’Atlas     source: Mediotiempo

Veracruz-Tijuana (1-0), Estadio Luis « Pirata » Fuente, Veracruz.

C’est Daniel Villalva, le jeune argentin formé à River Plate qui a inscrit le seul but de ce match assez fermé, à la 22ème minute de jeu. Avec ce succès, les Tiburones Rojos ( Requins Rouges ) de Veracruz se donnent de l’air au classement du pourcentage avec 1.0682 de moyenne. Concernant le classement général, Veracruz et Tijuana se situent respectivement 13ème et 12ème, et n’ont pas vraiment la gueule d’équipes pouvant terminer dans les huit premiers.

Pumas-Jaguares (2-2), Estadio de la Ciudad Universitaria, Mexico.

Les Pumas ont de nouveau montré leur faiblesse mentale en ne conservant pas leur résultat. La semaine dernière, après avoir mené 3-0 ils s’étaient fait rattraper en fin de match mais avaient tout de même empoché les trois points (2-3). Il y a deux semaine, ils avaient été rejoins par leurs camarades des Tigres de l’Université de Nuevo Léon (2-2). Le même scénario s’est déroulé ce week-end face aux modestes Jaguares de Chiapas.

Ismael Sosa et Eduardo Herrera avaient permis à la UNAM de mener grâce à deux très beaux buts collectifs. Mais incapables de gagner à domicile depuis cinq mois, les Pumas se sont liquéfiés une nouvelle fois. Diaz a d’abord marqué d’une frappe du droit imparable. Puis le portier Alejandro Palacios, dit « Pikolin » s’est fendu d’une bourde remarquable pour laisser Nava égaliser sur coup-franc. En plus de montrer les faibles capacités mentales de cette équipe à pouvoir tenir un score, cette mauvaise période devrait obliger le staff et les dirigeants à remettre en cause leur défense et leur gardien, auteur de nombreuses erreurs ayant accouché d’un nouveau mot dans le jargon mexicain: un pikolinazo. Palacios, l’Arconada mexicain.

Pumas-Jaguares (2-2) tous les buts, et des beaux !

Querétaro-Toluca (1-1), Estadio La Corregidora, Querétaro.

Dans un match intéressant, le club de Ronaldinho a partagé les points avec Toluca, un score qui n’arrange pas grand monde. En seconde période, le Paraguayen Pablo Velazquez a ouvert le score de la tête suite à un corner. Puis Querétaro a obtenu un pénalty à la 47ème. A la surprise générale des footix, ce n’est pas Ronaldinho qui l’a transformé, mais l’autre brésilien, Camilo Sanvezzo, le vrai meilleur joueur des Gallos Blancos.

Avec ce résultat, Toluca reste bien placé pour se qualifier et pointe à la quatrième place. Pour Querétaro, après l’engouement autour de l’arrivée du Ballon d’Or 2005, il va falloir travailler dur et obtenir de bons résultats afin de garder cette sixième place, synonyme de play-offs, qui serait inédite pour les Gallos Blancos.

Cruz Azul-Léon FC (1-0), Estadio Azul, Mexico.

Après une longue période sans victoire, les joueurs du Cruz Azul ont arraché une victoire face à de pauvres joueurs du Léon en perdition. L’Argentin Mariano Pavone a inscrit le seul but de ce match après une incompréhension dans la défense Esmeralda. Ce match a été très décevant, tant les occasions furent aussi rares que le rythme élevé.

Coincés dans la deuxième partie de tableau, il est fort probable que ces clubs phares du championnat mexicain n’accèdent pas aux play-offs. Le Cruz Azul est trop inconstant, et n’a pas de fond de jeu. Le Léon CF quant à lui est complètement perdu et trouve le temps long. Vivement le retour de Luis Montes et le prochain tournoi de Fermeture en 2015 pour le champion en titre … un statut que Léon pourrait ne pas retrouver de si peu.

Pachuca-Tigres (2-3), Estadio Hidalgo, Pachuca.

Dans un excellent match, le club des Tigres de Monterrey est allé chercher une très belle victoire sur le terrain compliqué de Pachuca. Matias Alustiza a d’abord ouvert le score pour les locaux de la tête après un bon centre venu de la gauche. Puis Joffre Guerron a commencé son show sur l’aile droite des Tigres. D’abord en égalisant d’une frappe du gauche soudaine qui est venu mourir dans la lucarne opposée, juste avant la pause. Puis en centrant pour « Tito » Villa qui a idéalement servir Gerardo Lugo pour le 2-1 (56ème). Le capitaine et défenseur central Juninho ( aucun rapport) a ensuite aggravé le score en inscrivant le troisième but sur un pénalty concédé par le jeune Hirving Lozano (71ème). Mais ce dernier s’est rattrapé en obtenant le pénalty qu’Ariel Nahuelpan a transformé à dix minutes du terme.

Pachuca réalise clairement la mauvaise opération du week-end en laissant s’échapper un concurrent au classement et en basculant à la neuvième place, synonyme de non-qualification pour les play-offs. Le club de l’Université Autonome de Nuevo Leon, quant à lui, se positionne clairement pour les play-offs et sera une équipe difficile à éliminer.

Universidad de Guadalajara-Morelia (1-2), Estadio Jalisco, Guadalajara.

Dans ce match de bas de tableau, le 17ème recevait le 18ème. Malgré la place du cancre, le Morelia n’est absolument pas menacé par la descente, à la faveur d’une bonne moyenne et des bons tournois précédemment disputés. Les Monarcas ne se sont pas privés pour choper les trois points au Stade Jalisco et confirmer les difficultés qu’auront les joueurs de la UdeG pour se sauver.

Marc Crosas, formé au Barça et passé par l’OL le temps d’un semestre il y’a plusieurs années avait relancé l’Université de Guadalajara à la 72ème minute grâce à une superbe volée, mais ce fut insuffisant pour rattraper les deux buts d’avance pris par Morelia en première mi-temps.

L’enjeu pour Morelia est de rapidement terminer cette Ouverture 14 et se reconstruire pour mieux appréhender les prochains tournois. Les Leones Negros, avec une moyenne de 0,6 points par matches sont dans l’obligations de vaincre pour survivre.

Chivas de Guadalajara-Puebla (0-0), Estadio Omnilife, Guadalajara.

En cloture de cette 10ème journée, joueurs de Chivas et de Puebla nous ont offert un triste spectacle avec peu de beau jeu et peu d’occasions. Les seules actions intéressantes ne furent pas des buts et se sont toutes déroulées en seconde période . Angel Reyna a vu son pénlaty être arrêté au retour des vestiaires par le gardien de Puebla. Puis à la 67ème, le défenseur central des Chivas Nestor Vidrio a été expulsé pour une semelle. Six minutes plus tard, les joueurs de Puebla se retrouvaient également à 10 puis Israël Castro, le vieux milieu de terrain rojiblanco laissait de nouveau les joueurs des Chivas en infériorité numérique.

La crise s’aggrave pour les Chivas qui se retrouvent dans les profondeurs du classement. Le jeu est pauvre, les vieux n’arrivent pas à tirer les jeunes vers le haut, et seul Caros Fierro, le champion du monde U17 en 2011 surnage. Les Chivas et le Puebla FC restent à la lutte pour ne pas descendre. Avec respectivement 1.0649 et 1.0256 au classement du pourcentage, ils survivent grâce au mauvais début de saison de la UdeG qui stagne à 0.600.

rouge direct pour Nestor Vidrio (Chivas) source:Mediotiempo
rouge direct pour Nestor Vidrio (Chivas)    source:Mediotiempo

La telenovela du week-end:

Touché par une vague de violence depuis la prise du pouvoir du Parti d’Action Nationale en 2006, le pays souffre. Conséquence directe de la guerre des cartels dans le nord du pays, la violence généralisée est venu s’immiscer dans le football. Ce week-end, le fléau de la guerre est venu toucher de plein fouet ce qu’il y a de plus ingénu: le football amateur. Dans l’état du Guerrero, au sud de Mexico, la violence fait rage depuis de nombreux mois, où le Cartel des Chevaliers du Temple se dispute des territoires avec le Cartel du Pacifique Sud.

Aux premières heures de ce samedi, le bus du club de troisième divison des Avispones de Chilpancingo a été victime d’un mot désormais trop commun: une balacera. Une fusillade. L’attaque survenue à l’aube a été perpétrée par un commando armé, et les différents médias ne s’accordent toujours pas sur le vrai nombre de morts. Certains en avance deux, la majorité trois. Un joueur mineur nommé David García Evangelista et le chauffeur du bus sont les deux victimes confirmées.

image_content_detalle_nota_10129286_20140929095040
une scène devenue tristement commune au Mexique                                 source: Récord

Des message de soutien ont été envoyés depuis le Yucatan, jusqu’à Tijuana en passant par le centre du pays. Le gouverneur de l’Etat de Guerrero, le président de la Fédération Mexicaine de Football ( la Femexfut) ont montré leur soutien. Mais signe que les fusillades, prises d’otages et règlements de comptes sont aussi fréquents que les erreurs de Pikolin, aucun match n’a été suspendu et les championnats de 1ère, 2ème et 3ème division se dérouleront comme si de rien n’était le week-end prochain. La vie et le football suivent leurs cours, dans cette « Dictature Parfaite » où se réveiller au chant des mitraillettes est devenu une habitude.

1 thought on “Liga MX : Apertura – 10e journée : la violence s’invite dans le football

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.