mer. Août 12th, 2020

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

L’Olympique de Marseille, la vingtaine pathétique

3 min read

26 mai 1993,

Deschamps soulève la Coupe des Clubs Champions à Munich.

14 avril 2012,

Deschamps soulève la Coupe de la Ligue à Paris.

19 années se sont écoulées entre ces deux trophées. 19 ans de victoire et de liesse populaire, certes. Mais ces 19 années ont surtout été remplies de déception et d’amertume. Le palmarès durant cette période : champion de France 2010, triple vainqueur de la Coupe de la Ligue 2010-2011-2012, double vainqueur du Trophée des Champions 2010-2011 et vainqueur de la Coupe Intertoto 2005. Hormis cette dernière victoire qui a la valeur qu’on veut bien lui donner, l’OM doit son palmarès moderne à un seul homme, Didier Deschamps. Sans lui, le grand Olympique de Marseille aurait gagné moins de trophées officiels que Sochaux ou Bastia.

source : www.20minutes.fr
source : www.20minutes.fr

19 ans, 23 entraîneurs (dont les inoubliables Philippe Troussier, Zoran Vujovic ou Abel Braga), 6 présidents, des centaines de joueurs dont certains auront marqué le Vélodrome à jamais :

– Christian Gimenez et ses 2 buts en 33 matchs.

– Andres Mendoza, le Condor perché trop haut pour être utile

– Koji Nakata et sa conduite de balle sous la neige encore dans toutes les mémoires.

– Dill, pathétique pendant 5 matchs.

– Stephano Torrisi, passeur décisive contre son camp pendant six mois.

J’aurai aisément pu en mettre bien d’autres :

Lizarazu, Alfonso, Montenegro, Morientes, Delfim, Koke, Krupoviesa, Fiorese, Nouma, Sommeil, Samassa, Sytchev, Chapuis, Fernandao, Pouget, Christanval sans oublier le grand Lamine Sakho.

Tout cela pour dire quoi ?

Et bien tout cela pour dire qu’après cette faste période qu’était l’ère Deschamps, le club olympien est proche de revenir dans cette sombre époque. Le tournant commence doucement à s’amorcer, les joueurs surcotés sont de retour, les Mendy, Morel, Imbula et autre Khalifa sont dans la place. Les ingrédients qui ont fait des années 2000 une purge se remettent en place. Problème, la fin risque d’être bien différente.

Le contexte extérieur a fortement changé depuis l’époque Courbis. Déjà, il n’y a plus le soutien du public. L’ancienne génération, capable des plus grandes ambiances, est sur le point de passer la main. La relève n’est malheureusement pas à la hauteur. Aucune ambiance lors d’un quart de finale de la Ligue des Champions contre le Bayern, par exemple ! Hallucinant !!

Les montées sportives et économiques de Paris et de Monaco ont changé la donne. Le bassin de supporters commencent à se modifier. L’effet « Seul club français à avoir gagner la LDC » commence à s’estomper, les jeunes générations ne jurent que par Zlatan ou Falcao. Allez demandez à un gamin qui a marqué le but de la victoire contre Milan ou qui était Chris Waddle. Mais ce n’est pas le seul problème.

Les choix sportifs à venir vont être cruciaux. Les dirigeants vont devoir se montrer très vigilants. Gare à ne pas finir comme Lens voir Strasbourg. Le choix de l’entraîneur va indiquer très clairement la direction que veut donner l’OM à son avenir. Des noms comme Zenden ou Villas Boas commencent à être murmurer, preuve que les idées saugrenues arrivent vite dans la ville phocéenne. Il faudra absolument trouver un fédérateur, un véritable manager avec un véritable projet, n’en déplaise à certains.

1 thought on “L’Olympique de Marseille, la vingtaine pathétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.