mer. Sep 18th, 2019

TLM Sen Foot

Mais on le dit quand même

Dans l’oeil de Fournier- Lyon/Nice: Des aiglons à la détente.

3 min read

Une semaine après avoir ramené un point du Vélodrome, cette après-midi on affronte Nice en étant second, le PSG ayant gagné contre Lorient la veille. Toujours un plaisir d’affronter un Puel menant Nice au sommet de la 16ème place, avant le match.

REIMS_FOURNIER_240813

La compo d’équipe

Olympique Lyonnais - Football tactics and formations

Lacazette, Bedimo et Umtiti étant suspendus, c’est le trio magique N’jie-Dabo-Koné qui les remplace. C’est un peu comme si on envoyait Philippe Croizon à la place de Florent Manaudou aux Jeux Olympiques. Gourcuff est lui de retour, ce qui normalement, est une bonne nouvelle.

La première mi-temps

On s’installe tranquillement dans le camp niçois. Les consignes de Puel se mettent en place au bout de quelques minutes de jeu: cassage de chevilles à volonté, on dirait un menu Flunch pour Cyril Rool. 14 minutes de jeu, Gonalons perd le ballon et laisse Carlos Eduardo filer seul face au but d’Anthony Lopes qui arrête la frappe sans problème. 5 minutes plus tard, Mouhamadou Ronaldabo entre en scène. Il dribble toute la défense coté gauche et envoie une frappe enroulée à l’entrée de la surface. Pouplin sort une parade exceptionnelle. Scène irréaliste, je vais donner mon joint à Zeffane. Nice joue très bien les contres pendant ce temps, et sur un corner à la 23ème minute, Bakary Kon éva effectuer sa première passe décisive de la saison. Carlos Eduardo récupère la chandelle au point pénalty et envoie une sublime bicyclette au fond des filets de Lopes, qui ne peut rien faire. 1-o pour Nice.

Après une tentative ratée de Jordan Amavi de rejoindre Clément Grenier au fond de Gerland, les joueurs vont avoir un semblant de sursaut. Entre deux contrôles ratés de N’jie, Digard va mettre en avant ses origines algériennes en ceinturant Fekir par derrière dans la surface, mais pas de pénalty. A la mi-temps, l’OL est toujours mené au score, pas étonnant quand le joueur le plus offensif s’appelle Dabo.

La seconde mi-temps

Au retour des vestiaires, Yoann Gourcuff se montre dangereux et envoie une frappe dans le Virage Nord de Gerland. Mais là n’est pas sa plus belle action du match. Dans la foulée, il quitte le terrain en marchant et rentre aux vestiaires, sans prévenir personne. On appelle cela une Dupont de Ligonnès dans le métier. Attitude invraisemblable. Yattara le remplace et Fekir est repositionné en 10. Le nouvel entrant apporte beaucoup de dynamisme au jeu de l’OL, comme il le fait depuis quelques matchs. À la 54ème minute, il envoie Fekir seul face au but de Pouplin. Le harki se fait faucher dans la surface par Palun. Pénalty et deuxième carton jaune pour le défenseur niçois. Après avoir convaincu N’jie que le football n’était pas fait pour les manchots, Gonalons s’empare du ballon et transforme le pénalty. 1-1. Là, à 11 contre 10, on se dit évidemment que la place de leader est assurée pour cette journée. Enfin, pour se le dire, encore faut-il pouvoir penser. N’est-ce pas Bakary ?

Le moment de la libération de tout un peuple est venu. Non, nous ne sommes pas en 1944. Non, on n’a pas marqué le second but. Mais oui, 64ème, Clinton N’jie sort. Cornet le remplace. Logiquement, on campe dans les 40 mètres niçois, sans non plus emballer le match. C’est Christophe Jallet qui a les clefs du jeu. Rien de plus logique. Il reste désormais 5 minutes de jeu. C’est le Bako Show part II. Que dire sans toucher à la famille de personne. Cet être intelligent et qui pue le football, fauche Pléa dans la surface. Pénalty pour Nice. Eysseric redonne l’avantage à Nice. Koné applaudit. Ses ancêtres étaient beaucoup moins déchaînés. Les 6 minutes de temps additionnels n’y changeront rien, on en aurait eu 18 qu’on n’aurait pas marqué. Défaite. À Gerland. Contre Puel. Pas besoin de vous décrire l’endroit où ça fait mal.

Bilan du match

Sans défenseur coté gauche et sans le meilleur buteur, c’était prévisible. Que faire de Clinton N’jie, même l’insulter devient lassant. Gourcuff a certainement effectué son dernier match avec l’OL. C’est le moment pour Farès. Ne retenons que cela.

1 thought on “Dans l’oeil de Fournier- Lyon/Nice: Des aiglons à la détente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.